Ilula Orphanage Program, ilulaorphanprogram.org

Trip Start May 07, 2012
1
8
102
Trip End May 01, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
IOP Center, Ilula Mazukanzi

Flag of Tanzania  ,
Wednesday, May 30, 2012

Jambo, habari ( bonjour, comment ca va?)


Nous nous sommes quittés sur le ferry reliant Zanzibar à Dar Es Salaam. Une vraie aventure en soi. Nos estomacs s'en souviennent. L'arrivée dans la métropole Tanzanienne ne fût pas triste non plus. Surpeuplée, surchauffée, trafic d'enfer dans des ruelles en terre battue, et tous ces pauvres gens qui se battent pour décrocher un "business", une arnaque, un service, un truc à vendre à n'importe qui, blanc de préférence mais c'est plus rare, et récolter un peu d'argent. La belle Afrique des touristes est bien derrière nous. Le taximan attitré de IOP étant indisponible, nous dépendons uniquement d'Eddy, son copain, qui ne parle que Swahili, pour acheter les billets de bus pour Ilula du lendemain, dans une petite ruelle très "typique" où il vaut mieux ne pas s'attarder, et nous trouver un hôtel. Hakuna Matata, pas de problème, un peu stressant mais tout s'est bien passé.

La grand-route qui relie Dar à Ilula, une des plus grosses routes du pays, passe à travers le parc national de Mikuni. Et qui dit parc national en Tanzanie dit forcément animaux. A peine passé la porte d'entrée, et c'est le "monde sauvage d'Aywaille" sous nos yeux, sans même quitter la grand-route ni le bus ni payer de Safari! Éléphants, girafes, zèbres, gazelles, babouins. Nous les approcherons probablement de plus près dans quelques semaines, à la fin de nos aventures Tanzaniennes.

Après huit heures de bus, nous voici enfin à Ilula sains et saufs. C'est un petit village, mais IOP, l'organisation pour laquelle nous allons travailler, est immense. Réparti sur une quinzaine de bâtiments, dont le principal fait 1000 mètres carrés, IOP emploie 60 personnes à temps plein en plus des saisonniers et contractants, pour s'occuper de plein de choses: il y a un orphelinat de 34 filles, mais aussi une ferme avec beaucoup d'animaux, un immense jardin, une école maternelle, une école secondaire, un magasin, un café restaurant, une chambre d'hôtes ... Le tout géré avec enthousiasme, énergie et talent par Berit, une norvégienne qui a décidé de passer sa retraite à créer et à réaliser ce beau projet. Les principaux donneurs de fonds viennent de Norvège, mais aussi des USA, Pays-Bas et de notre petit Luxembourg.

C'est maintenant une véritable petite entreprise, avec 5 départements: most vulnerable children qui comprend l'orphelinat, mais aussi des familles d'accueil, un système de parrainage d'enfants et un gros travail de dépistage et d'information sur le SIDA, sustainability project qui comprend la ferme, le jardin, le magasin, le restaurant, avec pour but de devenir indépendant financièrement, éducation and culture pour aller dans les villages et expliquer aux gens pourquoi c'est bien d'aller à l'école... mais aussi les écoles maternelle et secondaire de IOP, women and empowerment pour expliquer aux femmes qu'elles peuvent agir elles-mêmes, créer leur propre petit business et ne pas dépendre des hommes, fund raising and volunteers pour récolter des sous et de la main d'œuvre occidentale.

Les Tanzaniens savent accueillir, ça ne fait pas de doute. Nous avons eu droit aux chansons et aux danses en notre honneur dans l'orphelinat et les classes maternelles. Et les présentations, partout où nous allons, se font chaque fois en grande pompe! Gare à celui qui n'aime pas parler en public. De toutes façons, avec notre couleur de peau c'est impossible de rester discret.

Chez IOP, les choses à faire ne manquent pas. Notre program coordinator nous a concocté un planning chargé. Mais ce qui est important ici, c'est de s'habituer au rythme local. Rien n'est rapide, et rien ne fonctionne parfaitement. C'est très frustrant au début, mais on s'adapte. Il y a toujours quelque chose qui ralentit une activité. Que ce soit une autorisation qu'on attend, une partie du matériel qui manque, une personne qui "souffre d'une légère absence de ponctualité"... Mais c'est très intéressant de voir que tellement de choses se réalisent quand même, à la tanzanienne, malgré tous ces obstacles.

Donc nous allons tour à tour jouer le consultant en comptabilité, en marketing, professeur de physique et mathématiques dans l'école secondaire, professeur d'informatique pour les enfants du village, peintre en bâtiment, et visiter les familles dans les villages éloignés pour suivre leur évolution et expliquer l'importance d'avoir une éducation sérieuse et une bonne hygiène. Cette visite dans les villages ne peut laisser personne indifférent. On n'est plus le même en revenant. Nous héritons du village de M'Lafu: une heure de piste cabossée, loin, très loin de l'électricité et l'eau courante, mais en traversant des paysages magnifiques. Les gens sont très pauvres et très sales, toutes les maisons sont en terre, les toits sont en paille, parfois en tôle, et l'école accueille 400 enfants pour 9 professeurs, ce qui est une petite école pour ici. Les enfants doivent porter le costume de l'école, pantalon ou jupe bleue, chemise blanche-plutôt brune avec le temps. Les plus chanceux n'avaient que quelques trous dans leur chemise ou pantalon, mais pour la plupart, le costume n'était que guenilles. Ils nous découvrent comme si on venait de la planète Mars, et nous écoutent avec attention.

Et pour la première fois depuis le début du voyage, nous pouvons poser nos valises plus de quatre jours au même endroit. C'est appréciable. Nous resterons deux semaines chez IOP.  C'est peut-être l'occasion d'un premier bilan: la TV ne nous manque pas du tout, nos GSM sont éteints la plupart du temps, ou sans réseau de toutes façons, et c'est difficile d'avoir internet ici, mais hakuna matata, on se plait bien. La pauvreté est touchante, mais ils gardent fierté et bonne humeur, et les rues et maisons sont en général assez propres, l’hygiène et la nourriture au IOP Center sont irréprochables. La douche froide, les jours où il y a de l'eau, nous fait gagner du temps puisqu'on n'y reste pas longtemps, et les toilettes à la turque nous font gagner de la souplesse!

Revenons un instant au jardin pour faire saliver nos lecteurs: fruits de la passion, papayes, bananes, oranges, citrons, avocats et tiens, vous voulez goûter nos goyaves? il suffit de tendre le bras et de s'en cueillir une bien mûre! Ça se mange comme une pomme, avec la peau. Nous avons également eu comme dessert un fruit dont nous ne connaissons pas le nom! Marco, le jardinier, est toujours content de pouvoir pratiquer l'anglais. Ça tombe bien, nous sommes contents d'aller lui rendre visite et de goûter ses fruits.

Détail croustillant: le hasard du programme de mathématiques pour l'école secondaire fait que la leçon que Tintin a donnée porte sur ... la mesure du temps et les calculs entre heures, minutes, secondes. C'est une matière très spéciale en Afrique, où le temps ne s'écoule pas comme ailleurs. D'ailleurs, en Swahili, 16 heures se dit "10 heures". Est-ce pour ça qu'ils sont toujours en retard?

Vivre aux côtés de Berit (ils l'appellent Bibi, grand-mère) est une incroyable leçon. Nous pouvons voir comment elle remplit les rôles de directeur général pour les nombreux employés et de grand-mère attentive pour les filles de l'orphelinat. Elle connaît tous les enfants qui sont ou ont étés sponsorisés pour leurs études dans les villages aux alentours (plus de 900 enfants), elle connaît chaque donateur, chaque projet en détail. Elle est la première au travail dès l'aube, et ne quitte son bureau qu'après minuit. Et pendant la journée, elle court tout le temps, d'une réunion à l'autre. Pendant les repas, nous avons un peu l'occasion de parler. Son expérience et sa connaissance de la région sont très intéressantes. Elle connait très bien l'Afrique et nous avons de bonnes discussions sur la politique, de Charles Taylor le libérien, à Wade le sénégalais, Mugabe le zimbabwéen, Kagame le rwandais... Son approche de la corruption est également très personnelle. Un jour elle a eu une amende à payer pour circulation en sens interdit dans Dar Es Salaam. Le policier lui a immédiatement proposé de payer seulement la moitié de l'amende, mais en cash. Elle répond "D'accord, mais je veux un reçu!" Le policier se fâche. Mais entretemps, Berit avait déjà noté très simplement et gentiment le nom et le matricule du pauvre homme. Cela devenait donc impossible de régler l'amende discrètement. Pour bien faire comprendre au policier que la corruption n'est pas une solution et qu'il se souvienne bien d'elle, Berit lui a envoyé une carte de vœux chaque année à Noël, à l'adresse du commissariat, pendant plusieurs années!

Mais ce dont elle parle le mieux, c'est évidemment de tous les projets et les enfants qui sont sauvés grâce à IOP. Ilula est une des régions de Tanzanie les plus touchée par le SIDA. C'est d'ailleurs en Tanzanie que la maladie a été décelée pour la première fois, au début des années 1980. Ici, 14% des personnes testées sont séropositives. Oui, vous avez bien lu, une personne sur 7! Et ce chiffre augmenterait certainement si tout le monde était testé. Et dans les maisons le long de la grand-route où nous nous trouvons, le chiffre atteint 40%! IOP travaille beaucoup dans la lutte contre cette maladie.

La suite au prochain épisode, en particulier le mariage auquel nous avons eu la chance d'assister samedi ...

Les premières photos de Ilula sont ici
Slideshow Report as Spam

Comments

JP on

Et pour aider IOP, il y a, entre autres, un concours organise par la banque ING.lu. Il faut aller sur le site ING.lu, et cliquer sur le lien 'solidarity awards'. Les associations luxembourgeoises qui auront recu le plus de votes pour le 10 juin recevront 1000 EUR. Pour le moment, IOP est en page 3 avec 320 votes. Pour valider le vote, il faut aussi entrer son adresse email, et cliquer sur le lien que vous recevrez dans l'email. Merci pour eux!

Carmen on

What an experience!!! Keep us posted

JY et Alice on

Glad to hear that u r still alive and that the trip is in line with your expectations !(discovery, adventure, helping NGO)...Hakuna matata...

Tof on

A voté 2 fois même ;) Il reste 2 jours, ils sont 20 ème, ca devrait être bon.

Tof on

Ah oui, j'oubliais, JP, t'as pas des origines Tanzanites? ;)

tibuandtintin
tibuandtintin on

Bonne nouvelle, c'est gagné pour IOP chez ING! Grace à tout le monde ... merci pour eux!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: