Dreams are my reality

Trip Start Aug 09, 2012
1
21
34
Trip End Dec 23, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Australia  , Northern Territory,
Sunday, October 21, 2012

Il était une fois deux lycéennes bourguignonnes en cours d'anglais. La thématique abordée en ce premier trimestre de Première L par notre professeur est l'Australie et en introduction de ce chapitre il nous montre une photo d'Ayers Rock. On la regarde, on se regarde, on la re-regarde, on se re-re-regarde et on se dit « Un jour on ira ». Onze ans plus tard, ce jour est arrivé... Ca vous donne pas envie de chialer, vous?

C'est donc une petite photo qui, il y a des années, nous a décidé à faire ce voyage, mais il était écrit que la route pour le Centre Rouge serait semée d'embûches. D'abord parce que nous devions y aller en septembre, depuis Perth. Mais quand les locaux vous disent que même en 4x4 c'est un chemin difficile, vous regardez Brigitte droit dans les phares et vous vous dites qu'effectivement c'est pas une bonne idée. Nous décidons donc d'itinéraire et nous irons en avion depuis Melbourne en louant une voiture à Alice Springs. Daniel, récupéré la veille de notre départ, est fin prêt également mais c'était sans compter sur notre première panne de réveil depuis le début du voyage. Nous devons être à 8h à l'aéroport et c'est à 7h30 que nous nous réveillons.... Une course effrénée contre l'avion s'engage mais nous ne sommes pas prêts de laisser The Rock (comme on se plaît à l'appeler) s'échapper. C'est donc en sprint que nous débarquons pile à l'heure pour sauter dans l'avion.

L'arrivée à Alice Springs se fait comme prévue sous un soleil de plomb et 38° (il faisait 17 à Melbourne et il pleuvait). Nous partons illico récupérer notre Britz et quitter cette ville sans aucun intérêt. Alice Springs c'est 27 000 habitants et pas une autre ville à moins de
1 000km au nord, au sud, à l'est et à l'ouest! On s'attendait à une ville fantôme un peu glauque et un côté de reviens-y pas mais à peine, on est presque déçu. Nous partons donc directement pour Ayers Rock (où Uluru en aborigène), 450km nous attendent et nous avons un coucher de soleil à ne pas manquer.

Nous retrouvons le paysage que nous avions tant aimé au début de notre voyage tandis que Daniel est directement plongé dans le bain du rien et teste sa conduite à gauche. Les desert oak (des petits arbres typiques de l'Etat) et des petits buissons jaunis par le soleil ponctuent la plaine. Si l'on regarde de loin, on se demanderait presque pourquoi cela s'appelle le Centre Rouge. Mais voilà, pour éviter les feux pendant la saison la plus chaude de l'année, ils mettent eux-même le feu au bush au printemps. Comme vous le verrez sur les photos, quand ils mettent le feu, ils ne le font pas à moitié. C'est une fois la plaine brûlée que tout le nom du désert prend son sens en laissant apparaître ce sol ocre. Il ne s'agit même plus de terre mais de sable rouge. Il semble que le monde soit en vivid colors ici, toutes les couleurs sont boostées et nous offre un paysage exceptionnel.

Nous écrasons les kilomètres quand un sentiment de bonheur nous envahit. On y est, on
est là. Ce n'est pas de voir ce fameux rocher qui nous émeut mais de se dire qu'on est là, à l'exact endroit où tout a commencé.

C'est dans la brume qu'Uluru nous apparaîtra. C'est juste avant que le soleil se couche que nous atteignons notre destination pour découvrir les cars de touristes qui sont là comme nous! Ayers Rock, c'est un peu le Versaille d'Australie, on est rarement tout seul même si on croise tellement peu de monde sur la route qu'on a tendance à l'oublier.
Mais qu'importe ! On a beau avoir vu toutes les photos du monde de ce rocher, il est très impressionnant. C'est un monolithe de 3,6km de long et 348m de haut. Il paraîtrait qu'il est comme un iceberg et que la plus grosse partie est sous terre. Nous irons le voir de plus près demain, pour le lever du jour à 5h30...

Le spectacle du lever du jour vaut également le détour, le rocher passe du noir, au marron foncé et à l'ocre (avant de prendre sa couleur rouge en pleine journée). Uluru c'est un peu la star du désert alors qu'il n'est pas seul. A quelques 50km se dressent The Olgas (ou Kata Tjuta en aborigène), un autre groupement de rochers sortis de nulle part. Il est possible d'en faire le tour par un chemin de randonnée mais l'idée de faire 4h de marche à midi sous 40° au royaume des mouches nous rebute un peu. On choisit l'option petite ballade :1h30, 5 litres d'eau plus tard et 10 litres de sueur en moins nous reprenons la route pour Kings Canyon, l'autre « attraction » du désert. Tels des cowboys nous aller chercher notre bois pour préparer notre campement de nuit, seuls, sur un campground au milieu du désert où nous sauvons des oiseaux à la recherche d'une goutte d'eau.

Il paraît que Kings Canyon offre une magnifique randonnée de 4h et l'on se dit qu'il serait une bonne idée de commencer à marcher très tôt vu la chaleur. Comme on ne fait à peu près jamais ce qu'on a prévu, on se retrouve à 11h du matin à commencer à marcher. Nous sommes fous mais pas trop alors on a quand même 12 litres d'eau dans nos sacs à dos, nos baskets aux pieds, nos chapeaux sur la tête et notre crème solaire en poche. Le paysage est encore une fois splendide et on peut marcher à l'intérieur du canyon. Comme à notre habitude nous ratons le fléchage, ce qui nous fait faire un petit détour et
surtout, après 7km de marche nous cherchons toujours le point de vue qu'on nous a vendu au départ! Il fait chaud, très chaud, on a la sensation d'avoir la peau qui brûle alors on décide de faire demi-tour parce qu'au fond, le point de vue, nous l'avons eu tout au long de la ballade. Notre corps nous remercie à chaque fois que nous trouvons un coin d'ombre et nous, on remercie Britz d'avoir inventé la clim.

Après cette journée d'effort intense il est temps de reprendre la route pour remonter vers Alice Springs et aller visiter les MacDonnell Ranges. Nous essayons de rouler au maximum pour profiter de la journée du lendemain ce qui nous force à rouler un peu de nuit. Après ces deux jours dans le désert il faut avouer qu'à part un serpent et des corbeaux nous n'avons pas vu la queue d'un roo ou autre animal. Il faut croire qu'ils s'étaient tous donné rendez-vous cette nuit là et c'est un festival de roos et même de chevaux sauvages que nous croisons. On renoncera après quelques dizaines de kilomètres à avancer plus car nous sommes au bord de la crise cardiaque à chaque fois qu'un roo surgit du bas côté. Nous n'avons pas tué un seul animal depuis le début du voyage, ce n'est pas Daniel que cela va commencer!

Aux MacDonnell Ranges, il fait toujours aussi chaud, on transpire toujours autant. Le ciel est tourmenté et nous offre un beau de spectacle alors que nous atteignons une petite crique où il est possible de se baigner. Il s'agit du seul étang où il y a de l'eau toute l'année, ce qui permet de nous rafraîchir avant d'atteindre Ormiston Gorge. Ces gorges rouges et quasiment asséchées nous permettent de profiter des couleurs du coucher de soleil orageux. C'est sous un début de tempête de vent et de sable (on exagère un peu, c'était pas Twister non plus mais on a quand même vu des branches d'arbres voler!) que
nous retournons à Alice Springs dormir avant de repartir sur Melbourne le lendemain matin où nous attend la « dernière » étape australienne, la remontée de la côte pour Sydney.


Pour les intéressés, petit point culture du jour :

Le centre est l'endroit d'Australie où la population aborigène est la plus importante. Le parc National d'Uluru est d'ailleurs redevenue une propriété aborigène et de nombreuses communautés vivent encore dans les environs même si la plupart vivent en ville.

Malheureusement, nous ne pourrons pas vraiment vous parler des Aborigènes. Les communautés sont difficiles d'accès et la majorité de ceux que l'on croise en ville sont des mendiants. Il faut savoir qu'en 1905, plus de la moitié des aborigènes n'avaient jamais vu un colon ou une arme à feu. C'est malheureusement en peu de temps que les communautés seront parquées et exploitées, sans parler des générations volées à partir des années 40. Le gouvernement britannique et son bureau des Affaires Aborigènes avait jugé qu'ils pouvaient prendre les enfants à leurs parents pour les emmener à l'école et les éduquer afin qu'il soient plus épanouis et qu'ils puissent travailler pour les colons. Des milliers d'enfants ont donc été arrachés à leur foyer et la plupart d'entre eux n'ont jamais
revus leur famille. En guise d'excuse le gouvernement australien à décider de donner des indemnités mensuelles aux Aborigènes ce qui a résulté en une hausse de problèmes d'alcoolémie. La position des Australiens quant à la communauté aborigène reste floue à nos yeux.

Fun Facts :

Ephéméride
 : 40° à l'ombre...

Anthropologie : A priori c'est tendance de se tatouer Le Marquis sur le torse

Bizarrerie : Comment débarquer de France où il faisait 12 degrés et être en pull, foulard et pantalon en plein désert en trouvant qu'il fait frais

Objets Perdus : Une pochette d'appareil photo (retrouvée), des lunettes de soleil (retrouvées) et une culotte (belle et bien perdue... (on ne vous dira pas qui)

Bourde : Se réveiller avant le réveil pour partir à l'aéroport, trouver qu'il fait bien jour et qu'il y a beaucoup de bruit pour l'heure qu'il est sensé être, mais surtout ne pas regarder le réveil pour vérifier qu'on a déjà 1h de retard.

Musique : A Horse with no name (America)

Faune : Les mouches le retour, pour le plus grand plaisir de Daniel
Slideshow Report as Spam

Comments

Nickber on

SOUPERBE! I'm lovin' it.

thestationof on

Aaaah les printemps d'Alice... Enfin!
Je déplore cependant l'absence de planking au milieu des flammes...
Daniel, ton total look kaki m'impressionne ;-)
Bisous

Sophie on

Tant de beauté, ça me donne envie de chialer... plus que votre histoire de lycéennes litteraires...

le vieux on

salut les filles.dites avez vous ressentit un sentiment de pleinitude en contemplant A ROCK comme on peut en eprouver dans certain endroit comme dans certaines abayies ou comme moi lorsque j ai contempler les 2 bouhdas en afganistan?

jerome on

c'est très impressionnant et grandiose. Mais j'ai cherché en vain le planking SUR ... the Rocks...

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: