Jour 24 : Derrière le rideau de fer

Trip Start Sep 05, 2008
1
27
56
Trip End Oct 25, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Czech Republic  , Bohemia,
Sunday, September 28, 2008

Ce matin, je suis prêt : mon sac attend sur le bord du lit, mon billet de train pour Prague est dans ma poche, le départ est pour 11 heures 10, et j'estime le temps de marche vers la gare à quinze minutes, vingt tout au plus. Pourtant, à sept heures je ne dors plus.

Nervosité ? Hâte ? Stress accumulé ? Ou tout simplement une bonne nuit de sommeil arrivée à son terme ? Toujours est-il que j'ai les yeux ronds comme des 2 €, alors aussi bien aller me taper ce délicieux déjeûner qui m'attend en bas. Tsé, pourquoi résister inutilement...

A mon retour à la chambre, mon ami Allemand (qui, en passant, étudie pour devenir prêtre... mais en attendant que ses cours reprennent en octobre, il est sur le party à Dresden) est réveillé, je lui jase un peu avant de partir, la première véritable fois depuis que nous sommes arrivés. Des fois je me demande si je profite vraiment pleinement des occasions qui me sont présentées de rencontrer du monde, d'habitude l'image que je me fais de ces joyeux lurons insouciants est loin d'être celle qu'ils me renvoient après que je leur ait parlé... M'enfin, peu importe. Il est 9 heures 45, il s'en va à la messe du dimanche, et moi je vais prendre mon train.

A la gare, ayant pas mal de temps à tuer, je décide de le mettre à profit en allant faire la file d'un bureau de vente de la Deutsche Bahn pour y acheter mon prochain billet de train (j'aime bien en avoir un d'avance tout le temps) ; étant donné que ma destination dans quatre jours sera Salzburg, Autriche - oui, la ville de Wolfgang Amadeus Mozart -, je paie le ticket, cash. Encore 60 € d'envolés.

Le train finit par arriver, et il finit aussi par partir... On passe en République Tchèque sans trop que je me rende compte ; je sais juste qu'à un moment donné, les panneaux publicitaires et indicateurs que je voyais par la fenêtre, et dont je comprenais environ 10% du contenu, sont devenus complètement incompréhensibles. Espérons qu'ils parlent un peu l'anglais, en Tchéquie... J'arrive peu avant 13 heures 30 à la gare Nadrazi Holewice de Praha (je vous épargne les accents et la prononciation). Et cette fois-ci, contrairement à Dresden, je suis préparé : je sais exactement où je vais, quelle ligne de métro prendre, à quelle station débarquer, quelles rues emprunter pour trouver l'Auberge de Jeunesse en deux temps trois mouvements... Pfff ça va être trop facile, du gâteau...

Ouais. Sauf que les Tchèques ne prennent pas les Euros, ils ont encore des Couronnes Tchèques. Et le réseau de métro et de transport en commun de la Ceska Republika est unilingue tchèque ; même les panneaux de sortie de secours sont seulement en tchèque. Pour couronner le tout (sans jeux de mots avec leur monnaie), il y a neuf tarifs de métro différents, dépendamment de la durée de validation du billet, de notre âge, du fait qu'on emprunte une ou plusieurs lignes du métro dans une ou plusieurs des huit zones de la ville ou non. Autrement dit, j'ai dû passer une bonne vingtaine de minutes devant la machine à billets qui me demandait si je voulais le billet aller simple à 18 ou à 26 Couronnes. Meh...

Je change finalement 40€ dans le premier bureau de change que je croise (ça me donne 850 Couronnes, wow j'me sens riche), je parle à un drôle de mec employé du transport en commun qui me conseille finalement un billet à validation limitée, et j'insère une grosse pièce de 20 Couronens dans la machine. Enfin ! Allons-y... direction I.P. Pavlova, sur la ligne rouge (C), Hotel U Melounu sur la rue Ke Karvolu. Yeah, chuis à Prague !

Tout de suite en sortant du métro, je constate deux trucs qui ne se sont pas démentis jusqu'ici : Prague est très belle, Prague est très bruyante. J'atteins, cette fois-ci sans mal, le U Melounu, dont le personnel est très sympathique, les chambres un peu compactées mais jolies, un jardin à l'arrière, et de la Pilsner Urqell froide en vente à la réception (pour les néophytes, c'est une bière tchèque mondialement connue...). Je quitte aussitôt pour aller visiter, mais du fait que je suis ici pour quatre longs jours, je décide, contrairement à mes deux derniers endroits visités, de prendre mon temps ; j'allonge confortablement deux heures passées sur les grandes artères de la vieille ville, sans plus. Il fait super beau, mais j'y tiens mordicus : je m'en garde pour demain et après-demain, rien ne presse ; en attendant, je me régale quand même de cette superbe ville de l'Est. En début de soirée, je fais connaissance avec mes compagnons de chambre, au nombre de six : deux Anglais, une Australienne (qui finira d'ailleurs au lit avec l'un des deux Anglais), un Allemand, une Danoise de 53 ans (super sympathique) et un Franco-Algérien qui arrive vers 22 heures, et qui se lève à trois heures pour prendre un avion pour Paris en début de matinée. Dire que la moitié s'en va déjà demain...
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: