Jour 16 : Italiaaaaaa !

Trip Start Sep 05, 2008
1
18
56
Trip End Oct 25, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Italy  , Lazio,
Saturday, September 20, 2008

Faire la liste de tout ce que nous voulons / allons voir aujourd'hui, ce serait un peu trop long. Alors prenez un plan de la ville de Rome (disponible dans tous les bons dépanneurs du Latium), relaxez et suivez le récit !

On se lève vers huit heures, en se faisant une joie de faire plein de bruit pour réveiller les connards d'à côté, qui nous ont réveillé sans aucune gêne la nuit précédente à une heure du matin. On quitte après une bonne douche en semi-plein air (les douches et toilettes du Camping Tiber sont de petites batisses sans portes et avec des trous dans les murs), en prenant la navette du camping qui nous ramène au même endroit où nous sommes arrivés hier, soit la station Prima Porta du train de banlieue. On se prend rapidement un petit déjeuner minable, composé de barres tendres, de petit snack au maïs et d'une banane, et hop, on embarque dans un wagon plein de graffitis. On débarque au bout de la ligne, station Flaminio, nous sommes juste à côté de la Piazza del Popolo.

Cette attraction, la première sur notre liste, est assez ordinaire il est vrai : une simple obélisque entourée de grillages, dans un coin à l'architecture quelconque. Mais vite, nous passons au truc numéro deux : la Piazza di Spagna. Aaah ! Beaucoup mieux. Une belle fontaine, avec de majestueuses marches qui grimpent au sommet d'une des sept collines sur lesquelles Rome s'est installée. Nous montons ces marches, prenons enfin un nombre respectable de clichés, et quittons pour un autre morceau de choix : la Fontana di Trevi.

Pierre-Luc et moi avons chacun une pièce de monnaie canadienne à lancer dans la célèbre fontaine ; nous la trouvons sans mal, nous n'avons qu'à suivre les centaines de touristes comme nous de toute façon, et après avoir fait un souhait (je ne vous dis pas le mien), nous quittons ce superbe endroit. On est chanceux, il fait, en plus, une température magnifique sur Rome, 23 degrés et du soleil dans un ciel immaculé. Nous arrivons à peine quelques minutes plus tard au Panthéon, chef-d'oeuvre d'architecture romaine, avec ses colonnes colossales et son dôme troué dont on dit pourtant qu'il ne laisse jamais passer la pluie. A l'intérieur, des statues, des peintures et du marbre partout, dans une salle ronde bondée de gens. Le tout donne sur une jolie petite place entourée de maisons typiquement romaines. Décidément, c'est de mieux en mieux.

Attraction numéro cinq, la Piazza Navona. Celle-ci ressemble à une ancienne place de marché, dans un quartier absolument sublime ; comme Saint-Michel dans Paris, on y trouve de petites rues tortillantes et de petits immeubles anciens, construits selon une architecture unique. Le tout nous mène vers le fameux Tibre (Tevere en italien) et de l'autre côté, le Castel Santangelo. Nous nous y arrêtons pour diner de trucs pas très bons qu'on a pris en passant dans une épicerie non loin (dont un Pepsi italien), et on marche, marche, marche vers la Piazza San Pietro, la place St-Pierre au coeur du Vatican.

Le Vatican, c'est grandiose : San Pietro est immense, il y a (évidemment) des tas et des tas de touristes, mais c'est magnifique. On fait la file pour entrer dans la basilique Saint-Pierre, il y a un contrôle presque comme à l'aéroport (sacs dans le détecteur à radiation, détecteur de métaux, etc...) avant d'y entrer. On y retrouve cependant un peu de fraicheur à l'intérieur, et si on évite un peu malgré nous la coupole de la basilique (voir l'entrée du 20 septembre sur le Vatican), on a quand même droit aux tombeaux des papes, dont celle de Jean-Paul II qui est très belle.

Numéro huit, Colosseo, que nous connaissons sous le nom de Colisée. Juste en sortant de la station de métro, on tombe dessus, on ne peut pas le manquer : l'un des symboles de la civilisation romaine se dresse devant nous. En fait, nous sommes dans le bout de Rome où les ruines sont abondantes, avec entre autres le Foro Romano (payant, comme le Colisée), le Palatino (payant aussi) et le Campidoglio (payant ? Ben oui !) ; on y passe une bonne heure. Nous sommes donc en toute fin d'après-midi quand nous arrivons au palais de Vittorio-Emanuele II, roi d'Italie encore tout récemment (c'est lui qui a destitué Mussolini en 1943). Un superbe palais qui permet en plus d'avoir une vue imprenable sur les alentours, dont la colonne de Trajan et la Piazza Venezia, en construction pour faire place à une future ligne de métro. Nous nous dirigeons enfin, vers 17 heures 30, vers la onzième et dernière attraction de la journée : le Circo Massimo.

Un peu décevant ; je m'attendais à des gradins anciens, où les chars s'élançaient voilà deux millénaires, mais au lieu de cela, ce n'est qu'un grand champ avec une bosse en forme de cigare au milieu. Mais la journée a été tellement bien remplie que lorsque nous reprenons le métro, on a la tête bien pleine. Vite ! Retournons au Camping Tiber, discuter de notre journée en se sirotant une grosse quille de Birra Moretti !

Après 1-2-3 broues, nous sommes allés au restaurant sur le camping (assez luxueux d'ailleurs, pour ce genre d'endroit), se déguster une authentique pizza romaine ; Pierre-Luc et moi prenons une succulente Meat Feast avec saucisse toscane, prosciutto et viande hachée. Une des journées les plus marquantes du voyage vient de se terminer...
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: