Un tour en Palestine

Trip Start May 17, 2012
1
7
9
Trip End May 28, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Palestinian Territory  ,
Thursday, May 24, 2012

Les derniers jours sont prévus en Palestine, finies les vacances au bord de la mer, direction Ramallah, plus exactement le village de Jifna pour passer la nuit dans une guesthouse tenue par des palestiniens.
Ce sont des chrétiens, des bouteilles de whisky vides sont sur le bar.
Ils ont une maison de 4 étages, 6 ou 7 chambres, une énorme TV, un grand frigo. La vie en Palestine ne doit pas être dure pour tout le monde….Dîner et petit déjeuner traditionnel palestinien, si t'aimes pas l’houmous et les fallafels, ça va être dur.
Le couple est très remonté contre les israéliens, ils t’expliquent qu’il y a de nouvelles colonies qui se construisent, qu’ils font le plein d’eau une fois par semaine alors que les israéliens ont l’eau à volonté, que lorsqu’ils construisent une colonie à côté d’une route, ou d’autres maisons palestiniennes, ils les font fermer car considérées trop dangereuses. Pas très loin de chez eux il y a une route qui était fermée depuis 7 ans. Elle est ouverte depuis 15 jours et ça leur évite 20 minutes de détour en bagnole. Mais le soir il faut faire attention car les colons israéliens lancent des pierres sur les bagnoles qui passent…
Apparemment, même le président de la Palestine doit avoir l’autorisation du gouvernement israélien pour aller dans une autre ville de Palestine.
T’as décidé de passer la nuit suivante dans la ville de Naplouse, c’est une des villes qui a le plus réagi lors de la précédente Intifada. Le gars de la guesthouse te propose d’aller dans le camp de réfugiés de Balata et de rencontrer qqun qui s’occupe des enfants dans le camp d’un point de vue psychologique.
Le gars t’explique qu’à la base le camp devait être temporaire pour aider les palestiniens qui avaient été chassés par les israéliens. Au début c’était un camp de tentes, puis ça c’est bétonné, et maintenant ce sont des maisons de 3 étages. Le camp fait 1km carré pour 25.000 habitants dont 60% ont moins de 18 ans.
Dernièrement des adolescents sont allés près des murs palestiniens pour se faire tirer dessus car ils n’ont aucune perspective d’avenir… Ambiance. En plus comme ils n’ont pas de travail donc pas d’argent, ils n’ont pas les moyens de se marier donc frustration sexuelle et ça dégénère dans le camp. Chaque soir il y a des coups de feu, soit entre les colons et les palestiniens, soit entre palestiniens. Même les écoles sont pas sûres. La semaine dernière 4 ados ont essayé de pendre un autre ado dans la classe… Le mec voit aucun avenir, il est évident que les palestiniens ne pourront jamais retourner dans leur maison et même le gouvernement palestinien n’a aucun intérêt à régler le problème des camps car ça leur permet d’avoir des arguments contre Israël. Les réfugiés sont vraiment de la chair à canon dans cette histoire. Puis le gars t’emmène faire un petit tour dans le camp. C’est dur à dire mais tu t’attendais à quelque chose de plus misérable. Les ruelles sont très étroites mais ça donne pas l’impression de favelas. Bon, faut reconnaitre que tu vois qu’une toute petite partie, peut-être la plus présentable.
Puis balade dans le souk de Naplouse, sur beaucoup de murs, des posters des « martyrs » morts lors de la précédente Intifada. Tu visites une fabrique de savons, ils étalent la pâte sur le sol pendant plusieurs semaines et après ils la découpent.
Le soir, tu discutes avec un palestinien qui a toujours le statut de réfugié même s’il vit en dehors du camp. Il connaît le Coran par cœur, et les gens l’appellent pour avoir son avis, genre est-ce que je peux mettre du vernis à ongle…
Apparemment dans la nuit, les pickups des colons descendent en ville et tirent des coups de feu pour bien montrer qui est le boss ; Il semble qu’ils aient eu l’autorisation d’aller à partir de 23h sur un lieu de culte près de la ville et ils en profitent pour mettre la pression. Il y avait des étudiants journalistes français, ils racontaient l’interview d’un rabbin dans une colonie qui a clairement dit que la Palestine appartenait à Israël et qu’il fallait les foutre dehors… Elle est pas finie cette guerre.
Retour sur Ramallah où enfin tu rencontres un autre touriste, Andy. 8 jours sans avoir pu échanger avec d’autres touristes. Avec lui tu vas aller faire le con face aux murs israéliens.
Mais entre temps, t’as voulu essayer Ramallah by night qui est censé être le lieu le plus branché de toute la Palestine et même plus que Jérusalem. Bon, on a fait tous les restos de la ville; au mieux il y avait 5 personnes…. Finalement, l’endroit de fou : Ramallah est une ville très business, beaucoup de bâtiments, de routes, assez peu de parcs. Et tu tombes sur le Snowbar, le paradis ; Ils ont construit un bar au milieu de grands arbres, des tapis, des coussins partout et même une piscine, tout ça dans un coin à l’écart du bruit du trafic. Putain, si tu avais su, tu y serais allé tous les soirs !!
Dernier jour en Palestine pour aller à Jéricho, pareil checkpoint…La ville est près de la mer morte, il fait une chaleur et une humidité difficile à supporter. Tu vas là-bas pour voir le Mont de la Tentation. Un lieu où Jésus faisait un jeûne et où le diable lui aurait proposé une miche de pain. Bien sûr, il a résisté…
Soit tu montes à pied, soit avec une télécabine. Et il précise que la télécabine a été fabriquée par les suisses. Bizarre, on a pas confiance dans la capacité des palestiniens à construire une télécabine.
Il y a un petit monastère, mais un groupe est déjà dans la salle en train de prier et il répète 'satanas’…
Au pied de la télécabine, un complexe restaurant et boutiques. Il y a des centaines de personnes mais que des produits israéliens. C’est pas là, alors qu’on est Palestine, que tu vas trouver des drapeaux palestiniens… Les touristes viennent par bus de Jérusalem, prennent la télécabine, visitent, puis shopping et cassos, hors de question de passer par la ville….

Ricardo
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: