Étrange pays Zulu / Weird Zulu land

Trip Start May 18, 2010
1
3
30
Trip End Aug 17, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of South Africa  , KwaZulu-Natal,
Sunday, May 30, 2010


Étrange pays Zulu
Weird Zulu land

----------


En quittant Nelspruit et le Kruger, le bus prenait la direction du Swaziland, petit royaume perdu au find fond de l'Afrique. Je me disais que ça serait chouette de le visiter un peu, mais les horaires de bus étaient pourris: soit je repartais le lendemain, soit je devais passer 4 nuits et 3 jours complets sur place. Au vu de ce que j'avais à faire ailleurs j'ai décidé de ne pas rester, et je suis donc reparti le lendemain, en ayant seulement traversé rapidement le pays... Mais j'ai un tampon de plus dans mon passeport! :)

Ma destination suivante était Eshowe, supposément le point d'entrée pour le pays Zulu. Le chauffeur du bus m'a demandé 3 fois si je voulais vraiment y aller, sans réellement me dire pourquoi, et m'a finalement déposé devant la porte du George, l'hôtel qui contient dans son arrière-cour l'auberge où j'allais. Et là je suis tombé dans un monde sorti du siècle dernier: un tout petit groupe de blancs vivant dans un pays noir, un hôtel avec un bar où ils se retrouvent tous le soir, les réunions en club (j'ai été invité à la réunion du Rotary deux heures à peine après être arrivé!), etc. J'ai eu l'impression de me retrouver dans un livre de l'époque coloniale... Et comme dans ce type de milieu, les ragots, les histoires, les mentalités fermées derrière l'accueil chaleureux.

M'enfin, je suis tout de même sorti me promener un peu! J'ai passé une journée dans un village Zulu moderne avec Joe mon guide, nous avons marché toute la journée et plus ou moins essayé de rencontrer tout le monde. :) Le plus sympa, de loin, aura été la visite de l'école, avec les enfants pleins d'énergie et les maîtresses joyeuses et séductrices... ;) Plus sérieux, la visite de l'orphelinat, juste à côté et tout neuf, où les orphelins commençaient seulement à arriver. Et comme partout dans ce pays, chacun avait son histoire de violences de toutes les sortes... :( Mais j'aurais pu rester toute la journée dans ces deux endroits, juste à sourire à tout le monde!

Le lendemain j'ai visité le petit musée du fort d'Eshowe, qui n'a jamais vraiment vu de bataille lors de la guerre Anglo-Zulu, mais qui servait de base arrière à l'armée britannique, parce que relativement proche de Durban, et puis dans l'après-midi j'ai assisté à un mariage Zulu! C'était une drôle d'affaire, la moitié des gens étaient déjà saouls de la fête de la veille, mais c'était bien drôle, un étrange mélange de traditions et de la vie moderne des paysans dans ce coin du monde. J'avais un peu peur que notre présence ne soit un peu intrusive, mais non, il semblerait qu'avoir des blanc à un mariage Zulu soit de bon augure... :)

Le dernier matin je me suis un peu promené dans le pays, à prendre quelques photos ici et là, et puis nous avons assisté à une cérémonie de guérisseur traditionnelle, la sangoma. Je n'ai pas de photo de ça mais ça ne vaut pas tellement la peine: les guérisseurs sont assez évidemment des escrocs, tout est faux, les transes sont juste pour le spectacle, et les pauvres gens locaux, majoritairement des femmes, donnent des centaines de rands à la sangoma pour une intervention spirituelle... C'était quelque chose de particulier d'assister à ça, mais pour nous occidentaux c'était plus triste qu'autre chose.

Après toutes ces aventures je ne cache pas que je n'étais pas fâché de quitter cet endroit étrange, dans lequel je n'étais vraiment pas à ma place à tellement de niveaux.

----------

Leaving Nelspruit and the Kruger, the bus was heading towards Swaziland, and little kingdom completely locked deep in Africa. I though it would be nice to visit a bit, but the bus timetable was lousy and I either had to leave on the next day, or spend 4 nights and 3 full days before being able to get out of there. Given all that I wanted to do in other places, I decided to leave the next morning, having only quickly crossed the country. But I've got a new stamp in my passeport! :)

My next destination was Eshowe, supposedly the entrance point for Zulu country. The bus driver asked me 3 times if I really wanted to go there, and finally dropped me off at the door of the George, the hotel in which backyard is the hostel I was going to. And there I found myself into a world out of the last century: a tiny group of whites living in a black country, one hotel with a bar where they all meet up in the evening, club meetings (I was invited to the meeting of the local Rotary barely two hours after getting there!), and so on. It felt like living in a book from the colonial times... And like in any world of this type, the gossip, the stories, the closed mentalities behind the warm welcome...

Anyway, I still got out to visit a bit! I spent a whole day in a modern Zulu village with my guide Joe, walking around a lot and more or less trying to meet everyone. :) The nicest moment, and by far, was when I visited the village school, with the kids full of energy and the teacher laughing and charming... ;) More seriously, the visit of the orphanage next door, all new and where the orphans were just starting to arrive. And like anywhere else in this country, they all come with a history of abuse of all types... :( But I could have stayed the whole day in those two places smiling to everyone!

The next day I visited the small Eshowe fort, that has never really seen battle during the Anglo-Zulu war, but that was used as a base by the British army as it was relatively close to Durban, and then in the afternoon I went to a Zulu wedding! It was a funny thing, half of the people were already drunk from the previous day's partying, but it was quite funny, a mixture of traditions and modern day's Zulu farmer life. I was a bit afraid that our presence would be intrusive, but no, it seems that having white people attending a Zulu wedding is a good omen. :)

The last day I walked around the country a bit in the morning, and in the afternoon we went to see a traditional healing ceremony, with the sangoma. I don't have any picture of that but it wasn't really worth it: the healers are quite obviously crooks, everything is fake, trances are just here for the show, and the poor local people, mainly women, give hundreds of rands to the sangoma for an hypothetical spiritual intervention... It was something special to be seing that, but for us occidentals it was more sad than anything else.

After all those adventures I wasn't unhappy to leave this place, where I mostly felt out of my depth on so many different levels.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: