Flinders Ranges National Park

Trip Start Aug 09, 2012
1
14
34
Trip End Dec 23, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Australia  , South Australia,
Saturday, September 22, 2012

Après 72 heures et quelques 2 000 km passés dans un van, même s'il s'agit de Brigitte, le besoin de renouer avec l'hygiène commençait comme qui dirait à se faire sentir... Un arrêt dans une station-service plus tard, nous redécouvrons avec délice l'odeur du savon et la sensation des cheveux qui volent au vent....

Après 72 heures et quelques 2 000 km passés dans un van, même s'il s'agit de Brigitte, nos membres enchylosés réclament aussi un peu d'attention... Nous nous dirigeons donc vers le parc national des Flinders (à environ 300km au nord d'Adelaïde) bien décidés à faire un un peu d'exercice. Nous faisons auparavant une halte à Port Augusta pour prendre des forces et tester par la même occasion notre premier barbecue en ville avec un steack de kangourou ! (car oui en Australie, on peut faire des BBQ en pleine rue) Et oui, soyons honnêtes, le roo, ce n'est pas la meilleure viande du monde, mais on aura essayé. Un peu comme le croco finalement... Mais en société ça fait toujours bien de pouvoir dire "ah oui le crocodile et le kangourou, ouais j'ai testé ouais, .... ouais, enfin ça vaut pas un bon steack de charolais".

On the road again, la route des Flinders commence à peine mais le paysage se transforme en un clin d'oeil. De notre longue route plate, nous nous trouvons maintenant sur une petite route sinueuse, bordée de collines avec sapins, au pied desquels se cachent un paquet de roos ! La route mène plein nord sur les traces des anciens chercheurs d'or, le long d'une vieille voie ferrée désafectée. C'est le début de l'Outback. Quelques kilomètres plus haut dans le désert, se trouvent les anciennes mines d'opales, mais ce n'est pas l'objet du moment.

Nous arrivons à Wilpena, micro resort créé de toute pièce qui a l'avantage d'être en plein coeur des Flinders. Quelques bungalows en bois et un camping cachés dans la forêt sont le point de départ de nombreuses randonnées. Nous restons au camping pour ce soir et demain nous irons crapahuter dans les montagnes aborigènes. Enfin... ça c'est si nous retrouvons Brigitte: nous la quittons une heure pour profiter d'un verre de vin australien au coin du feu sur la terrasse du resort... Mais la nuit tombe vite, et dans un camping au milieu d'une forêt, il n'est pas toujours facile de retrouver son emplacement... Heureusement 40 mn plus tard, nous retrouverons Brigitte, qui finalement, n'était pas si loin....

Les esprits aborigènes sont avec nous et le lendemain c'est sous un vraie journée de soleil et de chaleur que nous partons gravir le St Mary's Peak, la plus haute montagne des Flinders, qui culmine à 1 171m. Il s'agit d'une randonnée de 14km d'une durée de 6h, tout à fait ce qu'il nous faut, pour nous autres grands sportifs! Une fois n'est pas coutume, nous écoutons les directives de l'Office de Tourisme disant qu'il s'agit d'un "Hard Walk". Tels les castors juniors, nous voilà partis, sac au dos, bouteilles d'eau (potable cette fois), 4 bananes, un paquet de gateau et des baskets au pied. La ballade démarre tranquillement dans la forêt avant de commencer à grimper sérieusement. Les derniers kilomètres sont en fait plus de l'escalade que de la randonnée. Il
ne faut pas avoir le vertige et le chemin vers le pic n'est que moyennement fléché. Charlène part en éclaireur sur la crête alors que Gaëtan repère les flèches qui nous mèneront au sommet.

Après 3h de marche-escalade, l'arrivée au sommet est spectaculaire. Vue à 360° sur tout le parc des Flinders, les montagnes rouges aux variations violettes et la vue sur le lac salé qui monte en direction d'Alice Springs nous laisse coits. Nous rencontrons un australien sexagénaire au sommet, le temps de tailler une bavette, jouer avec un lézard, manger nos bananes et de nous immortaliser en haut du pic, c'est maintenant toute une smala qui débarque... Nous décidons alors de redescendre, et tant qu'à faire, par un autre chemin, pour effectuer une boucle et non un aller retour. La route de retour est apparemment beaucoup plus facile... mais beaucoup plus longue... Sans vraiment le savoir (on apprendra ensuite que Charlène savait mais n'a rien dit), nous nous embarquons sur un retour de 13km, soit finalement la longueur que devait faire la randonnée en entier.... Résultat, à 8km de l'arrivée c'est le craquage mental. Heureusment, tel le lapin dans Alice au Pays des Merveilles, un émeu surgit de nulle part afin de nous guider sur les chemins tortueux et des roos apparaissent à chaque virage. Mais ce ne sera pas suffisant. Gaëtan perd pied, il a des hallucinations et se parle à lui-même, Charlène bute sur chaque petite racine, caillou ou autre obstacle et écrase un peu plus à chaque pas son gros orteil dans sa chaussure. Marie, qui n'est pas non plus au top d'elle même nous dispensera à juste titre d'un "Lauréline a raison, a quoi ça sert vraiment de faire de la randonnée ??".

Le dernier kilomètre sera le pire, heureusement nos jambes ont rompu avec notre corps et avancent désormais toutes seules. Le supplice sera de ne pas succomber à la banquette de Brigitte à l'arrivée et d'aller directement se doucher. Allez, nous rassemblons nos dernières forces pour l'effort ultime de la journée, traverser le camping de nuit, au milieu de roos et des corbeaux pour atteindre le restaurant et manger un énorme burger bien mérité! Et au retour cette fois, nous retrouverons Brigitte du 1er coup!

Affutés comme nous sommes, nous n'aurons aucune douleur musculaire le lendemain. Mais comme il ne faut pas trop abuser non plus, c'est bien assis à bord de Brigitte que nous repartirons afin d'explorer le nord du parc. Nous empruntons la voie des Brachina Gorge, il s'agit d'un chemin non bitumé mais qui a priori, est accessible à tous les véhicules. Brigitte est lancée, Charlène et Marie ont totalement confiance, elle arpente le chemin caillouteux vaille que vaille, franchit allégrement les tronçons inondés ... tout ça alors que Gaëtan est en apnée depuis 20mn et nous voit déjà avec 3 pneus crevés. Heureusement le paysage des roches rouges et quelques émeus (l'émeu semble définitvement être l'animal totem de Gaëtan) le refont respirer.

La route se terminera sans encombres et nous pousserons jusqu'au village de Parachilna afin de boire une "boose" dans le 'Prairie Hotel', un bar typique du bush : vue sur la ligne de chemin de fer désafectée, corbeaux en fond sonore, 5 personnes dans le bar, 10 tables dehors et 756 mouches au mètre carré. Challenge du jour, boire sa "boose"dehors sans s'énerver. Résultat, Gaëtan ingurgite sa bière en 3mn chrono et nous mangeons notre muffin en 45 secondes!

Un dernier passage (très furtif) par des grottes aux dessins aborigènes et nous entamons cette fois notre véritable descente sur Adélaïde.

Fun Facts

Antropologie : Après un mois et demi d'investigation nous pouvons assurer que l'australien(ne) est gentil, serviable, bronzé, sportif, affuté, respecteux, poli, drôle mais reste moche. Heureusement finalement, il y a une justice... sinon on les détesterait.

Bourde : Partir tranquillement pour une petite randonnée de 13km en 6h et finalement faire 25 km en 9h...

Maxime : Charlène "Il reste combien de kilom....AIE !! P...j'ai plus d'orteils là."

Faune: Nous avons enfin vu un bébé roo sortir et rentrer dans la poche de sa môman!
Gaëtan découvre les joies des mouches australiennes.

Bizarrerie : Les australiens sont des fans incontournables d'un sport jusque là inconnu : le footie. Un mélange de foot-rugby sur un terrain oval où on a le droit de se plaquer très très méchamment. On vous laisse regarder sur Youtube et essayer de comprendre les règles....

Slideshow Report as Spam

Comments

Blandine on

Marie, tu sais ce qui m'aurait fait plaisir pour mon anniv?
Un petit concert d'harmonica -live unplugged in Cradock...
Alors tu progresses?

Bises à vous (il a neigé cette semaine et on se pèle...)

Chloé on

Super votre blog, j'ai l'impression de voyager avec vous !!
Gros bisous, profitez bien :D

mum on

c'est vrai on voyage mais sans les mouches !!!!

chantal et jerome on

Après un treck pareil vous allez avoir de mollets de kangourous...Patience vous allez le trouver le bel australien...
Bisous

Sophie on

Faites gaffe, vous allez revenir fan de randos et vous mettre à courir le semi-marathon!!!

Megolas on

Mais oui c'est vrai, des progrès en timbale et harmonica ?

walkaboutons
walkaboutons on

Ben en fait, on n'a pas de timbale... on a une guimbarde en revanche !

Megolas on

Voyez, même à distance ça marche !

Loli on

Marie, ça me touche que dans les moments de douleurs intenses tu penses à moi! ;)

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: