Jour 48 : Troubles de vision

Trip Start Sep 05, 2008
1
52
56
Trip End Oct 25, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of France  , Burgundy,
Wednesday, October 22, 2008

Tout le monde a l'air de se lever à la même heure ce matin dans la chambre 12, peut-être que tous partent, comme moi, ce matin. Je suis debout à sept heures 50, déjeûner englouti de façon incontestable une demie-heure plus tard, et douche prise avant 9, ce qui fait que je suis rudement en avance pour aller à Part-Dieu prendre mon train vers Dijon à 10 heures 22. Je jase une dernière fois avec Charles; le Québécois que j'ai rencontré et qui quitte avec sa blonde pour Genève ; puis c'est l'inéluctable check-out. Il a plu toute la soirée et la nuit dernière, et ça continue ce matin, quoique seulement légèrement. Je vais prendre le funiculaire, prend ensuite le métro, arrive 30 minutes en avance. Le voyage lui-même est sans histoires. J'arrive à Dijon, je dîne, et cherche ensuite où prendre le bus no. 4 vers Chenôve ; je me rends donc vers le bureau de tourisme, fermé jusqu'à 14 heures 30, reviens sur mes pas et, sur le conseil d'un chauffeur de bus, je prends la Liane 5 (nom de la bus, apparemment) vers les Galeries Lafayette, correspondance avec la 4. Mon hôtel est vraiment creux en banlieue dijonnaise ; après presque trente minutes, j'arrive dans la zone industrielle, et j'ai encore à marcher dix minutes pour arriver au Hotel Stars Dijon, un 1 étoile qui me coûte 35€ par nuit, mais où j'ai une chambre à moi... petite gâterie de fin de parcours. L'hôtel est situé à un endroit plein de gros commerces, qui ferait penser à n'importe quelle banlieue nord-américaine. A peine arrivé, je décide de mettre mes lunettes, après avoir passé l'avant-midi avec mes verres de contact à cause de la pluie... Malheur !! Elles ne sont plus dans mon sac, et j'ai beau fouiller, rien de rien. Le dernier moment où je me souviens de les avoir vues, c'est peu après être embarqué dans le bus 5 ; je vais à la réception de l'hôtel, demande le numéro de téléphone de la Divia (société de transport en commun dijonnaise), et appelle au siège social, qui est justement situé non loin, ici à Chenôve ; ils n'ont pas la liste des objets perdus dans la journée courante avant le lendemain matin. Je vais donc attendre, faute de mieux.

Je ne sais vraiment pas comment expliquer cette perte, mais ça me sape le moral ; sur le coup, je décide de rester pour tout le reste de la journée à la chambre, surtout qu'il pleut (il n'est pourtant que 14 heures 30). Finalement, après un touchant (léger sarcasme) documentaire sur Soeur Emmanuelle, cémébrité religieuse française qui vient de décéder, semant la consternation chez nos cousins français, je me lève et vais au centre commercial tout près, m'acheter des trucs comestibles à ramener au Québec, comme de la saucisse sèche. Puis, finalement à quoi bon s'enfermer et bouder, je sors avec mon appareil photo pour aller voir la ville un peu, même si à chaque fois que je pense à mes lunettes perdues, ça me fout en rogne. Je prends le bus, me rend au centre-ville de Dijon, m'attendant à une ville agréable certes, mais pas nécessairement jolie ; après tout, le Lillois que j'ai rencontré à Lyon ne m'a-t-il pas dit que Dijon n'était pas vraiment super, me conseillant plutôt Beaune, un peu plus au sud d'ici ? Eh bien, j'ai bien fait de m'écouter : Dijon est délicieuse. Je ne l'ai visitée qu'une petite heure aujourd'hui, à cause de la pluie et aussi pour m'en garder pour demain, où l'on prévoit un temps meilleur, mais l'architecture de sa vieille ville, l'apparent dynamisme de ses gens et le naturel de ses attractions, sobrement présentées aux touristes de passage, m'ont beaucoup plues. J'ai aussi remarqué les petites chouettes dorées dans les rues, comme m'en avait parlé Stéphane, mon CouchSurfeur d'août dernier qui vient justement de Dijon, ainsi que le fameux Ekin Kebab ; je m'assure demain de suivre le parcours indiqué par ces oiseaux de nuit.

Je reviens à l'hôtel vers 18 heures ; une bonne quarantaine de minutes plus tard, je suis à ma chambre. C'est une soirée relax qui m'attend, question de me reposer un peu les yeux, et me préparer pour ma dernière vraie journée de touriste demain. Au menu, Dijon en profondeur, et appel important à la Divia.
Slideshow Report as Spam

Comments

starlagurl
starlagurl on

Oh no!
You lost your glasses?! I can't really understand the rest, but maybe someone could send you an old pair from home? That really sucks, hope you can either buy new ones or somehow get old ones sent to you.

Louise Brown
TravelPod Community Manager

travellingjon
travellingjon on

Re: Oh no!
Yeah well, I'm back now, and I didn't recover them... and I don't have old ones, so it'll be contact lenses all day long for me until I can afford to buy new ones... That's going to be a bit difficult since I don't have a job right now, but there's no way I' going to feel pitiful, 'twas the time of my life !

And you, dear Louise, you didn't find your lost bag either ? I read the next 4-5 entries you wrote after that, and you were not talking about that anymore... I think that may be worse, after all, you had your camera in it, I would have cried for days if I lost mine.

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: