Koroni

Trip Start Feb 03, 2012
1
59
102
Trip End Aug 15, 2012


Loading Map
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
camping

Flag of Greece  , Peloponnese,
Thursday, May 17, 2012



QPTn°18 Bravo Dorian !

Dépêche A.F.P.
De récents commentaires liés à la QPT n°19 ont eu pour conséquence, un fou-rire mémorable de Mr Bellayer, entraînant un léger malaise,occasionnant une insuffisance respiratoire aiguë, responsable d'une perte totale de ses facultés intellectuelles. Les responsables,« garsfred » et « raphon » sont activement recherchés par la police de la toile et seront poursuivis jusqu' à la capitale dîtes Panam !
Merci pour cet énorme marrade ! Ça vaut presque un prix !
Toujours est-il que la question reste sans réponse... Un indice : objet vu le 08 mai. Bonne chance !
Tiens et comme ça vous fait marrer une question que j'avais oublié de poster !


Jeudi
Notre camion nous a conduit jusqu'à Koroni. Nous sommes dans l'extrême-sud d'un doigt du Péloponèse. La pluie nous a chassé d'Olympie. Juste avant, nous sommes retournés voir l'expo sur les torches Olympiques,ma batterie d'appareil étant en panne la veille, je n'avais pas de photo... En discutant avec les jeunes filles à l' accueil, nous avons appris que toutes ces torches appartiennent à un seul et même homme : Athanasios Kritsinelis. Visiblement ce riche personnage à la main mise sur ces symboles Olympiques. On imagine à peine la somme qu'il doit avancer sur la table pour mettre fin à toute forme d'enchère... Nous avons réalisé le soir, en écoutant les informations, que nous étions à Olympie face à toutes ces torches du passé, au moment même où celle de 2012 s'embrasait à Athènes,en vue des JO de Londres. C'est avec ce genre de coïncidence que se construisent les souvenirs...



La route était magnifique à partir de Pilos : Un vent fort, une mer très houleuse, un ciel parsemé de nuages lourds et gris. Au large, de nombreuses îles... Franchement c'était beau. J'aime la nature, particulièrement quand les éléments se déchaînent. (mais pas trop ! ).

Nous arrivons au camping de Koroni. La vue est top !

Vendredi
journée tranquille, petite visite de Koroni. Nous profitons, l'après-midi du soleil et de la piscine



Samedi Réflexion philosophique à caractère onirique
Aujourd'hui, je me suis fait une petite rando (environ 20km). Je suis allé jusqu'au village de Vassilisti par la plage, et suis revenu par la route. J'aime beaucoup marcher. Le corps se met en route doucement,le système cherche son rythme de croisière. L'esprit, quant à lui fait un check-up rapide, vérifie que tout fonctionne, la ventilation, les niveaux. Ensuite, la fatigue s'efface, et la tête s'évade, divague. Une image fût le point de départ d'une grande rêverie...

Ici, comme ailleurs, la mer rejette quantité de choses. La plage était principalement jonchée d'une algue aux reflets bruns qui blanchît et sèche avec le soleil. On aurait dit des kilomètres de bandes magnétiques, de films super 8. Sur chacune de ces pellicules était inscrit un instant de vie, une séquence. La mer, l'eau, source de vie rejetait alors par milliards, ces moments capturés.

Très vite, mes divagations m'ont conduit à notre état d'humain sur la terre. Bon nombre d'entre nous avons déjà pensé, que nous n'étions que des fourmis dans notre système spatio-temporel. Certes notre voyage nous le confirme... Le monde est immense et ne peut se résumer au travers d'un écran si grand soit-il !!! Mais les technologies ont permis à nos déplacements de dépasser l'échelle de notre condition. Aujurd'hui, j'ai fait 20 km, nos amis Arnaud et Myriam (rencontrés sur la route) en ont peut-être fait 40 km avec leurs vélos, notre camion nous aurait conduit quelques centaines de km plus loin... Tout est relatif. Je me suis alors mis à la place d'un insecte. Nous accueillons dans notre maison-roulante, de nombreux passagers clandestins (mouches, fourmis, coccinelles...moustiques). Je réalise alors que si nous faisons un grand voyage, leur déplacement sont à leur échelle gigantesques... Peut-être avons-nous lâcher en plein Péloponèse une mouche Espagnole, en Italie une fourmi Marocaine ? Il en est de même pour une simple bactérie atterrissant par hasard sur le dos d'une fourmi éclaireuse chargée d'installer la colonie à des centaines mètres... Nous sommes tous (êtres vivants) Véhicule et Passager. Alors pourquoi ne pas penser qu'à une autre échelle notre planète et son système seraient inscrits dans des mouvements aléatoires générés par quelque chose d'encore plus grand. Genre des types qui se feraient une partie géante de pétanque avec des triplettes de galaxies... 





















Et tout ça sans avoir consommer le moindre produit hallucinogène ou la moindre goutte d'alcool !!! J' adore la marche.

Autre moment amusant, je me suis arrêté à Vassilitsi, dans un petit bar sur la place de l'église.
Terrasse vide, j'entends de loin venir de l'intérieur quelques échanges,quelques voix graves lentes et posées, ainsi qu'une voix aiguë,pointue comme une lame... Je m'approche. J'entre. Instantanément tout s'arrête. Le silence est pesant, les regards se plissent...J'avance vers le comptoir, la main sur la ceinture. On me jauge, me scrute de la casquette aux semelles des pompes. Je me lance : « Kaliméra,tha ithena ena tsai parakalo ! » (bonjour, je voudrai un thé s'il vous plaît) Les voix reprennent, les bouches laissent échapper un sourire. Je suis le bienvenu.



Slideshow Report as Spam

Comments

Fred G (diplomé de l'université d'Nawouak. USA) on

Alors là... la question 21 super fastoche!
Il s'agit du PIPIZA !
Mais un peu d'histoire s'impose.
Tout le monde connait l'histoire de Troie et de son fameux cheval.
Des batailles que se livrèrent Grecs et Troyens au travers des exploits d'Achille et d'Hector.
De la beauté d'Andromaque, de la fin tragique de Patrocle et surtout de l'ingéniosité d'Ulysse.
Eh bien penchons nous sur le cas de ce dernier.
Aprèsmoultes exploits et batailles qui virent donc la ville de Troie tombée aux mains des grecs et de leur roi Agamemnon grâce au valeureux guerrier, Ulysse se vit offrir par le roi des vacances bien méritées.
Ulysse décida donc d'aller rejoindre à Rome un cousin éloigné, Alan Stevenix un troubadour breton en tournée à ce moment là dans la glorieuse citée
Ce chanteur musicien jouait entre autres de la bombarde, sorte de hautbois à hanche double qui ressemble à s'y méprendre à un pipiza et pour cause!!
L'anecdote raconte qu'après un concert Alan Stevenix et Ulysse se rendirent dans une taverne romaine. Alan Stevenix accompagné de sa bombarde posa l'instrument sur la tablée et affamé se fit servir une sorte de tarte garni de tomates et de fromage.
Intrigué, Ulysse en demanda le nom à Alan.
Alan répondit: "Pizza".
Mais Ulysse fut intrigué par l'instrument, il n'en n'avait que faire du menu et pensa donc qu'i s'agissait là du nom de cette drôle de trompette en bois au son strident.
Après une soirée agréable (et arrosé, ...bin oui Alan est un breton, ne l'oublions pas) Les deux cousins se séparèrent non sans s'échanger quelques présents.
Ulysse offrit son épée à Alan et ce dernier lui offrit sa bombarde.
C'est en rentrant en Grèce à la cour du roi qu'Agamemnon, voyant l'instrument, demanda à Ulysse: Mais qu'est-ce donc?
et à Ulysse de répondre: Pi...pi..pi..piza.
Et oui on connaissait les exploits du guerrier mais l'histoire oublie souvent de nous préciser qu'il était...bègue!
C'est ainsi que la bombarde gauloise fut introduit en Grèce sous le nom de Pipiza.
Voilà merci de votre attention.
Ah oui sinon l'aut'instrument... bin c'est un tambour quoi... un cylindre en bois avec deux peaux de cabri tendu dessus, on tape avec des batons pis ça fait badaboum badaboum !

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: