À la poursuite de mes lectures de jeunesse...

Trip Start Nov 13, 2008
1
39
65
Trip End Jul 26, 2009


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Chile  , Isla Chiloe,
Monday, February 9, 2009

À la poursuite de mes lectures de jeunesse...
Running after my childhood readings...

----------

Chiloé est pour moi un nom qui a un parfum d'aventure. Une île mystérieuse, domaine des Cap-Horniers, du vent et des tempêtes, de ces îles impossibles dont on rêve et qu'on craint en même temps. Je pouvais manquer beaucoup de choses au Chili, mais il fallait impérativement que je m'arrête à Chiloé. Alors après 17h de bus à partir de Santiago, je me suis retrouvé à Castro, la capitale administrative de la région de Chiloé et la ville principale de l'île.

Comme tous ces petits ports pleins d'histoires de marins, la ville a une personnalité particulière. C'est un endroit où on a envie de se détendre, d'où on veut regarder le soleil se coucher dans l'océan, écouter les vagues et méditer tranquillement...

Et le saumon! Mmmmm le saumon... Les fruits de mers et toutes ces choses-là sont absolument incroyables ici, c'est tellement frais qu'on les entendrait presque braire! :) Et contrairement à toute la nourriture importée, les produits locaux ne coûtent rien, alors on s'empiffre pour trois fois rien. Pas bon pour la ligne, mais le poisson est très bon pour le cerveau! (Ouf... :))

En revanche une fois passé le premier émerveillement, l'île est pleine de touristes majoritairement chiliens, version cradingue. Tout ça a un petit (mauvais) côté bretonnisant, genre fumeurs de pétards de Belle-Île-en-Mer. Si on rajoute en plus les familles aux marmots extrêmement mal élevés, ça donne une idée de la population estivale. Dommage...

Le temps de faire une petite pause et de dormir un peu, je suis allé à l'île de Quinchoa, sur laquelle est le village d'Achao. De nombreuses personnes m'avaient recommandé cet endroit, mais ça a été pour moi une grosse déception. D'abord c'était dimanche, donc mort, et puis il y avait une coupure d'électricité dans la région ce jour-là, donc encore plus mort, et pour finir il y avait une feria locale, donc à part dans le coin de la feria c'était mortissime. Pas de petits stands de bouffe devant la plage, pas de pêcheurs qui ramènent leurs prises. rien. Et en plus il faisait un temps de chiotte. Et pour finir, j'ai dû attendre 1h un bus pour revenir à Castro, et il était plein de petits cons défoncés qui faisaient un bruit d'enfer. Dois-je préciser que je n'ai pas aimé Achao?

Et finalement comme il n'y avait pas assez de monde je n'ai pas pu aller faire du kayak dans la baie de Castro, alors je me suis contenté de travailler sur mon blog pour rattraper mon retard. Chiloé n'est plus ce qu'elle était...

----------

Chiloé's a name that carries a smell of adventure for me. A mysterious island, land of the Cape Horn sailors, of wind and storms, those impossible islands we're dreaming of and fearing at the same time. I could bypass many things in Chile, but I had to go to Chiloé. So 17h of bus from Santiago later, I found myself in Castro, the capital of the Chiloé region and the main city of the island.

Like all the small fishermen harbours, the city has a peculiar spirit. It's a place where we want to chill out, to watch the sun setting in the ocean, listen to the waves and meditate peacefuly...

And the salmon! Mmmmm the salmon... The seafood and all those things are absolutely amazing here, it's so fresh we could almost hear them bray! :) And as all the locally produced food is dirt cheap, so we stuff ourselves for nothing. Not good for the body, but pretty good for the brain (phew... :)).

On the other hand once the first amazement over, the island is first of mostly Chilean tourists, of the dirty kind. If you add on top of that the families with poory reared brats, you get an idea of the summer population here. Sad...

After taking a little break and some rest, I went to the Quinchoa island, where is the village of Achao. Many people had told me to go there, but is was a mjor deception. First it was Sunday, so pretty dead, then the electricity was cut that morning in the whole region, so deader, and finally there was a local feria so outside of the feria area is was deadissimus. No little food stalls in front of the beach, no fishermen bringing back their catch, nada. And on top the weather was shitty. Finally I had to wait for an hour to catch a bus back to Castro, and it was full of young stoned jerks making one hell of a brawl. Do I need to say that I didn't like Achao?

And finally, as there wasn't enough people I couldn't go kayaking in the bay, so I settled for working on my blog and trying to catch up. Chiloé isn't what it used to be...
Slideshow Report as Spam

Comments

caecyll
caecyll on

Spleen
Plus je te lis, plus je repense à ce long poème de Baudelaire intitulé 'Le voyage'. Tu connais ?

terredeshommes
terredeshommes on

Re: Spleen
Je découvre, et c'est en effet assez proche, surtout pour Chiloé. Et Baudelaire est toujours un plaisir à lire:

'''
Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu'importe?
Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau!
'''

Trouver du nouveau... N'est-ce pas en effet ce qui motive tous les voyageurs?

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: