7 mai 2006 : Saint-Malo et la mer

Trip Start Apr 02, 2006
1
37
54
Trip End May 23, 2006


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of France  ,
Monday, May 8, 2006

Après la journée super tranquille d'hier, il ne fallait pas grand-chose pour se sentir dans le feu de l'action : peu après le lever, vers 7 heures 30, et après quelques délicieux snoozes et un p'tit déj au pain et au Nutella, il est décidé de partir avec la bus vers Saint-Malo ; le retour, problématique (on pourrait avoir une tente, mais elle risque d'être trop petite pour nous cinq, et les Auberges de Jeunesse ce n'est pas donné), peut se régler en sachant l'heure du dernier départ en direction de Rennes. Pierre-Luc et moi, on part à la recherche d'un bottin (NDA : téléphonique, chose dont ne disposent malheureusement pas nos gentils hôtes) pour appeler à la gare, et après des dizaines de minutes de recherche et d'essais, on l'obtient ; malheureusement, pas de réponse le dimanche. On marche jusqu'à Place de la République pour aller prendre la 8 vers Saint-Malo (NDA : ici, une partie des événements a été omise : un homme nous as assurés que la numéro 8 effectue la liaison avec Saint-Malo, malgré les appréhensions de PL, qui dispose de renseignements divergents, et qui se révéleront finalement erronés. À notre retour à l'appart, après une brève concertation à cinq sur la procédure à prendre, nous décidons d'aller prendre la 8, et tenter notre chance) ; aucune station en vue pour celle-ci, on se décourage un peu jusqu'à ce qu'on la voit arriver. Cool !

On embarque, et après avoir fait presque tous les petits villages entre Rennes et la côte (NDA : j'ai beaucoup aimé ce moment, à simplement regarder défiler les petites communes bretonnes par la fenêtre de l'autobus), on arrive vers 11 heures 20 à la mythique Saint-Malo, point de départ de Jacques Cartier vers l'Amérique en 1534. On se promène très brièvement à l'intérieur des remparts (NDA : la vieille ville, partie fortifiée de Saint-Malo), puis nous allons dîner sur les rochers, derrière le Fort National. On y reste près de quatre heures, complètement zen, à regarder monter la marée, à s'asseoir et discuter, à faire des "rebounds" avec des roches dans l'eau.

On monte sur les remparts de la vieille ville en approchant 16 heures ; on contemple encore un peu le paysage, puis on redescend dans les petites rues. On croise une crêperie ; on s'y arrête pour prendre un café, et une flambée au rhum avec bananes et chocolat, et une autre au caramel au beurre salé (NDA : cette dernière avait une saveur familière pour Ariane, Sarah et moi, le caramel salé étant une spécialité de Guérande, qui est célèbre pour ses marais salants, et que nous avions visitée tous les trois en avril). Il commence à pleuvoir ; tous trempés, nous nous dirigeons vers l'Auberge de Jeunesse, solution qui a été retenue plus tôt pour son côté pratique (nous allons au Mont St-Michel demain, et la distance Saint-Malo / Saint-Michel est plus courte que Rennes / Saint-Michel). On la trouve finalement vers 18 heures 30. Elle est pas mal confo : nous avons une chambre privée à cinq, et c'est comme les FJT en mieux. Après s'être à peine rafraîchis, nous partons pour soûper et pour le show de Mickey 3D à l'Omnibus, à l'autre bout de la ville. On marche 35-40 minutes, on bouffe au McDo (bouah, le Chicken Mystic, c'est so-so), et on est déjà à côté pour le show, pour lequel PL nous as obtenus des accréditations (NDA : autrement dit, des badges de presse au nom de Radio-Rennes, l'endroit de son stage, pour pouvoir assister au spectacle gratuitement). Malheur ! Pour des raisons de dernière minute, le groupe a annulé, mais les premières parties se produisent quand même. L'Omnibus est un joli bar à gradins, et le premier band, KO et Joséphine, est pas mal du genre Cranberries à la française. Ensuite, c'est un duo de DJs et nous allons danser tous les cinq jusqu'à près de minuit ; nous revenons donc tôt à l'Auberge.

En marge de ces péripéties se poursuit également ma réflexion sur le report ou non de mon départ (NDA : l'idée de retarder de quelques semaines mon retour au Québec me trottait dans la tête depuis environ une semaine, ainsi qu'à Sarah et Pierre-Luc). Sarah me dit franchement qu'elle préfère que je ne contacte pas Ben (NDA : notre pote qui nous avait hébergés à Paris, et chez qui je pensais rester quelques jours en cas de rallongement de mon séjour en Europe), parce que, et elle a parfaitement raison, il serait invivable pour nous deux de continuer à se voir à la même fréquence que maintenant (NDA : rappelons que la relation entre Sarah et moi est, depuis plusieurs semaines, précaire sinon difficile). Mais une autre solution, sinon deux, se développe : je pourrais peut-être faire un call à la station avant de partir, genre Cécile ou quelqu'un d'autre (NDA : pas clair. Demander à un des collègues de Sun FM si l'un d'entre eux serait prêt à m'héberger quelque temps, moyennant dédommagement). Il y a aussi l'option des colocs de PL et Mélo, c'est-à-dire Yann et compagnie, qui seraient, selon les dires de mes deux comparses, enchantés de voir leur rente de loyer diminuée pour un autre mois. Je me renseigne et je réfléchis.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: