Sao Paulo

Trip Start Jan 17, 2013
1
21
93
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Brazil  , State of Sao Paulo,
Wednesday, February 27, 2013

Coeur économique du Brésil, capitale du business et de la culture, la gigantesque Sao Paulo figurant parmis les cinq plus grandes villes du monde n'est en rien un endroit touristique. Mieux vaut connaitre quelqu'un pour la découvrir car ce ne sont pas les cinq pauvres pages du guide du routard qui vous y aideront... Cela dit, mon guide m'avait prévenu : pas grand chose à découvrir ici si ce n'est la vrai vie des Paulistanos puisque l'on peut facilement se fondre dans le décor de cette terre d émmigrés.
Des italiens, des allemands, des japonnais, tous ont fuit les problèmes économiques de leurs pays au 19è siècle pour venir participer à l'essort des entreprises brésiliennes. C'est un italien qui y construit le premier building dans les années 1928, depuis la ville en dénombre plus de 2500! Les noirs africains, qui sont un peu les ancêtres du pays, venus de force à l'époque ou l'esclavage était monnaie courante, ont laissés comme héritage la capoiera, si propre au Brésil d'aujourd'hui. L'architecture complétement anarchique et hétéroclite est preuve du mélange racial et culturel qui règne ici.

Malheureusement, comme partout au Brésil, les différences sociales sont énormes et c'est le grand écart entre les riches, expatriés ou faisant fortunes dans les affaires, et les pauvres crevant de faim dans les rues du centre ville, cherchant leur diner dans les ordures si le crack ou l'alcool absorbé leur en laisse encore un peu la force...

C'est aussi, comme toute ville de cette envergure, une polution forte qui transforme le ciel en rouge et noir à la nuit tombée, des kilomètres d'embouteillage auxquels les hommes d'affaires échappent grâce à leur hélicoptères privés, un métro bondé aux quais et escalators encombrés, des rassemblements et des manifestations pour faire avancer le pays et réveiller les consciences endormies, le lieu d'expression de l'art, qu'il soit de rue avec ses nombreux tags, ou conventionnel avec tous ces vernissages dans les quartiers bobo.

C'est aussi le paradis des nuits interminables, puisque le Brésil est avant tout un pays ou l'on aime se retrouver, rencontrer, danser, au son de la samba et des musiques locales, partageant les bieres format XXL entre amis, improvisant un concert et se couchant au petit matin. On trouve encore de nombreux endroits épargnés par la mondialisation, qui rend si commun tous les pays du monde, ce genre d'endroit ou l'on n'écoute pas de l'electro mais plutôt la chanteuse du coin, accompagnée de ses musiciens, aux instruments et aux sonorités inconnus en Europe. Des nuits typiquement brésiliennes, cachées derrière une petite porte n'en laissant rien paraitre, où à l'entrée on vous propose de payer moitié prix si vous embrasser quelqu'un... Bienvenue au Brésil!... avec sa bonne humeur, sa simplicité et son harmonie effrontée face aux différences.

Je vais donc à la découverte de Sao Paulo, faut il cependant préciser que c'est grâce à une rencontre que cette étape s'est imposée... Isla Grande. Départ H-1. Mon sac à dos est bouclé et j'attend mon bateau. J'entend parler français : trois mecs et une nana. On sympatise, on discute, et une bière plus tard : l'invitation est lancée et ils me donnent même leur clé!!

Paul et Kevin ont fini leurs études à Sao Paulo l'an dernier et y sont revenus cette fois ci pour travailler. Ingénieurs expatriés, ils partagent un appart hotel dans un Mercure des beaux quartiers. Je m'installe chez eux après 15h de bus, au 16è étage de ce super hotel avec piscine et salle de sport, et surtout dans un vrai appart avec une vrai salle de bains et du confort!! Ils bossent tous les deux, je suis donc toute seule à mon arrivée et les remercie du fond du coeur pour leur confiance et leur générosité.

Je les retrouve dès leur retour du travail et je pars à leur cours de capoiera : l'immersion a commercée ;) Je ne parle pas un mot de portuguais, mais finalement je commence à comprendre un peu. J'adore les musiques de la capoiera et je m'initie en douceur, c'est compliqué et bien plus physique que je n'aurais pu le penser mais tellement beau et différent de ce que je connais que je me sens transportée dans la culture brésilienne.

Je visite Sao Paulo les jours suivants. Je fais connaissance avec des Paulistanos en haut de la tour latino et de son mirador, ils me proposent de les accompagner à une manifestation de rue, qui prend la forme d'une fête rassemblant au final plus de 5000 personnes. Les indiens du pays sont sans cesse repoussés de leurs terres, parqués entre des grillages, et se meurent du manque d'espace et de liberté en leurs propres terres. Deux chefs des principales tribus ont écrit au gouvernement menaçant de se suicider si aucune solution n'est trouvée. L'opinion est sensibilisée et le mouvement de solidarité est lancé. Des étudiants en architecture s'emparent de la rue, se costument, se maquillent aux couleurs des indiens et se dévétissent pour attirer l'attention et marquer les esprits, les médias sont sur place et l'objectif est atteind.

Je découvre les différents quartiers de Sao Paulo, les quartiers riches avec leurs centre d'affaires flambants neufs, leurs magasins haut de gamme, leurs belles villas; les quartiers bohèmes avec leur art de rue, leurs graffitis, les boutiques d'antiquaires et d'objets sixties, les bars et restos à ambiance; les quartiers pauvres, ou l'on ne traine pas à la nuit tombée, avec ses prêtres de rue qui vocifèrent la bonne parole à qui veut bien les écouter, ses drogués et ses SDF se trainant a terre, effrayants tant ils ne sont plus que l'ombre d'eux même...

Paul et Kévin me font passer de superbes soirées, m'invitant à partager leur quotidiens, leurs soirées chez des amis entre expatriés, leur repas à la maison en toute simplicité. Ils n'hésitent pas à sortir jusqu'au bout de la nuit alors qu'ils se lèvent tôt le lendemain... Nathalie et son cousin, qui étaient avec eux à Ilha Grande, nous rejoignent pour le week end et l'on profite tous ensemble des folles nuits Paulistiennes, jusqu'au lever du soleil...

Puis le moment de partir arrive... J'ai adoré ces quelques jours passés à Sao Paulo, à parler français (ça faisait tellement longtemps!!), à retrouver un peu de confort (oui ça aussi, ça faisait longtemps!) et surtout je reste vraiment reconnaissante envers Paul et Kévin de m'avoir ouvert si spontanément leur porte et de m'avoir accueillie comme une amie alors que l'on ne se connaissait pas. Un grand merci!! Sans eux, je n'aurais pas autant aimé Sao Paulo et peut être même n'y serais je même pas allée :)
Slideshow Report as Spam

Comments

T-Michel on

Bravo Steph,
cette page de ton blog réussit à merveille à faire ressentir l'atmosphère particulière de cette ville...
... et toujours cette animation omniprésente... infatigables ces brésiliens !

Abi on

C'est vrai! tu arrives bien à nous transmettre une partie de ton voyage à travers ce blog!! je sais que ça prend du temps et c'est très généreux de nous le faire partager!!
j'attends avec impatience les photos de patagonie!!!! besos mi amiga!!!

kiki on

J'aime beaucoup l'architecture... et les tags !! SUPER !!
Merci

Nadine on

Merci Stéphanie de continuer ce travail de reportage qui nous plonge dans la vraie vie de ce pays. Je me souviens d'une manifestion dans Paris (contre les survols aériens sur notre ville). Nous marchions bien calmement, derrières les maires des communes concernées, dans un froid parisien et sans paroles.
Maintenant que j'ai vu tes films, c'est une autre ambiance, avec en permanence la musique partout, même losque l'on exprime un mécontentement. Cela change tout !

Philippe on

Superbe carnet de bord!
On se trouve vraiment plongé dans l'ambiance.

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: