C'est ca la France... ?

Trip Start Oct 31, 2004
1
2
11
Trip End May 06, 2005


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Uzbekistan  ,
Thursday, November 25, 2004

Salut a tous,

Il pleut toujours, ici a Tachkent, ou je me laisse doucement couler vers decembre, avec des journees plutot contrastees. Le matin c'est tournee des ambassades et des formulaires pour l'obtention de mes visas, l'apres-midi c'est flanerie et preparation du prochain periple au Kirghizstan, le soir c'est plutot tranquille et de plus en plus froid.
Le temps a ete magnifique depuis le week-end dernier, et la fraicheur nocturne rend Tachkent moins polluee. Depuis le centre vile, on apercoit toute la journee les montagnes environnantes, dissimulees entre les hauts immeubles sovietiques qui en brouillent la perspective. C'est pas frequent, ca valait d'etre signale. D'autant que la pluie semble devoir prendre definitivement le dessus desormais.

Sitot mes visas obtenus je dois foncer vers la vallee de Ferghana pour assister au Oulak, puis entrer au Kirghizstan via Osh avant de revenir celebrer le nouvel an a Moynaq, pres de la mer d'Aral. Le froid qui par la bas a cette periode atteint les -40 ne devrait plus etre un probleme puisque l'on m'a offert un magnifique tchapan, le manteau traditionnel ouzbek, dont le premier effet et de divser par trois les prix d'annonce des taxis qui croient avoir a faire a un ouzbek de souche plutot qu'a un touriste. Accessoirement, il multiplie par trois le poids de mon sac..

Je songe serieusement a entrer plus tot en Chine, par le Kazakhstan, les passes kirghizes etant tres certainement fermees, meme si les certitudes ne font as partie des concepts usites par ces contrees. Mais finalement, puisqu'il va faire -20 partout, autant que je sois dans le desert que dans les montagnes, ce qui aurait en outre l'avantage de me laisser plus de temps pour suivre la route de la soie et me balader en chantant lalala entre le Taklamakan et l'Himalaya. L'image me plait assez.

J'ai passe deux jours a ecluser les ambassades avec un touriste australien attarde (je veux dire a la traine), mais la saison a largement touche a sa fin et on ne croise plus beaucoup d'occidentaux.

Les tous derniers touristes ont defile hier chez Gulnara, un groupe de 65 francais qui a mis la barre tres haut dans la perception figurative que les Ouzbeks pourront retenir de l'Occident. Bon, concernant le repas, l'abus notoire de Vodka, et les remarques grivoises sur Helena, la danseuse attitree chez Gulnara, rien que de tres classique. C'est surtout la sortie qui fut dantesque. Ils ont commence par se reunir autour du guide qui faisait son message d'adieu, pietinant l'integralite des rosiers fraichement tailles de Gulnara (il etait important d'etre le plus pres possible du guide, d'une part pour faire une bonne photo, d'autre part pour bien entendre, la moyenne d'age etant proche des 70, et ma foi cela valait bien quelques rosiers ecrases, surtout compte tenu de ce que le guide avait a dire : "j'espere que vous avez bien mange, maintenant on reprend le bus pour aller a l'aeroport").

Bon alors apres ils ont voulu entendre l'interprete, en l'interpellant par un "Grish-ka-pre-si-dent, Grish-ka-pre-si-dent..." tonitruant, puis il y a eu Sa-sha-pre-si-dent (le guide local) et Vic-tor-pre-si-dent (le chauffeur) et Sher-zod-pre-si-dent (l'accompagnateur-charge-de-la-bonne-ambiance).
Sherzod a voulu faire un petit discours pour dire aurevoir a tout le monde, discours qui fut entierement ecrase (comme les rosiers) sous les 65 "ccccchhhhhhhhhhhhhhhuuuuuuuuuuttt" successifs. Les chut termines, l'interprete n'avait plus rien a dire alors on l'applaudit quand meme et puis l'on decida de s'en aller.

Sur ces entrefaites une gente dame estima qu'avant le depart il serait de bon ton de remercier Gulnara (l'hotesse) pour l'accueil et le repas. Et tout le monde d'acquiescer, de ressortir l'appareil photo numerique et de courir vers la cuisine ou se tenait Gulnara, ratatinant encore et toujours tous les rosiers, rendant le sourire de l'hotesse quelque peu force. Ensuite il fallut prendre en photo Nasibullah (le mari de Gulnara) qui se tenait a l'autre bout de la cour. Devinez ce qui arriva aux rosiers...??? Ravshan, le fils des deux precedents fut egalement mitraille, et moi-meme qui fumait tranquillement au balcon y suis passe. Nombreux sont ceux qui m'ont salue et remercie, qui d'un "spasiba", qui d'un "lahmat", qui d'une reverence mains jointes - front touchant le sol - et presque les yeux brides pour faire bien meme si on n'a jamais vu ce type de salut par ici. J'ai baragouine deux trois mots pour signaler que je n'avais rien a voir avec tout cela, mais n'en demordant pas, beaucoup sont repartis en marmonnant que decidemment ces ouzbeks, qu'est-ce qu'ils parlaient bien francais...

Enfin quand je dis "partis".... Le festival commencait tout juste. On avait oublie de prendre la cuisiniere en photo. Pensez donc ! Alors la, autant signaler que lorsque 65 francais en chaussures boueuses penetrent sans se dechausser dans une maison musulmane pour balancer 65 flashes a la tronche d'une gentille domestique sans lui demander son avis, on a un peu honte, c'est sur. Meme le guide l'a dit et tente de calmer les ardeurs des plus valeureux. Enfin quand je dis 65 flashes j'extrapole un brin. Quelques energumenes encore equipes d'appareils argentiques et depourvus de flashes ont entrepris de trainer la malheureuse dehors pour la photographier. Alors la, croyant faire plaisir a Gulnara, une dizaine de mamies deciderent de chanter une petite chanson de leur pays. Je ne sais si elles appartenaient a la meme chorale, mais en tous cas elles ont toutes decide de s'installer au milieu des rosiers, et la, apres quelques lalala aaaaaa ahahaha ooouuuu d'echauffement, elles te me vous ont entonne un "Jesus reviens Jesus reviens parmi les tiens" d'un fort beau gabarit, mais, forcement, quelque peu decale sous ces latitudes, et auquel le guide a tout aussitot tente de mettre fin.

C'etait epique, Griska-Sasha-Victor-Sherzod-presidents ont finalement reussi a remettre tout le monde dans le bus, sauf une retardataire prise au dernier moment d'une envie pressante et qu'il fallut revenir chercher. Gulnara et Nasibullah sont toujours assis sur leur Takhtan, et regardent leurs rosiers...

De mon cote je profite un peu de Tachkent, meme si depuis deux jours la pluie torrentielle limite les deplacements. Il y a deux jours, pour me rappeler les nuits barcelonaises, j'ai ete voir dans un cafe un spectacle de danses espagnoles. Comme dirait l'autre, c'etait aussi excitant qu'un episode de Derrick scenarise par Proust sur une musique de Vincent Delerm. L'orchestre latino-ouzbek aux cheveux longs avec ceintures de toreros etait assez cocasse et n'ont pas decolle du repertoire de Lagoya. Les danseurs maitrisaient relativement bien un ou deux pas de flamenco au ralenti qu'ils repetaient inlassablement, ne s'interrompant toutes les dix minutes que pour siffler un verre de vodka. Rejoint par l'Australien nous avons alors entrepris une petite tournee des bars a occidentaux, Emir et Jazz cafe du Meridien pour ceux qui connaissent, tous deserts comme il sied, avec trois serveurs, quatre musiciens et six danseuses pour l'unique client. Bref, Tachkent s'endort pour l'hiver.
Je continue aussi d'accumuler des petites histoires dans le quartier de Chorsu, et ma collection d'anciens combattants s'etend sans, cette fois, necessiter une outrecuidante consommation de vodka.

Avant de m'en aller des samedi vers de nouvelles aventures que j'espere un peu plus epiques et de toutes manieres equestres, je tiens a remercier ici publiquement l'equipe de la fontaine pour son colis croix rouge bien arrive quelque part a Tachkent et que je vais de ce pas m'empresser de rechercher, decouvrir, depouiller, consommer et toute cette sorte de choses.

Bien des choses a Tous, bonne journee
RV
Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: