28 mai 2008 : La grand' ville

Trip Start May 24, 2008
1
5
16
Trip End Jun 08, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Canada  , Quebec,
Wednesday, May 28, 2008

Une longue route encore aujourd'hui ; en fait, plus longue que celle d'hier. Au programme, cinq régions administratives québécoises à traverser : Abitibi-Témiscamingue, Outaouais, Laurentides, Laval, Montréal. C'est là que je me rends, voir entre autres mon bon ami Pierre-Luc Gagnon, avec qui je prépare ce voyage en Europe pour la fin de l'été ; mais ça c'est une autre histoire.

Très légèrement déçu (mais déçu quand même) de mes photos de Val-d'Or prises la veille, parce qu'en gros il n'y a rien de vraiment impressionnant à ce moment sur mes cartes mémoire, je demande, en terminant le check out de ma chambre d'hôtel vers 8 heures, s'il y a un endroit ici où l'on a un beau point de vue sur la ville. Bonne idée : j'apprends que non seulement oui il existe un tel endroit, mais qu'il est exactement ce que je cherchais (une tour qui donne une vue imprenable sur la ville et les alentours), mais qui est aussi tout près. J'ai donc enfourché illico mon fidèle Sebring, empoigné mon fidèle Olympus, et hop, on grimpe sur une vingtaine de mètres. Hauteur d'ailleurs suffisante pour me rappeler mes tendances à l'acrophobie, surtout qu'il vente plutôt beaucoup ce matin. Toujours est-il que je prends néanmoins le temps de prendre plusieurs photos, et un petit vidéo.

Je quitte vers le Parc de la Vérendrye (276 km de bonheur) quelques minutes après. Après avoir passé Louvinois, dernier modeste rempart de civilisation avant la section de route isolée, je me mets à rouler. Après un début plutôt fade, je me rends compte que ce parc est peut-être le plus agréable des trois qu'il m'ait été donné de traverser au Québec : paysages colorés, lacs uniques, route facilement praticable (lire : moins de fucking nids-de-poule qu'ailleurs). Sans sortir du Parc, je traverse bientôt l'Outaouais, encore plus beau. Mais c'est arrivé dans les Laurentides, avec ses petits villages pittoresques en bordure des lacs et des rivières (Grand-Remous, Mont-Laurier, Lac Paradis, Lac Saguay, Labelle, Mont Tremblant) que l'on constate à quel point le Québec est réellement beau : loin des forêts du Nord, des plaines de la Vallée du Saint-Laurent, des gratte-ciels des villes, les montagnes de cette région de la province la mettent finalement dans le haut de ma liste de régions préférées de ma patrie.

Après une courte pause d'une demie-heure à Mont-Laurier pour abreuver ma monture de métal, et pour me sustenter moi-même, je continue ma route, jusqu'à atteindre les premiers faubourgs de la banlieue éloignée de la métropole (Saint-Jérôme et Blainville, entre autres) ; je commence à adapter ma conduite, pour devenir aussi agressif et impoli au volant que peuvent l'être certains automobilistes montréalais en approchant l'heure de pointe (il est presque 15 heures 30). Pas le choix, sinon je vais rester pogné sur la 15 jusqu'à huit heures à soir. Arrivé au centre-ville, et après avoir bien sûr tournoyé quelques minutes pour finalement me trouver un parking qui coûte les yeux de la tête, je me dirige vers le 505 boulevard René-Lévesque, où je rejoins PL à son travail. On repart ensemble, après avoir récupéré mon fidèle Sebring. Direction arrondissement Rosemont, coin Beaubien et 29ème avenue.

Dès la première soirée, je propose à mes deux accueillants amis (Pierre-Luc et sa blonde, Marianne) une sortie : let's go au Mont-Royal, prendre des photos de la ville maintenant qu'il fait noir ! Hum... pas si facile, quand aucun de nous n'est allé au fameux belvédère en question. Qu'à cela ne tienne, tout le monde dans l'auto, nous trouverons bien.

Après quelques tergiversations ("l'Observatoire" est plutôt rempli de fumeux de pot, de ratons-laveurs et autres individus bizarres, sans parler de la vue qui est finalement décevante), on finit par décider d'aller à l'Oratoire Saint-Joseph, et ses célèbres marches où les pélerins montent à genoux jusqu'aux grandes portes de bois. Clic clic, quelques clichés, et hop on est partis. Je passe rapidement sur les bouts où on a sacré en ratant l'entrée ou la sortie pour accéder au fameux Mont-Royal et ses alentours. La fin de la soirée est toute simple, Pierre-Luc et moi discutons un peu du voyage à venir, une fois que Marianne est couchée ; notre objectif de décider d'une date de départ officielle n'est pas atteint, mais ce n'est que partie remise.
Slideshow Report as Spam

Comments

Robert R on

votre photo de Mont-Laurier n.est pa une fondrie mais une meunerie qui a ete demanteller en 2010.

travellingjon
travellingjon on

Merci de la précision !

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: