L'île de Robinson?

Trip Start May 07, 2012
1
25
102
Trip End May 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed

Flag of Brazil  , State of Rio de Janeiro,
Tuesday, August 14, 2012


Bonjour tout le monde!

On ne pouvait pas visiter le Brésil sans bronzer sur ses plages paradisiaques. Nous allons donc poser nos valises pour quelques jours à la Costa Verde, au sud de Rio de Janeiro.

Pour commencer, nous visitons Paraty, un ancien port colonial au bout du « caminho de Ouro », le chemin de l'or, qui partait de Ouro Preto pour embarquer ici, quelques centaines de kilomètres plus bas, vers le Portugal. Il y a une certaine ressemblance entre les deux villes, même si plage et palmiers ont remplacé la montagne et les rues en pente. Les pavés d'origine dans la vieille ville sont encore en plus mauvais état qu'à Ouro Preto. Paris-Roubaix à coté, c'est du gâteau!

Tout à fait par hasard, Paraty fût pour nous un rendez-vous de tour-du-mondistes: après Manu et Vincent nos amis de Ouro Preto en vacances ici, nous rencontrons les 4 français Jeff et Marie (letourdeshoudusses.over-blog.com) et Delphine et Michael, pour s'échanger impressions et bonnes adresses. Nous sommes tous à des stages différents: Manu et Vincent ont terminé leur tour l'année dernière, Delphine et Michael terminent la semaine prochaine et nous espérons retrouver Jeff et Marie en Bolivie dans quelques semaines. Ca fait du bien de parler à des gens qui sont dans des projets similaires au nôtre, même s'ils sont tous plus avancés dans leur tour que nous et chaque tour du monde est unique et différent. Combien de kilos dans vos bagages? Quel genre d'appareil photo vous avez? Comment faites-vous pour photographier les gens dans la rue? Quel est le meilleur moyen de visiter la Polynésie? Votre meilleur souvenir?

En pleine forêt dans les environs de Paraty se trouve une cascade un peu particulière. La roche parfaitement lisse est rendue glissante par l'eau qui ruisselle et probablement un peu d'algues. La cascade se jette dans un trou suffisamment profond et sans pierres trop proches pour qu'on puisse y plonger. Les jeunes locaux se lancent et font toute la descente à pleine vitesse, en surfant pieds nus! Vraiment impressionnant. Mais comme Jeff le tour-du-mondiste le dit si sagement: "lorsque tu es au milieu d'un tour du monde, tu ravales ta fierté et tu glisses sur les fesses pour ne prendre aucun risque". C'était déjà pas mal comme expérience.

Pour notre seconde étape en Costa Verde, Eliana nous accueille en couchsurfing à Angra dos Reis où pour la première fois depuis le début de l'aventure, la barrière de la langue est un vrai problème. Son profil CS disait qu'elle parlait un tout petit peu français et anglais, mais c'est vraiment un tout tout petit petit peu alors! En fait, pour communiquer par email, elle utilisait "google traduction", donc nous ne nous sommes rendu compte de rien. Et comme le couchsurfing implique échange et discussions, nous allons au restaurant, nous visitons la ville avec elle, tout en parlant exclusivement portugais. Une des soirées les plus bizarres du voyage, puisque notre hôtesse, à peine rentrée à la maison, se jette sur son ordinateur pour jouer aux cartes sur internet une bonne partie de la nuit! Elle se rattrape le lendemain en nous préparant des tapiocas, non pas que ce soit particulièrement bon, mais plusieurs brésiliens nous avaient conseillé d'y goûter. C'est une farine de manioc poêlée presque à sec, pour donner une sorte de crêpe. Le seul goût vient de ce qu'on met à l'intérieur: fromage, ananas, beurre, …

Notre dernière escale en Costa Verde s’appelle Ilha Grande. Très touristique mais à raisons, c'est une île sans voiture, à une heure de bateau dans la baie de Angra. L'absence de voiture lui procure une belle sérénité. C'est donc le rendez-vous des brouettes, charrettes et vélos. Le jeu ici est de trouver la plus belle plage isolée, soit en bateau, soit en faisant quelques heures de marche dans la forêt comme pour celle de Lopes Mendes, une des plus belles plages du monde.

Il y a de belles randonnées à faire dans ce «Mata Atlantica», la forêt tropicale atlantique aussi précieuse et autant en danger que sa grande sœur l'Amazonie. Les seuls 19 chemins balisés restent très bruts entre rochers et végétation, pas facile à marcher mais on se prend volontiers pour Robinson Crusoé à explorer l'île. Dans beaucoup d'autres pays, la «jungle» est accessible aux touristes seulement sur des chemins bétonnés et encadrés, supprimant toute sensation d'aventure. Sans être un grand botaniste, on croit reconnaître beaucoup de plantes de la forêt: ce sont toutes ces plantes ornementales de nos maisons en Europe, mais ici elles sont sauvages et à taille XXL! En discutant avec les brésiliens, ils ne se rendent pas vraiment compte de la richesse et de la beauté de leur flore, qui est presque banale pour eux. Mais chez nous, à part le sapin de Noël en fin d'année, il y a peu de plantes de nos forêts qui pourraient servir de décoration d'intérieur.

Après un dernier poisson grillé, comme d'habitude à moitié prix et tout aussi bon lorsqu'on s'éloigne de deux pâtés de maison de la plage, là où les locaux vont manger, nous retournons passer deux dernières nuits à Rio de Janeiro. «Si tu vas a Rio, n'oublie pas de monter là-haut ...». A chacun sa référence culturelle ... c'est donc Dario Moreno qui nous rappelle en musique que nous n'étions toujours pas monté au Corcovado, le fameux Christ Rédempteur qui domine la ville. Encore un embouteillage de touristes, mais il vaut la peine. De la haut, nous pouvons mieux nous orienter et repérer les différents quartiers de la ville que nous commençons à apprivoiser. Là-haut, le changement entre ciel bleu et brouillard complet se fait en quelques secondes. Un moment on voit la statue complètement, et juste après elle est se perd dans la brume. La légende raconte que si le Christ a les bras ouverts, c'est qu'il est prêt à applaudir quand les Cariocas, réputés fainéants, se mettront enfin à travailler.

Nous nous octroyons une dernière orgie de viande dans un «barbecue à volonté», restaurant typiquement brésilien où les serveurs défilent avec leur grillade embrochée sur une espèce d'épée. Et tant qu'on ne dit pas non, ils continuent à remplir l'assiette. Nous n'avons pas osé toucher à l'épée «cœurs de poulets», mais ce n'est peut être que partie remise.

Voici les photos de la Costa Verde, et les dernières photos de Rio.

Prochaine étape: les chutes d'Iguassu!

A bientôt
Slideshow Report as Spam

Comments

mika on

profiter en bien les amis, au grand plaisir de vous revoir. Je pars lundi pour faire ce que j ai a faire a hate malo, je fais suivre. Grosses bisses a vous deux et portez vous bien.

Alice on

C'est bien connu, paresseux comme un Cariocas !

En tout cas, c'est bien dur de commencer ma journée après avoir lu vos épopées..

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: