Cité des jeux

Trip Start Feb 03, 2012
1
58
102
Trip End Aug 15, 2012


Loading Map
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
camping

Flag of Greece  , Peloponnese,
Tuesday, May 15, 2012

D'abord bravo à Dorian pour la question n° 18 !
pas de réponse encore pour la 19 !!!!




Olympie, ville des jeux. La nouvelle ville n'a rien d'extraordinaire. Elle ne vit que pour et par son histoire. La cité antique est quasi aussi grande ! C'était en fait un sanctuaire religieux tourné vers le sport, le culte du corps. Ici venaient s'entraîner, des athlètes de tout le Péloponnèse. Mais au départ les premiers jeux ne concernaient que les sportifs des environs qui s'affrontaient à la lutte, la course (équestre ou pédestre). Il en était de même à Delphe ou Athènes.

Il faudra attendre 776 av J.C. pour que les jeux réunissent tous les grecs. Un musée attenant au site contient un grande nombre de pièces exceptionnelles: Statues, bronze. Il est magnifique. En fin d'après-midi nous passons voir une exposition qui réunit toutes les torches originales depuis 1936, avec leurs affiches ! Génial. Collection réunit exceptionnellement pendant cette semaine!
On a quand même du pot !!!







Slideshow Report as Spam

Comments

Fred G on

réponse à la question 19:
ils'agit d'une hélice et plus précisemment d'une "haliceaponotos" qui était montée à l'époque hellénique sur un engin volant moyen courrier nommé Airbusopopulos.
Inventé par Leonid Akos Davinsakis ancêtre du célèbre inventeur de la renaissance à qui ce dernier avait tout pompé d'ailleurs.

Raph le beauf' on

Je corrige Fred G(uitare), il s'agit de rames construites en bois d'arbre, plus communément appelées "Ramostapopoulos", et pourvu d'extrémité (extremio) ornementé à l'effigie et la gloire de Dionisos, servant à la fois aux femmes esclaves à battre le blé à l'époque d'Héraclès et à diriger les galères sumériennes (entre -500 et -800 before JiCi). C'était bien tenté.

joel on

messieurs, vous vous égarez (du pharaon) il s'agit en fait de Βαλπουργία
ou Bastouflekis, moustaches en bois, parfois en ivoire ( plus rarement il est vrai) que l'on fixait sur les visages de divinités ( sous leur appendice nasal ( soyons précis) et qui, outre la fascination exercée sur les badauds, indiquait à ceux-ci la force du vent.

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: