Amérique du Sud / South America

Trip Start Oct 01, 1988
1
43
89
Trip End Ongoing


Loading Map
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Brazil  ,
Sunday, January 9, 2005

J'ai décidé de me lever très tôt ce matin. Ma chambre donnant sur l'est et l'océan, la vue devrait être pas mal au lever du soleil. Il vaudrait mieux. Et c'est le cas. Un splendide lever de soleil (Je sais, je sais, un de plus; que voulez-vous, je ne m'en lasse pas)!

Une petite ballade sur la plage, un bon petit déjeuner et il est temps de repartir. La routine. Peu après le décollage les nuages sont là. On ne voit pas grand chose du Vénézuéla. Et voici le Brésil! Le sentez-vous? On passé d'un accent espagnol à un accent portugais à la radio.

De temps en temps j'aperçois la jungle. Ça y est! Je vole au-dessus de la fameuse Amazone. Une fois de plus je remercie George de me permettre d'enlever une autre chose à faire ou à voir de sur ma liste. Même si c'est juste un aperçu. Je peux toujours revenir. De toute façon je prévois toujours de retourner au Pérou un jour ou l'autre. Quelqu'un intéressé à m'accompagner?

Finalement nous arrivons à Boa Vista. Que la fête commence! Pourquoi? Et bien... On m'a dit, avant que je ne quitte le Canada, qu'il était possible que j'éprouve de difficultés pour entrer et traverser le Brésil. Les autorités ici sont sensibles aux avions transportant du matériel d'exploration. Sans parler du fait que nous ne parlons pas leur langage. Et qu'ils ne parlent pas le notre. Après trois heures de langage de signes, de mouvements de tête, prises de photos, de grattements de tête, de vidages de poches (on est passé peut-être 27 fois sous ce détecteur de métaux, il a fallu vider nos poches 27 fois...) la décision arrive enfin : Nous ne sommes pas autorisés à traverser le Brésil. Ils nous permettent de rester pour ce soir, mais demain matin nous devrons quitter le pays. N'importe où mais pas au Brésil! Ok... Que puis-je dire de toute façon? Je ne peux pas négocier avec ces gens, je ne parle pas leur langue. Ça ne m'empêche pas de dire oui de la tête et de préparer le plan B. Voir le C. Ou même le E.

Allons à l'hôtel. Après un bon et attendu repas, il est temps que je sorte les cartes et vois ce que je peux faire en attendant que le bureau est trouvé une meilleure solution. Je n'ai pas trop le choix : Retourner au Vénézuéla et de là, aller au Panama, puis l'Équateur et le Pérou. Vous vous demandez sûrement pourquoi pas une route plus directe? Disons qu'il y a des pays où je ne tiens pas à aller, comme la Colombie par exemple (je n'aime pas leur sport national, le kidnapping)... Au Pérou on traversera les Andes quelque part et retour au plan initial. Mais ils ne vont pas aimer à Ottawa.

Avez-vous vu la pomme de douche? Elle est électrique! Si, si! Électrique! C'est comme ça qu'on obtient de l'eau chaude ici. En fait, chaude n'est pas le mot. De l'eau tiède énergisante serait mieux. A propos ça ne veut pas dire que vous pouvez utiliser le sèche-cheveux dans la douche.





I decided to get up very early this morning. My room facing the East and the ocean, the view HAS to be good at sunrise. Better be. And it is. A magnificent sunrise (just another one, but I can't get used to them)!

A little walk along the beach a nice breakfast and it's time to go. Routine. Soon after take off the clouds are back. We don't see much of Venezuela. Here come Brazil. Can you feel it? We go from a Spanish accent to a Portuguese accent over the radio.

I can see from time to time the jungle. Here I am, flying over the famous Amazon region. Ones again I'm thankful to George to give a chance to scratch off another item on my list of things to see and do. Even if it's just a glimpse. I can always come back later. (I'm planning to go back to Peru some day. Interested anyone?)

Finally we land in Boa Vista. Let the fun begin! Why's that? Well I was told before I left Canada that I might have some hard time to enter and then fly into Brazil. The authorities here are picky about planes packed with exploration equipment. Not talking about the fact we don't speak their language and they don't speak ours. After three hours of hand talking, head shaking, pictures taking, head scratching, pockets emptying (we passed maybe twenty seven time under that metal detector gate, we empty our pockets twenty seven times...) the decision comes: We're not allowed to fly over Brazil. They grant us permission to stay over night but tomorrow morning we'll have to leave. Anywhere we want but not over Brazil. OK... What can I say? I can't deal with these people, I don't speak their language. But I can nod my head yes and prepare for plan B, C, and even E.

Let's go to the hotel. After a nice and expected supper it's time to pull the maps out and see what over options I have while the office is trying to find a better solution. There's not too many choice: Go back to Venezuela, then Panama, Ecuador and Peru. From there pass the Andes somewhere and back to the initial plan. Ottawa is not going to like it.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: