Le monde des lilliputiens

Trip Start May 07, 2012
1
43
102
Trip End May 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed

Flag of Bolivia  ,
Friday, September 28, 2012

Au pays des lilliputiens.

Devinez ce qui nous attend à Uyuni à notre arrivée? Une grande fête avec fanfare et défilé, bien sur! L'excuse cette fois est la journée international du tourisme. El Presidente Evo fait même l'honneur de visiter ce trou perdu pour y inaugurer un aéroport international le jour de notre départ. Trou perdu parce que à part quelques pauvres âmes qui vivent du sel, et d'autres qui vivent du tourisme pour le tour du salar, il n'y a rien. Mais le tourisme se développe à grande vitesse et il y a une immense réserve de lithium sous le sel, qu'ils comptent bien exploiter un jour.

Tout le monde fait le même tour, un vrai "gringo trail" comme on essaie de les éviter le plus souvent possible, 3 jours 2 nuits tout compris, et il y a une grande compétition entre les agences de voyages. On a lu tout et n'importe quoi sur internet, chaque agence a au moins un "review" négatif sur Tripadvisor. Chauffeurs qui boivent ou qui s'endorment au volant, nourriture décevante, mauvais guide, accidents. Nous avons trouvé une solution originale: ne payer que la moitié avant de partir, et la deuxième moitié quand c'est fini. Très difficile à faire accepter par les agences (ben tiens!) mais finalement une agence a accepté. De plus on connaissait un peu le guide depuis Potosi, et les gens qui sont revenus du tour avec eux étaient positifs. Nous sommes avec Heidi et Caterina, Irlandaises, Eugenia, Russe, trois copines qui vivent à Bruxelles, et Morgan, un jeune français.

Le salar de Uyuni, c'est simplement 12 000 km carrés tout plats à 4000 mètres d'altitude, avec une couche de sel de 40 m de profondeur en moyenne. Il parait qu'on peut y voir la courbure de la terre (pas évident quand même). Les petits comiques feront certainement le rapprochement que nous visitons un désert de sel après avoir passé 3 semaines à Sucre, héhéhéhé ( voilà, comme ça c'est fait!).

Ça commence avec l'usine de sel: les gens travaillent dans des conditions difficiles: pelleter le sel sur le salar, avec la lumière aveuglante et le sel qui attaque la peau. Puis ils le chauffent pour en enlever l'eau, le broient et le mélangent à de l'iode, puis le mettent en sachet. Le tout manuellement pour la plupart. Mais le salar est un endroit magique. Profondeur de champ infinie, blancheur aveuglante, les gens deviennent tout petits, et les objets deviennent très grands. Ça donne des photos très marrantes. Au milieu de cette mer de sel (les incas parlent du lait de la Pachamama, blanc sur la terre nourricière), il y a une île insolite, qu'évidement tout le monde visite: Inca Huasi, la maison de l'Inca. Elle est remplie de cactus énormes, une fois de plus très photogéniques. Sur les 3 jours, l'appareil photo a surchauffé, vous jugerez par vous même.

Puis on passe la nuit dans un hôtel de sel. Tables, bancs, lits, murs, tout en sel. Dans la nuit noire, dans le salar, il faisait un froid de canard. Heu, j'ai plus de rimes en "ar"! ( Concours! une carte postale au premier qui indiquera en commentaire de ce blog le titre de la chanson dont sont librement inspirés ces vers! Attention, avec l'altitude, le cerveau n'est plus oxygéné convenablement et seuls les grands poètes classiques reviennent en mémoire).

Le lendemain, ça commence par des champs de quinoa à perte de vue. Cette graminée est l'aliment de base de la cuisine de l'Altiplano. Mais très vite les champs de quinoa laissent la place aux champs de pierre: l'Altiplano, c'est très haut, très plat, très sec et beaucoup de pierres! Seules exceptions, quelques lagunes sorties de nulle part, multicolores, paradis des flamands roses. Un wallon en territoire flamand, voilà, ça aussi c'est fait. La Laguna Colorada est la plus impressionnante: ce sont en fait des algues qui "fleurissent" grâce au soleil, et qui deviennent rouge vifs en fin de journée.

Le désert de Silole vaut également la peine, mais tout ça a plus de 4500 mètres d'altitude, ça épuise quand même. On boit beaucoup de thé de feuilles de coca ou on mange des bonbons à la coca. C'est vraiment idéal pour l'altitude. On a un peu les yeux rouges, une douce euphorie et un léger tremblement quand on est en manque,mais sinon ça va ( c'est pour rire, hein! Il n'y a pas vraiment d'accoutumance avec le thé ou les bonbons. Enfin, on verra bien au sevrage la semaine prochaine... Mais à voir le nombre de feuilles que notre chauffeur a mangé pendant la journée, on peut en douter pour l'accoutumance. Quel ruminant, celui-la!)

D'une certaine façon l'Altiplano est frustrant: c'est l'endroit le plus haut où nous sommes jamais allés, donc on pourrait se dire "Waw, bel effort de grimper si haut". Mais c'est plat comme une campagne estonienne! Les montagnes et les volcans au loin commencent seulement au bout du plateau. Et les sommets dépassent allégrement les 6000 mètres.

Le lendemain, après la nuit la plus froide du monde dans un hôtel tout en pierre cette fois, on enchaine avec les geysers et les sources chaudes. C'est impressionnant de voir cette terre qui fume, ce dégagement de souffre à pleine puissance. Mais la "Pachamama" est parfois capricieuse, on nous avait prévenu. Pendant notre visite, un touriste espagnol s'est approché trop près des éruptions de gaz, la terre a cédé sous ses pieds et il s'est retrouvé brûlé jusqu'au nombril. On n'a pas de nouvelles de lui, mais il a dû avoir très mal! Pour nous, le bain d'eau chaude sur le toit du monde était sympa. Nous sommes maintenant à 5300 mètres d'altitude, probablement le plus haut point de notre voyage. Mais une fois de plus, c'est frustrant parce qu'il n'y a pas d'escalade. C'est juste très haut, et pffff il ne faut pffff pas faire pffffff de longues phrases pfffffff sans respirer pffff parce qu'on n'a pas pfffffffff beaucoup d'air!

On enchaine avec le désert de Dali: même sans que le guide nous l'annonce, on l'aurait reconnu: on se croirait vraiment dans une de ses toiles surréalistes; puis l'arbre de pierre. Et le long de la route, troupeaux de lamas, de vicuñas et alpagas, les cousins du lama, et de vizcachas, des espèces de lapins de montagne. Enfin on termine ce magnifique tour avec la "laguna verde", dont les algues sont censé donner des reflets verts lorsqu'il y a du vent et beaucoup de soleil, ce qui ne sera pas notre cas. Et à cause de l'arsenic présent dans l'eau, cette fois pas de flamands roses. Mais c'est l'occasion d'admirer une première fois le majestueux Likancabur, volcan à la symétrie parfaite qui fait la frontière avec le Chili.

Au final, notre guide Soledad fût complètement inutile ( on a eu plus d'informations de Mario, le chauffeur, en espagnol). Sauf qu'elle fait super bien le cappuccino avec du Nescafé soluble et du sucre, mais ça tout le monde s'en fout.

On approche de la frontière. C'en est déjà fini de la Bolivie. On nous demande souvent quels sont les pays que nous avons préférés. C'est très difficile de faire un classement, même entre seulement les 4 premiers pays (Tanzanie, Géorgie, Brésil et Bolivie). Chaque expérience est tellement différente. Mais la formidable Bolivie gardera certainement une place de choix dans notre cœur.

Voici les photos de Uyuni.

A bientôt
Slideshow Report as Spam

Comments

Tony, Villeroux. on

Très jolies vues et superbes reportages. L'aventure continue et bonne poursuite à vous deux. Ciao, -Tony.
PS: il y a des "flamands" vraiment partout ! :-)

Marc de Bereldange on

Même si je n'ai pas vu le Uyuni ni la Colorada, ton récit m'a rappelé de très bon souvenir au Chili et en Bolivie. As-tu seulement pu regarder le ciel nocturne. C'est un des plus beau du monde.

JY on

Re-nom du groupe :
-les Suiker Wafels ou
- les Inconnus.

Great text n locations. Next stop Pepperland ?

tibuandtintin
tibuandtintin on

Merci pour vos commentaires !
Re-Marc: un peu de patience pour l'astronomie, prochain blog post dans quelques jours... :) mais a San Pedro, tu n'as vu aucune lagune ni geyser?
Re-JY et le concours: il nous faut le titre exact de la chanson et son auteur ... allez, ce n'est pas si difficile!

Pierre Triniane on

Superbes photos
Et reportage qui donne envie
j'ai bcp aimé

tibuandtintin
tibuandtintin on

Merci Perre. C'est vrai que l'endroit était très photogénique ... et surtout le froid ne se remarque pas tellement sur les photos!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: