Jour 23 : La température de mon bord

Trip Start Sep 05, 2008
1
26
56
Trip End Oct 25, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Germany  , Saxony,
Saturday, September 27, 2008

Une autre belle journée se lève sur l'Allemagne... Ca tombe bien, je me suis levé tôt.

Après un autre copieux petit déjeûner (décidément les Germains ont la "touch" quand on parle du premier repas de la journée), je quitte l'Auberge peu avant 9 heures 30 pour découvrir plus en profondeur la plus belle ville de Saxe. En ce milieu de matinée, la température est encore assez incertaine, mais le soleil semble gagner la bataille face à un brouillard de plus en plus mince. Je passe immédiatement de l'autre côté de l'Elbe, situé à peine à dix minutes de l'Auberge, et je suis aussitôt dans la Neustadt, littéralement la "nouvelle ville", partie massivement reconstruite après le bombardement de '45. Il y a une grande allée bordée d'arbres qui me mène jusqu'à la Albertplatz, où vont commencer mes recherches. C'est que j'ai aussi un autre but ce matin que de faire du simple tourisme ; je dois chercher ce que je n'ai pu trouver hier soir en arrivant à Dresden, m'étant promené dans le quartier historique au lieu de faire mon repérage habituel. Je dois donc trouver (a) des restaurants, car les machines distributrices de l'Auberge de Jeunesse sont plus ou moins tentantes, (b) une buanderie, car toutes mes paires de bas sentent le p'tit pied et (c) un satané café Internet pour, oui, aller faire un peu d'Internet, mais aussi appeler au Québec un peu plus tard en journée, car on est samedi aujourd'hui, le jour oû j'appelle mon monde. Et j'ai une petite idée où trouver tout ça : dans toutes les villes d'Europe qu'il m'a été donné de visiter, sans exception, il y a toujours un quartier turc, et ils regorgent tous de ce dont je cherche. Les choses ne sont pas différentes à Dresden.

Coup sur coup, arrivé à Albertplatz, je repère tout ce dont j'ai besoin dans les cinq minutes : une buanderie bon marché qui ouvre jusqu'à tard, deux cafés Internet presque côte-à-côte, et au moins six restaurants (servant surtout des döner kebab). Je fais donc plus de deux heures d'Internet, question de me mettre à jour dans mes trucs, mon blogue, acheter en ligne et imprimer des billets de train, un plan du métro de Prague où je vais demain, une Google Map de mon chemin jusqu'à l'Auberge rendu là, etc... Jamais je n'ai été aussi longtemps online.

Ensuite, vers midi, le fun commence : il fait une température superbe même s'il fait plutôt frais, et je parcours au hasard les rues de la ville en cliquant de bon coeur avec mon fidèle Olympus. Peu avant d'arriver à la Frauenkirche (la belle église que j'ai vue hier), je me pogne une bratwurst, sorte de grosse saucisse blanche grillée avec de la moutarde forte ; en croquant joyeusement ce boyau de viande, je m'extasie devant la beauté de cette cité allemande qui semble-t-il n'a pas trop souffert de la pâle architecture communiste d'après-guerre. Vers quinze heures, je reviens vers les cafés Internet, j'appelle à la maison pour m'assurer que tout le monde va bien. Re-promenade par la suite, surtout le long de l'Elbe, et vers 18 heures, après souper, il est temps de laver mon linge. Pourquoi j'ai attendu cette heure tardive pour faire la partie désagréable de mes tâches ? Parce que sur le chemin du retour, une fois la nuit tombée, je vais prendre des photos de nuit de Dresden, dont le centre historique se situe entre Albertplatz et l'Auberge. Et je m'y donne à coeur joie...
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: