L'Equateur enfin!

Trip Start Oct 01, 1988
1
60
89
Trip End Ongoing


Loading Map
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Ecuador  ,
Monday, June 27, 2005

Après un fantastique petit dèj et un long tour en taxi nous voici à l'aéroport. C'est maintenant que ça va être drôle. Il me faut finalement presque quatre heures pour arriver à l'avion depuis la porte d'entrée. Le tour en bus ne prend que trois minutes à la fin. Mais avant... 80% du temps se passe à attendre. La plus grande partie, que l'ordinateur qui traite l'une de mes factures finisse sa tâche. Windows XP s'est bien mais sur des ordinateurs puissants. 18% du temps consiste à marcher d'un bureau à un autre parce que personne ici n'a la moindre idée de ce qu'il se passe. Les deux derniers pourcents sont ce que ça me prend pour expliquer dans mon mauvais castillan ce que je veux. Le seul point positif que je leurs trouve, aux autorités aéroportuaires péruviennes, c'est qu'elles rendent la monnaie en dollars quand vous payez vos factures.

Finalement nous décollons. Avec trois heures de retard. Rapidement nous retrouvons le soleil et laissons la grisaille de Lima derrière nous. Lima n'a pas changé. C'est toujours aussi sale et miséreux. Malgré les hôtels de luxe qui fleurissent partout. Seule l'odeur de poisson vraiment pas frais est devenue pire qu'il y a deux ans.

Nous suivons toujours la cote. Un océan de nuage sur la gauche, la cordillère régulière et omniprésente sur la droite. Juste avant d'arriver à Piura (dernière ville et point tournant avant de quitter le Pérou pour l'Équateur) les nuages se déchirent et montrent ce qu'ils cachaient. Rien! Seulement le désert. Plat et triste. Sale d'aspect lui aussi.

Une fois la frontière passée, les nuages se referment. Nous ne voyons rien de l'Équateur jusqu'à l'approche à Guayaquil. La ville s'étend sur les bords d'un bras de mer. Ils sont nombreux ici. Pas étonnant que les pirates du XVII siècle aimaient le coin.

L'arrivée dans le pays se fait de façon simple et accueillante. Rien à voir avec les casse-tête péruvien ou argentin. Une dame nous demande d'où nous sommes. « Canada? Mais alors vous parlez français! » nous répond-elle dans un français impeccable. Elle a passé treize ans à Paris. Elle en a de bons souvenirs et semble ravie de pouvoir dérouiller un peu son français. Elle nous indique aussi quoi visiter pendant notre cours séjour, ce que je ne manquerai pas de faire, ainsi que comment négocier le taxi. Pas plus de trois dollars entre l'aéroport et l'hôtel! Ça change des 20 dollars de Lima.

Après avoir mon rapport, je pars à la découverte de cette ville de 3 millions d'habitants. La cathédrale est magnifique de nuit. Les bords de l'eau sont paisibles et sans moustique, étonnamment. Malgré les gardes armés partout, tout respire la sérénité. Je me régale de ceviche, prononcez cévitché, (un plat de fruit de mer ou de poisson cru marinés dans des oignons, du vinaigre et du jus de citron. On trouve ce plat « national » dans tous les pays d'Amérique du Sud bordant le Pacifique), ainsi que d'une paella.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: