Back in the USSR (almost)

Trip Start Sep 02, 2010
1
7
Trip End Sep 08, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of United States  , California
Thursday, September 2, 2010


Back in the USSR (almost): les joies de la paranoia des USA
Back in the USSR (almost): the pleasures of the USA's paranoia

----------


Un des aspects désagréables du retour à Toronto est qu'il faut que je me trouve un travail et un logement que nouveau, que je recommence à m'installer, que j'achète des choses, que je perde de nouveau ma belle liberté... Histoire d'essayer d'au moins régler le problème du travail rapidement j'avais commencé à envoyer des CVs alors que j'étais encore en Amérique du Sud! J'ai continué après mon retour, mais deux semaines plus tard je ne trouve plus nulle part où en envoyer d'autres, et je ne fais qu'attendre des réponses et tourner en rond. Je loue une chambre chez une dame bizarre, une connaissance de connaissance, qui semblait OK au début mais qui plus le temps passe plus s'avère bizarre et intolérante. Alors tout ça mis ensemble fait que je n'avais pas très envie de rester à Toronto...

J'ai donc décidé sur un coup de tête d'aller prendre l'air pour une semaine, et de continuer à voir le monde! Pour que ce ne soit pas trop cher ni trop loin ça me limitait à l'Amérique du Nord, et le premier endroit sur ma liste est une ville bien particulière au coeur de la Californie: San Francisco! Le billet d'avion n'est pas trop cher à condition de décoller à 7h20 du matin, c'est un sacrifice minimal, alors j'y vais! :)

Comme d'hab avant d'aller aux US il faut vérifier tous les détails des visas et permis, qui changent toutes les 5 minutes. Après avoir lu à gauche et à droite je croyais ne rien avoir à faire, alors je me suis tranquillement levé à 4h du matin pour prendre un taxi à 4h40, un bus à 5h et être à l'aéroport à 6h. La file avance très lentement, ça prend presque une demie-heure, finalement je me suis au comptoir à peine plus d'une heure avant le décollage de l'avion. Et là, avec ma chance habituelle, le gars me dit que je n'ai pas besoin de visa mais qu'il fallait que je remplisse un formulaire sur le Net, et que sans cette formalité il ne peut pas me laisser embarquer! Et ajoute, comme un petit détail, que l'enregistrement ferme une heure avant le décollage...

Je passe instantanément en mode survie, je cours dans l'aéroport pour trouver un terminal internet, je finis par en trouver un seul à l'autre bout de l'aéroport, cher et lent et qui me plante dans la figure une couple de fois. Ça me prend 20 minutes à remplir un malheureux petit formulaire de 3 minutes, finalement c'est fait, je cours de retour au comptoir. Il ne reste que 45 minutes avant le départ de l'avion... Le premier gars me dit que je ne peux pas embarquer, son supérieur essaie tout de même comme je n'ai pas de bagage enregistré, le système informatique me laisse passer, il me tend ma carte d'embarquement en me disant que je n'aurai pas le temps de passer à travers les douanes américaines, mais que je peux toujours tenter.

J'arrive en courant dans la première salle de douane, où des dizaines de personnes font la file. Je me ronge les ongles en attendant mon tour, il arrive enfin, mon passeport est vieux et il n'a pas de puce électronique alors ils doivent me prendre mes empreintes digitales et tout, le truc fonctionne mal, ça prend une éternité. Finalement je passe à travers et j'arrive dans la seconde salle où ils scannent les bagages aux rayons X. Cette fois-ci ça va vite, mais ils fouillent ma petite valise à roulettes pour me piquer mon shampoing, même si la bouteille est presque vide. Je referme tout alors que les haut-parleurs annoncent le dernier appel pour mon vol, je cours à la porte, je suis le dernier, je m'installe et l'avion décolle moins de 5 minutes plus tard...

Après un petit matin musclé comme ça j'avais ma dose d'émotions pour la journée, ça tombe bien rien de mal n'est arrivé après! Le vol s'est super bien passé, je suis arrivé à l'auberge tout tranquillement, et malgré la fatigue j'ai passé le reste de la journée à me promener un peu au hasard dans San Francisco, le temps de prendre mes repère. J'ai pris le cable car sans savoir où il allait, je me suis retrouvé au bord de l'eau juste devant Alcatraz, avec un grand sourire. Le temps est magnifique, je suis de retour sur la route pour un petit moment, tout va bien, je suis heureux... :)

----------

One of the nasty aspects to the return to Toronto is that I've got to find a job and accomodation all over again, to settle down again, to buy stuff, and to lose again my beautiful freedom... To try to at least get a head start on the job front I had started to send résumés out while I still was in South America! I kept on doing that once back but 2 weeks later I have a hard time finding new places to send my résumé to., and I'm stuck waiting for an answer and going round in circles. I rent a room from a strange lady, an acquaintance of an acquaintance, who seemed allright in the beginning but grows weirder and more intolerant as time goes by. All of that together meant that I didn't really want to stay in Toronto...

So I decided on impulse to go for a bit of fresh air for a week, to keep on seeing the world! TO limit both the distance and the cost it had to be in North America, and the first place on my list was a very special town of California: San Francisco! The plane ticket isn't too expensive if I take off at 7:20 AM, it's a small price to pay, let's go! :)

As usual before going to the States one has to check all the details of visas and permits, they change every 5 minutes. After reading here and there I thought that I didn't have anything to do, so I happily woke up at 4 AM to catch a cab at 4:40, a bus at 5 and be in the airport at 6. The queue moves slowly, it takes almost half an hour, and finally I reach the counter barely an hour before takeoff. And there, with my usual luck, the guy tells me that I don't need a visa but I needed to fill in a form on Internet, without which he can't check me in! And adds, like an afterthought, that the check in closes an hour before the flight's time...

I instantly switch to survival mode, I run through the airport to find an Internet terminal, I finally locate one at the other end of the building, slow, expensive and buggy. It takes 20 minutes to do a 3-minute job, eventually it's done, I run back to the counter. The first guy tells me that I can't check in, his boss tries anyway as I don't have any checked luggage, the computer system lets me through, the guy hands over my boarding pass telling me that I won't have time to go through the US customs but I can still try.

I run into the first customs room, where tens of people are queuing. I bite my nails waiting for my turn, it finally comes, my passport's old and doesn't have a chip so I need to provide my fingerprints, the scanner doesn't work well, it takes forever. I finally come through and get into the second room where they X-ray hand luggage. It goes quickly that time, but they open up my little wheely luggage to hook my shampoo, even if my bottle's almost empty. I put everything back together as the loudspeakers announce the ultimate call for my flight, I run to the gate, I'm the last one in, I sit down and the plane takes off less than 5 minutes later...

After such heavy small hours of the morning I had my share of adrenaline for the day, it's good that nothing bad happened afterwards! The flight was great, I leisurely went to my hostel, and despite the tiredness I spent the rest of the day walking more or less randomly around San Francisco, taking slowly my bearings. I jumped on the cable car without knowing where it was going, and I found myself on the waterfront in front of Alcatraz, with a big grin on my face. The weather is superb, I'm back on the road for a little while, everything's allright, I'm happy... :)
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: