Traverser la rue à Hanoï

Trip Start May 07, 2012
1
86
102
Trip End May 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed

Flag of Vietnam  ,
Thursday, January 24, 2013



Sin chào tout le monde (Bonjour en Vietnamien)



Bienvenue à Hanoï, capitale du pays, dont le centre historique de la ville est étalé sur 36 rues correspondant à autant de corporations, et qui alignent une dizaine de magasins qui vendent exactement la même chose. Nous sommes logés plein centre, entre la rue des jouets et la rue des autels et articles religieux, pas loin de la rue des vêtements, la rue des biscuits et la rue des tirettes et autres articles de mercerie. Voilà une façon originale de se repérer. Les rues sont très animées, enchainant les façades minuscules devant des pièces en enfilades à l'arrière. Jadis, la taxe foncière était calculée par mètre de façade, d'où l’intérêt de ces maisons-tubes.



La circulation dans la ville


Hanoï est une ville au trafic dément, surtout dans le centre-ville, avec la pollution en conséquence. Quelques voitures, un milliard de mobylettes, des tricycles pour transporter les touristes et des vendeuses traditionnelles de fruits et légumes, chapeau conique sur la tête et masque anti-pollution sur le nez, qui poussent leur vélo surchargé ou leurs paniers à balancier, en équilibre sur l'épaule. Les trottoirs sont inutilisables pour les piétons car envahis par les mobylettes garées et les cafés-restaurants locaux remplis de monde, avec des petits tabourets et une cuisine de fortune.

Ici, traverser la rue est toujours une espèce de guerre psychologique entre le piéton et la mobylette. En Europe si on veut traverser, outre les règles habituelles du code de la route, on attend au bord de la route. Si on croise le regard du chauffeur, on lui fait un beau signe de la main, il a compris, il ralentit, souvent il fait un signe lui aussi, on peut passer. Au centre-ville de Hanoï, les passages pour piétons sont là juste pour faire joli, complètement ignorés. Les feux rouges sont respectés à 50%. Cela signifie que si 10 mobylettes s’arrêtent, 10 autres vont les contourner, klaxonner un bon coup et traverser sans le moindre remord. Oups, soudainement y'a plein de trafic qui vient de la route d'en face (heu … si le feu était rouge, ça veut dire qu'il était vert pour ceux d'en face, non ?). On re-klaxonne un bon coup et ça passe.

Bref, ici le piéton est livré à lui même. Le chauffeur ne regarde jamais le piéton dans les yeux. C'est assez perturbant, puisqu'on n'a jamais de confirmation qu'ils nous ont vus, donc on ne peut jamais leur faire signe « merci de me laisser passer ». Il faut avancer. On se sent un peu comme dans un film d'aventure style Indiana Jones, pour traverser un couloir rempli de pièges, et chaque pas dévoile les pièges suivant, devant et derrière nous. C'est presque musical : un pas, deux mobylettes, bip bip ( deux coups de klaxon), un pas, deux mobylettes, bip bip, un pas ... Mais en fait, les mobylettes nous ont bien vus, et font le petit écart nécessaire, à la dernière seconde, pour nous éviter. Une légende urbaine dit qu'on peut traverser les yeux fermés, il ne nous arrivera rien si on garde une vitesse constante. Cela permettra aux mobylettes d'anticiper notre position et de modifier leur trajectoire si nécessaire. Nous n'avons pas eu l'audace d'essayer.

La conduite au klaxon est typique des pays du tiers-monde, nous avons déjà vu ça ailleurs ( à Santa Cruz de Bolivie par exemple). Klaxonner veut dire « écartez-vous pour me laisser passer ». Aucune politesse, très peu de code de la route. Tout se fait à l'intox, partie de poker permanente entre « je klaxonne, je veux passer » et l'autre qui pense « je suis aussi pressé que toi, je passe d'abord », l'un avance de quelques centimètres, l'autre aussi, et finalement l'un des deux passe, gagnant la guerre des nerfs pour cette fois. On a l'impression que ralentir ou laisser passer quelqu'un est une atteinte à leur honneur. Et malgré ce chaos, nous n'avons vu aucun accident.



La bonne blague


Au Vietnam, il ne faut pas essayer l'humour du second degré, que nous aimons tant pratiquer. Ils prennent tout au pied de la lettre, et comme ils ne parlent pas bien anglais, il y a 99% de chances qu'ils ne comprennent pas la blague directement, ce qui nous expose à de longues et infructueuses explications: plus il faut de temps pour expliquer une blague, moins elle est drôle.

Alors pour leur faible niveau d'anglais, leur vocabulaire se restreint habituellement aux 10 phrases habituelles des touristes, plus les plats de la carte de leur restaurant. Mieux vaut en rire. Un jour au restaurant, nous étions seuls avec la serveuse, qui est toujours là à guetter notre dernière bouchée pour débarrasser les assiettes le plus vite possible comme c'est la coutume ici. Bref nous engageons la conversation, elle avait l'air de parler un peu anglais. Voici ce que ça peut donner, traduite de l'anglais.

« Il paraît que vous aller avoir un Métro à Hanoï. C'est pour bientôt? »
« Vous voulez un dessert? »
« Non, le Métro de Hanoï ! »
« Vous voulez un taxi pour rentrer? »
« Le Métro ! Le train dans la ville. »
« Vous voulez un guide pour visiter le marché de la ville? »
« OK, l'addition s'il-vous-plaît »



L'oncle Ho


Impossible de visiter le Vietnam en ignorant l'oncle Ho, monsieur Ho Chi Minh qui a tenu tête aux français et aux américains pendant la guerre du Vietnam, architecte de la réunification des deux Vietnam. La plus grande ville du pays, Saïgon a été rebaptisée Hô-Chi-Minh-Ville (Hanoï est moins grand, mais est la capitale du pays). Personnage adulé dans tout le pays, il a marqué l'histoire. Nous avons visité son mausolée, en plein centre de Hanoï. L'endroit en un peu surréaliste. Des portiques de sécurité dignes des aéroports américains, la garde présidentielle partout, sacs à dos, téléphones et appareils photos interdits dans certains endroits. Contraste saisissant entre le trafic intense d'un centre-ville surpeuplé et le complexe du mausolée, avec un boulevard fermé à la circulation où on pourrait faire atterrir un antonov ou un tupolev que Staline aurait offert au pays. C'est aussi le cœur de la propagande communiste, de grands bâtiments à la gloire d'un homme pourtant humble et opposé à tout ce cirque, qui refusait de vivre dans le palais présidentiel, préférant une simple petite maison sur pilotis, encore un contraste.



Ténacité vietnamienne


La mentalité des Vietnamiens est très particulière, nous avons pu nous en rendre compte en discutant avec des expatriés et avec des locaux. En affaires, c'est très difficile : les choses ne sont jamais claires, l'opposition n'est jamais frontale, ils ne disent jamais tout. Ils sont également très tenaces. On peut comprendre cette mentalité en étudiant leur Histoire. S'ils ont gagné la bataille de Dien Bien Phu contre les français par exemple, c'est surtout parce que les français combattaient un ennemi invisible dans la jungle. Et malgré les pertes énormes, les saloperies que les américains on déversé sur le pays pendant la guerre style dioxine et autres exfoliants (qui causent encore aujourd'hui des malformations génétiques chez les nouveaux-nés), ce sont finalement les occidentaux qui sont partis la queue entre les jambes. Il y a eu trois fois plus de bombes tombées sur le Vietnam entre 1955 et 1975 que sur l'ensemble de la deuxième guerre mondiale! Sortant de 1000 ans d'occupation (chinoise, française, américaine), on pourrait croire qu'ils sont toujours en guerre, avec la notion de « survie » toujours à l'esprit. Ils essaient toujours d'arnaquer, tout se négocie, ici. A choisir entre une petite arnaque aujourd'hui et une longue relation de confiance qui lui serait peut-être profitable sur le long terme, le vietnamien choisira l'arnaque au court terme. On ne sait pas de quoi demain sera fait. Un expat nous faisait la réflexion que leur inconscience sur la sécurité routière tient un peu de la même mentalité: essayons d'aller le plus vite possible aujourd'hui, quitte à risquer un accident: demain n'a pas d'importance.



"Same, same"



Le « same !, same ! » … but différent est fréquent ici. SameSame est un mot que tous les vietnamiens connaissent. Si un touriste veut quelque chose de spécifique, le vietnamien propose quelque chose de similaire, et avec son pauvre niveau d'anglais, essaie de le convaincre que c'est la même chose (Same!). En fait c'est différent, de qualité inférieure, ou d'arnaque supérieure. Ils le traduisent par "c'est l'équivalent de ...". Par exemple si on demande le prix de quelque chose, ils répondent parfois "same same 50 000 vietnam dongs".

Mais ce tableau est trop sombre pour refléter la réalité. Il faut reconnaître que les vietnamiens sont des gens charmants et très respectueux. S'ils nous proposent de nous vendre un truc, de nous conduire quelque part, c'est aussi parce c'est leur travail, et qu'ils ont besoin d'argent pour vivre, comme tout le monde. Si on dit non, ils nous lâchent directement, n'insistent guère. On ne se sent pas oppressés comme on l'était à Dar-Es-Salaam en Tanzanie par exemple. De plus, ils n'ont aucune animosité envers les français ou les américains. C'est du passé. Et ils sourient volontiers.



2 projets intéressants


Le couchsurfing nous offre cette fois une brève rencontre avec Lluyen. Malheureusement elle est très occupée et nous n'avons pas beaucoup le temps de parler avec elle, un peu plus avec Marc son partenaire d'affaires franco-hollandais. Ils se sont rencontrés par le couchsurfing il y a quelques années et ont décidé de monter ensemble une boulangerie, avec une section traiteur et aussi couture. L'originalité du « Monkey Bakery », leur société, tient dans l'aspect social : ils ont engagé une majorité de personnes handicapées, et même si ce n'est pas une ASBL, toutes leurs décisions commerciales se font avec un esprit social. Le même jour nous avons également mangé au restaurant Koto, qui engage des enfants de la rue pour leur donner une éducation d’hôtellerie. Deux belles preuves qu'on peut avoir une entreprise à but lucratif, faire des bénéfices, tout en faisant un geste humanitaire en employant des personnes défavorisées. Une autre façon d'aider son prochain tout en gagnant sa vie.



Miam miam


Depuis quelque temps, on nous vante la gastronomie Vietnamienne, la meilleure de toute l'Asie. Confirmation : c'est vraiment très bon, sain, frais et varié. Certainement un des meilleurs pays pour la nourriture depuis le début de notre voyage. On va encore prendre des kilos! Mais il y a tellement à dire sur la cuisine vietnamienne que nous publierons un texte spécifique sur le sujet dans quelques jours.

Voici les photos de Hanoi

A bientôt



Slideshow Report as Spam

Comments

soyunpescado
soyunpescado on

Hi I have been following you all the time. I just did not comment too much. I love the video of crossing the street. You managed!!! Some times I see the albums with my doughter as there really nice pictures. Keep posting. Eduardo Alias Soy Un Pescado

tibuandtintin
tibuandtintin on

Thanks for following us, Eduardo. For the video, it was easier than usual because exceptionally the motorbikes came only from one direction :)
For the pics, Tibu is an excellent photographer ... but I have to wait for her all the time in the streets, she is always behind capturing a nice shot :)

Greg on

You shouldn't care so much about their motocycle... You're heavier with your backpack than they are with their motocycle! And much taller. They will avoid you ;)

Ceci dit, ca rememore un paquet de souvenir ;) J'espere que vous appreciez.

Alice n JY on

So u have ur new challenge ( pour des boulets a liegeoise au retour) - conduire une mobylette au vietnam !
Releveras-tu le defi ?

tibuandtintin
tibuandtintin on

Merci les gars pour vos commentaires
@ Greg: oui on apprécie énormément ce pays, très intéressant, très différent de nos étapes précédentes
@ JY: on m avait refusé une location de moto a Moorea, un dimanche ou y 'avait personne dans les rues, parce que c'était trop dangereux sans expérience (je n'en ai jamais fait). Alors ici, même s'ils ne demanderont aucun permis ni expérience, je ne pense pas que je vais prendre le risque, même pour des boulets liegeois ... désolé!

Jeanine on

Bravo au photographe ! J'adore !

JY et Alice on

Nous avons donc mange vos boulets.....merci !

tibuandtintin
tibuandtintin on

@ JY et Alice: grrr, j'aurais du faire une photo bidon, sur une mobylette à l'arrêt ... je suis trop honnête! C'était bon au moins? :)

@ Jeanine, merci pour les encouragements. Le vietnam est effectivement un pays très coloré qui donne bien sur la pélicule!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: