Hong Kong, le hérisson Géant

Trip Start May 07, 2012
1
83
102
Trip End May 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
BP International, Kowloon

Flag of China  ,
Sunday, January 13, 2013


大家好  (Dàjiā hǎo , bonjour tout le monde, en chinois cantonais)


Bienvenue en Asie! Et depuis nos aventures en Géorgie il y a bien longtemps déjà, revoici l'hémisphère Nord. Finis les enfantillages du genre "Pendant que vous caillez en hiver dans les vallées ardennaises, nous on se tartine de crème solaire sous le soleil torride australien ...". Maintenant nous retrouvons les mêmes saisons qu'en Europe. Mais l'hiver de Hong Kong, c'est 14 degrés la nuit, une vingtaine la journée, sec et souvent ensoleillé, pas mal quand même.


Le jour des bonnes



Dans le parc de Kowloon, un des plus grands de la ville, l'attraction se déroule tôt le matin. En effet les vieux chinois sont des adeptes du Tai Chi, un art martial, pour leur réveil musculaire. Et chaque petit coin du parc voit son groupe faire des étirements, des "kata" en un mélange de souplesse, de force, de contrôle de soi et de son corps. C'est assez marrant à voir.

Mais à peine évaporées les brumes matinales, c'est un autre type de population qui prend sa place dans le parc, le dimanche: c'est le jour des filippinos! Chaque famille de Hong Kong qui a un peu d'argent emploie une bonne à tout faire, très souvent originaire des Philippines. Ils n'ont pas le temps de faire les tâches ménagères eux-mêmes, ils travaillent trop. Immigrée légale ou pas, la philippine travaille six jours sur sept, souvent logée sur place. Le dimanche est le jour libre, elle retrouve ses copines dans le parc, pour un picnic traditionnel et échanger les derniers potins. On les reconnaît facilement: asiatiques à la peau plus foncée que les chinois, en petits groupes avec un gros sac de picnic sous le bras, une couverture étendue dans un coin tranquille du parc, exclusivement des femmes.

Les autres jours de la semaine, on peut voir les filippinos à certains endroits particuliers: dans les quartiers résidentiels, elles promènent le toutou de madame pendant la journée. Et à trois heures de l'après-midi, elles font la sortie des écoles. On ne doit pas trop généraliser, mais l'école que nous avons vue était assez surprenante: pratiquement aucune maman n'attendait son enfant, mais il y avait une bonne centaine de philippines. Et quand on voit une philippine en rue, qui promène un enfant blond aux yeux bleus, pas de doute. Il y avait aussi beaucoup de voitures de luxe avec chauffeur: en journée, pendant que monsieur est au bureau, le chauffeur va rechercher les enfants à l'école. A six ou sept heures, le chauffeur attendra monsieur à la sortie du bureau. Il est très facile d'avoir des employés de maison à Hong Kong.



Une nuit chez les scouts


Notre premier hôtel était assez marrant puisque nous avons dormi ... chez les scouts! Ne vous méprenez pas, le BP International (BP pour Baden Powel) est un hôtel de luxe, assez cher, que nous nous sommes offerts exceptionnellement puisque nous avions passé la nuit précédente dans l'avion Perth-Hong Kong, et il nous fallait un lit confortable pour récupérer. C'est un "petit" hôtel 4 étoiles de 25 étages, avec le 10ème et le 11ème étages réservés pour les scouts. Je n'ose pas savoir combien ils demandent de cotisation pour mettre les enfants dans un bâtiment aussi luxueux le samedi après-midi !




Shopping


Les rues commerçantes sont très animées. On se fait aborder tous les dix mètres, souvent par des indiens, pour nous proposer des tailleurs pas chers (My tailor is rich?), des fausses Rolex, des faux sacs à main. Au niveau marketing la tendance est différente de l'Australie: ici pas besoin de slogan inventif, il faut une grosse marque bien connue, bien tape-à-l'oeil, avec une grosse présence en vitrine. D'ailleurs toutes les marques internationales du monde doivent être à Hong Kong, comme elles doivent être à New York ou à Londres. Les galeries commerciales sont immenses, pour que chaque marque puisse s'y installer. Il y a un monde fou devant et derrière le comptoir: c'est une ville de consommation. On a l'impression que la ville à tourné le dos à son riche passé de comptoir anglais dont il ne reste malheureusement plus aucun vestige historique en rue. Hong Kong est maintenant une ville de business pour 7 millions de consommateurs.



Temple


Nous avons visité le temple chinois de Man Mo sur Hollywood street. La religion ici est indissociable de l'encens. Ils en brûlent partout, sur les murs, au plafond, sur les autels. Les croyants viennent bruler des bâtons d'encens, ou des morceaux de papier sacré. S'ils ont une prière à faire, ils vont glisser un petit papier dans un mur couvert de minuscules boites aux lettres, une pour chaque nombre. A chacun de choisir son nombre porte bonheur.




L'avenue des stars



La rue la plus visitée par les touristes s’appelle l'avenue des Stars. C'est le Hollywood Boulevard asiatique, toutes les vedettes de cinéma y ont leur étoile sur le sol. On y reconnaît Bruce Lee, Jet Li, Jackie Chang ou Michelle Yeoh, mais la plupart des autres n'ont fait carrière qu'en Asie. C'est une chouette avenue au bord de la très poétique rivière des perles, avec vue sur les grattes-ciels du centre d'affaires en face,  même si on ne le voit pas clairement avec le "smog", cette espèce de brouillard de pollution, qui flotte en permanence sur la ville.

Mais sinon, la ville est excessivement propre, surtout compte tenu de la densité de population. Les crachats en rue sont désormais interdits et sévèrement réprimandés, mais les reniflements et autres raclages de gorge, toujours très bruyants, restent dans la tradition locale.




Le hérisson géant


Si nous avons baptisé Hong Kong "le hérisson géant", c'est à cause de tous ces grattes-ciels, autant de grandes piques sur le dos de la ville. Mais pas le temps de rêvasser en regardant en l'air comme "un gendarme à New-York". Il y a le trafic, le monde, il faut avancer. La ville va tellement vite, il s'agit d'être toujours bien concentré: signaux en chinois, bain de foule permanent, ... Mais le trafic est remarquablement calme et respectueux. Par rapport à la densité de population (certains quartiers sont parmi les plus denses au monde), il n'y a que peu de coups de klaxon. Et finalement il y a peu de "chirurgiens de la rue", ces gens qui marchent avec leur masque stérile pour ne pas respirer la pollution ou les microbes des autres passants. Peut-être une personne sur cent en porte. On s'attendait à en voir plus.




MTR, le métro de Hong Kong


Et pour bien ressentir la ville, le mieux est de prendre le métro à l'heure de pointe. Ce sont des milliers d'abeilles qui retournent à la ruche, une foule immense mais silencieuse et disciplinée. Chaque bouche de métro avale des centaines de petits chinois par minute, pour les transporter dans ses artères souterraines et les faire ressortir quelques kilomètres plus loin. Aucune bousculade, les gens marchent vite, mais en ligne droite. Un soir, vers 21h30, nous voulions prendre le métro depuis le quartier où il n'y a que des bureaux. On s'attendait à voir la station vide ou calme. Pas du tout, elle était encore complètement bondée. La fourmilière ne se calme que bien plus tard dans la nuit.

Aux heures de pointe, des gens sont payés pour porter une pancarte "Stop" devant chaque porte de métro, pour indiquer que le wagon est rempli, les gens doivent attendre le suivant. Être agoraphobe est presque impossible à Hong Kong. Heureusement notre grande taille nous aide à rester au dessus de la mêlée et à y voir clair au milieu de ces petits chinois: il n'y a personne à nos hauteurs.

Comme le reste de la ville, le métro est propre et efficace. Pas besoin de distribuer un magazine gratuit, les gens ont leur téléphone. Et on n'attend jamais longtemps le prochain train. Meilleur que Londres, New York ou Paris d'après nous.
Il n'y a pas de musique non plus dans le métro, ni d'artiste de rue, ni de publicité sonore. Seul le délicieux "Please mind the gap" nous rappelle que Hong Kong était il n'y a pas si longtemps disciple de sa très gracieuse majesté. Mais il est immédiatement suivi d'un "介意的差距 "(merci google translate) pour nous dire que Pékin prend de plus en plus le contrôle.




Génération High-tech



Dans le métro comme en rue, les hongkongais sont incroyables. Les écouteurs accrochés sur les oreilles, ils tous les yeux rivés sur leur smartphone, ces téléphones-ordinateurs qu'ils manient frénétiquement et avec une grande dextérité. Ils ne relèvent jamais la tête, ils marchent avec, attendent leur train, montent dans le wagon, attendent leur destination tout en jouant à toutes sortes de jeux, en mettant leur Facebook à jour, en téléphonant ou en envoyant des SMS. Pour les symboles chinois cantonais, un smartphone avec écran tactile est beaucoup plus facile qu'un clavier: ils dessinent le symbole souvent très complexe avec leur doigt sur l'écran, et l'ordinateur le reconnait. Les jeunes employées chinoises, tailleur strict pour aller au bureau, laissent aller leur fantaisie dans ... le boitier de leur smartphone, aux couleurs vives et aux formes souvent enfantines. Ôter le smartphone d'un hongkongais reviendrait probablement à lui enlever un bras.




En rue



Le feu rouge est également intéressant à regarder. Lorsque le feu est vert pour les voitures, les hongkongais s'agglutinent progressivement au bord de la route, un peu comme quand on passe un film en vitesse accélérée, sauf que ici c'est la vitesse normale. A peine le temps de l'écrire et le feu est rouge pour les voitures, le trottoir est rempli de gens qui attendent. Le passage pour piétons se retrouve soudain noir de monde pour une dizaine de secondes. Puis les feux changent et le manège peut recommencer, sans arrêt du matin au soir. Les gens sont comme des robots, une immense armée silencieuse.




Espace



A l’hôtel comme partout ailleurs, l'espace est une denrée rare ici, et chaque centimètre carré est précieux. Pourquoi utiliser des portes traditionnelles de 70cm de large, si 40cm suffisent, en entrant de travers? Et nous avons utilisé ce qui pourrait être la salle de bains la plus petite du monde. Impressionnant. Et dans ce cas, l'organisation de l'espace devient priorité absolue. Il n'y a pas de place, à Hong Kong, pour une bulle personnelle aussi grande qu'en Europe ou ailleurs.




Les marchés en ville.



Citons rapidement quelques marchés typiques et célèbres, vous verrez mieux sur les photos. Le marché aux fleurs (en hiver, ce sont surtout des bulbes, et des mandariniers); le marché aux oiseaux, mais c'est triste de les voir en cage. En fait les gens amènent leur petit animal pour la journée, afin qu'il puisse s'accoupler avec le petit oiseau d'un autre. Enfin, le marché des dames, qui est en fait simplement une rue commerçante comme une autre.




Échafaudages



En construction, les échafaudages sont traditionnels, en bambous ligaturés à la main. Par de vis ou de clou. Sans problème jusqu'au 50ème étage ou plus. Pourriez vous imaginer marcher sur un échafaudage entièrement en bambous au 50ème étage? C'est léger, résistant, flexible. On se rassure en pensant que les maçons, plâtriers ou peintres en bâtiment chinois sont certainement plus légers que les belges. Le riz fait moins grossir que la frite.


La suite (et l'album photo de Hong Kong) au prochain épisode

Slideshow Report as Spam

Comments

JY et Alice on

Bienvenu dans l hemisphere nord !

Pour hong-kong, on se rejouit de lire tes critiques culinaires...;-)

Tony Ceci on

Hi Jean-Philippe, Ciao Sirly.
I will arrive at HK with Finnair AY69 at 15:30 by Jan 27. Will then follow on to Dong Guang using the jetfoil. I will be with a colleague. Should you be around at that time, please let me know. Call +32 477 344460 or send an email before Saterday noon. Kind regards, -Tony.

tibuandtintin
tibuandtintin on

Oui la critique culinaire est prévue, et on a fait du vrai local! Mais y'avait tellement a dire sur Hong Kong que j'ai du couper le texte en deux. La suite bientot

tibuandtintin
tibuandtintin on

Sorry Tony, it would have been with great pleasure, but we have left Hong Kong already! Usually we publish our texts around one week after each city. What a pity. But if you need good adreses in Hong Kong, we can give you some tips!

Jeanine on

Hallucinant, Hong Kong ! Je crois que j'y deviendrais folle après 10 minutes !

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: