Iquique te odio

Trip Start May 18, 2010
1
22
30
Trip End Aug 17, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Chile  ,
Saturday, July 24, 2010


Iquique te odio: je n'ai que des problèmes dans cette ville
Iquique te odio: I only have problems in this city

----------


Commençons par quelque chose de pas trop pire pour changer: le voyage entre Arica et Iquique s'est bien passé! Un peu en retard mais rien de bien grave. En arrivant la première auberge sur ma liste était pleine, je vais à la seconde qui a encore de la place. Dans le premier dortoir où je me retrouve, il y a un australien sale et puant, qui rote et pète comme un porc. Je demande à changer de dortoir, et je me retrouve dans un dortoir juste à côté de la porte d'entrée, avec un ronfleur. De Charybde en Scylla...

La ville en soi a de jolis côtés, comme par exemple le passage Baquedano ou la place principale. Mais le plus impressionnant est certainement la falaise de 600 mètre de haut derrière la ville, avec sa dune de sable géante! Ça donne un décor très spécial à l'endroit, surtout que tout déplacement hors de la ville impose de grimper la falaise. C'est également un haut lieu pour faire du parapente, dommage que ce soit trop cher pour mon budget...

Enfin, après ça tout a gentiment cafouillé. L'ambiance à l'auberge était bizarre, sans que je puisse réellement en trouver la cause. Le linge que j'avais donné à laver m'est revenu plus sale qu'avant, une première! J'avais déjà eu du linge revenu non lavé, juste plié, mais là c'était impressionnant. La Zofri, une des plus grands centres commerciaux hors-taxes en Amérique du Sud, s'est avérée complètement inutile: de la merde chinoise et de l'électronique de bas de gamme, cher pour ce que c'est. J'ai perdu pas mal de temps dans tout ça.

Mais le pire, c'est l'idiote de l'auberge qui vérifie les détails d'un tour correspondant à ce que je voulais faire, mais qui quelques heures plus tard en réserve un autre. Au lieu d'un tour culturel intéressant, je me suis retrouvé dans un bus énorme (ce que je déteste), à faire un tour de vieux, où toute l'après-midi s'est passée pour eux dans un bain thermal miteux et pour moi à perdre mon temps à attendre, et à visiter des églises dont celle de La Tirana, cause de tout le bordel lors de mon premier passage. Alors je n'ai pas été voir les pétroglyphes dans le désert, ce que je voulais faire et qui me frustre énormément, et pour couronner le tout alors que j'attendais un chien a eu l'idée brillante de pisser sur mon sac-à-dos. Inutile de dire que j'aurais étripé quelqu'un...

Le programme de la matinée était commun entre les deux tours, alors au moins je suis allé voir les ruines de Santa Laura et de Humberstone, anciens sites d'extraction de salpêtre et nitrate qui fonctionnaient jusqu'aux années 60. La partie habitations de Santa Laura fut démontée quand la production fut arrêtée, mais la partie industrielle est toujours là, et est impressionnante. De l'autre côté Humberstone est intacte, bien que sa partie industrielle soit peu intéressante. Sous le soleil de plomb du désert, l'une comme l'autre dégageaient un charme étrange...

----------

Let's start with something not that bad for a change: the trip between Arica and Iquique went on well! A bit late but nothing bad really. The first hostel I got to was full, the second one on my list still had some room. In the dorm I find myself with a dirty and stinky Australian, burping and farting like a pig. I ask to change dorms, and I find myself in another one just next to the front door, with a snorer. The rock and the hard place...

The city in itself has a few nice areas, like for example the Baquedano street and the central square. But the most impressive is certainly the 600m high cliff behind the city, and it giant sand dune! It gives a special background to the place, even more so that each and every movement out of the city requires climbing the cliff. It's also a good place for paragliding, too bad that the price puts it out of my budget...

Anyway, after that everything slowly went wrong. The atmosphere in the hostel was weird, but I couldn't figure out why. My laundry came back dirtier than before, a first in this trip! I had already had clothes coming back unwashed but simply folded, bit this time around it was quite impressive. The Zofri, one of the largest duty-free shopping centers in South America, was useless: Chinese crap and entry-level electronics, expensive for what it is. I lost quite a lot of time in all of that.

But the worst was the stupid girl at the hostel checking the details of a tour I wanted to do, but a few hours later booking another one. Instead of an interesting cultural tour, I found myself in a gigantic bus (which I hate), on an old people tour, where the whole afternoon was spent in a shabby thermal bath for them and wasting time waiting for me, and visiting churches like the one in La Tirana, cause of all the mess my first time around. So I didn't go and see the petroglyphs in the desert, wich I wanted to do and it frustrates me a lot, and to top everything off as I was waiting a dog had the splendid idea to pee on my backpack. Needless to say that I could have killed someone...

The morning's plan was the same for both tours, so at least I saw the ruins of Santa Laura and Humberstone, former saltpetre and nitrate mining plants that operated until the 60s. The housing buildings of Santa Laura were taken apart when the production stopped, but the industrial part is still there, and is impressive. On the other hand Humberstone is in original condition, even if its industrial part isn't very interesting. Under the scorching sun of the desert, both of them radiated a strange appeal...
Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family Pictures

Use this image in your site

Copy and paste this html: