Pas pour les végétariens!

Trip Start May 07, 2012
1
50
102
Trip End May 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed

Flag of Argentina  , Capital Federal District,
Sunday, October 21, 2012

Holà amigos!

Origines Européennes

Nous sommes de retour en Europe! Enfin, c'est ce qu'on pourrait croire en arrivant à Buenos Aires, la plus européenne des villes d'Amérique du Sud. Grands boulevards parisiens, pluie printanière comme à Londres, vitrines de pâtisseries irrésistibles, on trouve de tout à toute heure, et la grande majorité des gens sont typés européens. On voit très peu de métissage ici comme au Brésil, ou d'indigènes comme en Bolivie. Et quand on y pense, c'est assez intéressant. S'ils ne sont pas métissés, cela veut dire qu'ils sont entièrement d'origine européenne. Donc toutes les branches de leur arbre généalogique viennent d'Europe à un moment donné, sans exception. Par exemple un immigré de deuxième génération a eu ses quatre grands-parents qui ont traversé l'Atlantique. Pour diverses raisons, politiques, économiques, recherche d'eldorado, envie d'aventure ou poussés dehors, mais à l'époque où Skype n'existait pas encore, encore moins les blogs pour donner des nouvelles, ce genre de voyage devait être un événement majeur dans une vie apportant probablement son lot de déchirements. Bien sûr c'est le cas pour tous les immigrés dans le monde, mais ce qui frappe dans cette ville de 13 millions d'habitants (en comptant la banlieue), c'est que la grande majorité des gens ont leurs racines au delà de l'océan. Nous venons tous les deux de familles géographiquement très stables, aussi loin qu'on puisse remonter dans nos arbres généalogiques.C'est parfois difficile à imaginer ce qu'ils ont vécu.

Hospitalité argentine

En visitant les chutes d’Iguaçu il y a deux mois (déjà!), nous avons rencontré Tatiana et Claudio, un couple de Buenos-Airiens pure souche. Un bel exemple d'hospitalité argentine, dans une grande ville où on nous disait que tout le monde est pressé, stressé, et n'a jamais le temps. Claudio se propose pour venir nous chercher à l'aéroport, mais n'ayant pas le permis de conduire, et Tatiana étant occupée à son travail, ce rugbyman de 30 ans et 100 kilos vient nous chercher avec sa maman, qui sera notre taxi! Après avoir parcouru tout le quartier de Belgrano avec eux, en vain à la recherche d'un hôtel pas trop cher, nous passerons la première nuit chez les parents de Claudio, dans son ancienne chambre d'ado.

Football

Petit chapitre foot pour découvrir la géographie du pays, mais surtout de la ville parce que 12 clubs sur 20 de première division sont de Buenos Aires ou de sa province. La ville est située au bord du Rio de la Plata, immense rivière qui fait la frontière avec l'Uruguay. Le club le plus riche du pays s’appelle River Plate. C'est celui qui a fait les gros titres dans le monde du foot pour être descendu en 2ème division il y a 2 ans et remonter l'année suivante. Trezeguet y coule ses vieux jours. Autre quartier très connu de la ville, la Boca. Nous en reparlerons, mais le club de Boca Juniors, avec son stade "Bomboniera" et sa nostalgie des débuts de Diego Armando, reste le club phare de la ville. Independiente, Velez Sarsfield, Argentinos Juniors, Racing Club et Arsenal sont également des clubs connus de la ville. La capitale administrative du pays est en fait La Plata, en périphérie de la ville. Le club "Estudiantes La Plata" est également assez connu.

Le palais rose

A tout seigneur tout honneur, notre première visite est pour le palais présidentiel, le célèbre palais rose. Est-il peint en rose parce que le chef de l'état est une femme, Cristina? Peut-être. N'empêche, ce serait peut être une bonne solution en Belgique: imaginez la Reine Paola, dans le bureau d'Albert, essayant de le convaincre de repeindre le palais de Laeken en rose. Cela plairait certainement à Bart et ses nationalistes, puisque le palais royal aurait ainsi la couleur des flamands.

Transports

Les transports en communs de Buenos Aires sont un peu particuliers. Le plus vieux métro d'Amérique du Sud amène tout le monde au palais rose: 5 lignes concentriques sans connexion entre les lignes. Les bus sont nombreux, mais prennent beaucoup de temps parce que la ville est très grande. Chaque ligne de bus a ses couleurs. Les bus nr 60 qui vont de Belgrano à Palermo sont tous jaunes avec un toit bleu, mais les autres lignes ont d'autres couleurs. Pour visiter une ville, le bus public est un moyen assez commode et bon marché: pour 2 pesos ( 0,30 EUR) et une place assise, il nous fait passer 2 heures intéressantes d'un bout à l'autre de la ville, pour se repérer dans les grandes avenues, du Palermo chic à San Telmo.

La Boca

Après le palais rose, l'endroit le plus visité est certainement la rue multicolore "Caminito", dans la Boca. Mais si vous cherchez l'authentique, passez votre chemin. Caminito est un rassemblement de clichés commerciaux, ce qui déteint un peu sur les magnifiques couleurs. Sosie de Maradona à l'entrée de la rue, photos avec le chapeau de danseur de Tango, ou dans les bras de la danseuse, probablement pour une poignée de pesos, vieilles photos noir et blanc style un peu italien à tous les murs, maillots de foot de Boca Juniors ou de l'équipe nationale, rabatteurs pour chaque terrasse de café, qui offrent tous un show de tango gratuit pour attirer les gringos, un match de foot hors de prix à la bomboniera et souvenirs en tous genres. Les Argentins disent même que le Tango qui se danse à la Boca n'est plus le vrai tango traditionnel, il est trop adapté aux touristes.

La file comme à l'époque communiste...

Un détail qui nous a marqués en visitant la ville, c'est que les Argentins aiment attendre en faisant la file! Ils sont facilement énervés du klaxon quand ils conduisent ( mais quand même beaucoup moins que les boliviens), mais ils sont très patients pour prendre le bus aux heures de pointe ou pour retirer de l'argent au distributeur. Et c'est marrant de voir ces belles longues files qui contournent les pâtés de maisons. Ça en devient presque ridicule quand ils font la file pour attendre un bus longue distance dont les places sont numérotées, ou à l'aéroport une demie heure avant d'embarquer, quand les hôtesses de l'air ne sont pas encore la. Argentinas Aerolineas n'est quand même pas Ryanair!

Et les manifestations

Ils aiment aussi manifester, supporter différentes causes. Les « Madre de Mayo » sont tous les jeudis devant le palais rose pour réclamer la reconnaissance du massacre de leurs enfants dans les années 70. Oui, tous les jeudis depuis 40 ans! Ou alors ils manifestent contre la condamnation à perpétuité de quelqu'un qu'ils estiment innocent, ou pour les Malouines, pour l'avortement, ... Bref, ça fait toujours beaucoup de bruit, une espèce de sérénade perpétuelle sous les fenêtres du palais rose de la Présidente. Espérons que Cristina ait de bonnes boules Quies si elle veut se concentrer sur ses dossiers.

Concert Estonien

Buenos Aires est également l'occasion de revoir des amis. En attendant Ben la semaine prochaine, nous avons assisté à un concert de la chorale de l'Université Technique de Tallinn! Un de nos amis, Urmo, y chante. C'est un peu le sport national en Estonie. Leur chorale de 60 hommes, probablement tous ingénieurs, a déjà reçu de nombreux prix internationaux et ils font régulièrement des tournées internationales. Coup de bol, Urmo et ses amis sont en Amérique du Sud cette année, et à BA en même temps que nous. Le monde est un petit village, finalement. Nous ne pouvions pas manquer ça, même si nous ne l'avons appris que le matin du concert. Les amateurs du genre pourront admirer cette chorale sur ce lien. En sortant du concert, l'image de ces hommes en costume traditionnel estonien devant le palais rose illuminé (en rose évidemment) était un peu surréaliste.

Et le fameux barbecue

Retour chez Tatiana, Claudio et ses parents pour un asado promis depuis longtemps, une churascaria, c'est-à-dire un vrai barbecue argentin traditionnel. On voulait le faire dans un restaurant tous ensemble, mais ils nous l'ont interdit: c'est bien meilleur à la maison, paraît-il. En plein centre ville, mais quand on veut, on peut toujours trouver des solutions. Waw, ils savent y faire avec leur viande! Pour faire un bon barbecue argentin, il faut 1) de la bonne viande, cela va de soi, mais aussi 2) un bon barbecue, qui est plus complexe que chez nous, 3) un bon "asador", le cuistot qui cuit l'asado, et 4) un bon malbec: ça ne va pas du tout avec de l'eau ou de la bière. Ils démarrent le feu plusieurs heures à l'avance, mais pas au même endroit que la cuisson. Normalement c'est à côté, ici c'était en dessous. Et quand les braises sont bien rouges, ils les déplacent juste sous la grille de cuisson. Ainsi ils peuvent recharger le charbon régulièrement, il n'y aura que des braises pour cuire, jamais de flammes. Les morceaux sont en général assez gros, et cuisent longtemps. Ils ne servent pas vraiment la viande "saignante". Donc il faut que l'asado soit patient. Un bac pour récolter la graisse, mais on a déjà vu ça chez nous. Les épices? Juste du sel. Pas de sauce andalouse, cocktail ou béarnaise, d'herbes de Provence ou d'huile. Le goût de la viande suffit. La découpe des morceaux est également très différente de chez nous, et cela fait partie de leur fameux secret. Par exemple asado pourrait se traduire par "ligne de côtes": les côtes de bœuf sont coupées dans la longueur, sur une dizaine de côtes.Et l'asador détache chaque côte au moment de servir. Autres viandes sur la grille: le chinchulin, un morceau d'intestin de vache (on n'a jamais dit que TOUT était délicieux ...), le chorizo, une espèce de grosse saucisse, idéale pour faire le ... choripan, littéralement pain-saucisse; ensuite la salchicha, saucisse fine, l'asado de tira dont nous avons parlé, et le bacillo, pareil que l'asado, sans les os des côtes; enfin du boudin noir. Les accompagnements, salade de pomme de terre, salade verte et de tomates, sont surtout là pour décorer. C'est surtout une explosion de viande. Et tant qu'on n'a pas explosé, on ne peut pas refuser d'être resservi. Cette soirée dans la famille de Claudio est à marquer d'une pierre blanche sur notre route. Ils sont tellement gentils et généreux.

Et ce post indique déjà la moitié de nos aventures de 11 mois. Nous sommes partis il y a 5 mois et demi d'expériences au delà de tout ce qu'on pouvait imaginer, il en reste juste autant à faire.

Voici les photos de Buenos Aires.

N'hésitez pas à réagir, commentaires, questions ...
Nous avons plus ou moins terminé tous les défis qui nous avaient été demandés jusqu'ici. N'hésitez pas à en proposer d'autres pour nos prochaines étapes (Santiago, Ile de Pâques, Tahiti, Nouvelle Zélande...), à condition que ce ne soit ni illégal, ni dangereux, et que la récompense soit à la hauteur... :)

Fuerte a todos, comme disait notre guide bolivienne
Slideshow Report as Spam

Comments

Jeanine on

Pas envie de légumes, après toute cette "carne" ???

JY on

Brazilian flag in front of the pink palace :ticked - well done !

Next challenge - do a gangnam style video on easter island beach with a statue behind u .....;-)

tibuandtintin
tibuandtintin on

Malheureusement, en matière de fruits et légumes, l'Argentine n'est pas le Brésil! Le choix et la qualité n'étaient pas toujours au rendez vous: ici c'est le pays de la viande! Mais on attend avec impatience les fruits tropicaux des ïles du Pacifique

tibuandtintin
tibuandtintin on

This time with a good reward: challenge accepted!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: