Trekking in the Cordillera Blanca

Trip Start Jan 04, 2011
1
71
96
Trip End Dec 20, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Peru  ,
Sunday, July 17, 2011

Assise à la terrasse de mon auberge à Lima sous un ciel bien gris, je me souviens...

Ce matin-là quand nous quittons Huaraz, la Cordillère Blanche resplendit déjà dans la pâle lumière de l'aube et,  provisions, tentes et épais sacs de couchage pressés au fond de nos sacs, chaussures de montagne aux pieds et surtout des ribambelles de fourmis impatientes dans les jambes, nous somme prêts à partir pour quatre jours de marche entre Quilcayhuanca et Churup dans le Parc National Huscarán...

Le premier test, le lendemain de notre arrivée à Huaraz, s'est révélé concluant pour les Glücks Julien et Thierry comme pour moi: une belle rando d'acclimatation d'une journée à la Lagune 69 (4650m) - va savoir pourquoi elle porte ce nom - recommandée par les sympathiques frères Rosario de l'auberge-agence Andes Camp à Huaraz.
On n'en dira pas autant d'un autre membre de notre groupe, qui termina la journée à l'hôpital avec tous les symptômes du mal des montagnes (plus de peur que de mal heureusement...)

Après une journée de repos à Huaraz, les choses sérieuses peuvent commencer. Un trek de plusieurs jours avec un passage à 5050m et un sac chargé d'une douzaine de kilos, avec guide et tentes de camping: je cumule les nouvelles expériences!

Notre guide sera Raúl, 20 ans, encore "aspirant guide" et un peu timide, mais étonnant de professionnalisme et super cuistot! Il faut dire qu'à peu près tous les hommes dans sa famille travaillent comme guides ou porteurs et que son père est cuisinier sur les treks depuis vingt ans...

Premier jour:
Quatre heures de marche dans la vallée au soleil, il fait environ 20-25°C - que du bonheur.
Nous camperons à environ 4400m.
Le maté de coca contre le mal de l'altitude et le pop-corn préparé par Raúl en guise de déjeuner.
Le souffle un peu court dans les montées...
Les paysages à couper le souffle à la lagune de Palcacocha (4566 m).
Le grondement impressionnant des mini-avalanches qui se produisent juste en face de nous.
Retour au camp. Nous croisons plusieurs porteurs avec qui Raúl échange quelques mots en quechua.
Dîner à 17h30, à 18h30 nous sommes couchés!
Le soir qui tombe et la température qui descend brusquement - il peut faire de -7 à -10° la nuit.

Deuxième jour:
Lever à 6h, petit-déjeuner chaud, nous plions le camp et à 7h40 c'est le départ.
Nous sommes en face d'un véritable mur qu'il va bien falloir traverser pour rejoindre la vallée d'à côté.
Après deux heures épuisantes de montée, j'ai les jambes en coton, le souffle court et bien du mal à suivre le rythme de Raúl.
Thierry décide alors que son propre sac ne lui suffit pas et montera la dernière heure en portant le mien en plus à l'avant...
A 11h, nous arrivons enfin au col à 5050 m! Nous sommes récompensés de nos peines: les vues sont splendides.
Et comme disent les Glücks, "c'est les champs Elysées là-haut!" - deux Français, deux Français et encore deux Français!
La descente commence - soulagement pour les jambes et les poumons.
Nous déjeunons de quelques sandwichs et biscuits à l'altitude du Mont-Blanc - 4800m d'après l'altimètre des Glücks.
A 15h, nous arrivons au camp - un endroit magnifique, qui en d'autre temps a visiblement été habité et que nous avons pour nous seuls.
Un groupe de chevaux et un jeune veau curieux nous accueillent.
Ce soir, nous faisons un feu de camp pour nous réchauffer et prolonger un peu la soirée.

Troisième jour:
Il a fait froid cette nuit et les tentes sont encore gelées quand nous terminons notre petit-déjeuner.
Nous attendons que le soleil arrive dans la vallée et sèche les tentes.
Une bande de chevaux traverse le camp au galop - superbe!
C'est samedi et les éleveurs de la vallée viennent s'occuper de leurs bêtes - vaches, taureaux et moutons. Nos chemins se confondent quelques heures.
Il est à peine midi lorsque nous arrivons au camp de Pitek, au pied de la lagune Churup... et c'est la grosse déception - un retour assez brutal à la civilisation qu nous n'avions pas prévue.
Le parking est à quelques mètres, l'endroit est parsemé de détritus et regorge de touristes bruyants - familles, groupes scolaires et Européens reconnaissables de loin à leurs bâtons de marche et à leurs vêtements fluo.
Vers 16h, il se met à pleuvoir des cordes - il y a même de la grêle, les touristes repartent et nous nous réfugions sous les tentes. Heureusement, un couple de Péruviens qui passent la haute saison dans le petit refuge de montagne voisin pour venir en aide aux randonneurs en difficulté nous offrent d'utiliser leur cuisine pour le dîner.

Quatrième jour:

A 6h, le temps est dégagé et Raúl nous prépare comme promis des pancakes pour le petit-déjeuner. Mmmmmhh!!! Repus, les Glücks sont heureux et nous nous mettons en route avant l'arrivée des touristes du dimanche.
Une heure et demie plus tard, après un peu d'escalade, nous arrivons les premiers à la lagune de Churup (4450m). A peine le temps de prendre quelques photos et le temps se couvre déjà. La descente en rappel est un peu sportive pour moi, mais nous arrivons tous entiers!

Le camps démonté et le déjeuner avalé, nous ne rêvons plus que d'une chose: une douche chaude...

Encore une soirée à Huaraz, le temps de dire aurevoir à Esteban, Leo et Benji, et dès le lendemain matin, ce sont 8h de route qui nous attendent. Proóxima estación: Lima.
Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family More Pictures

Use this image in your site

Copy and paste this html: