Des iles colombiennes au large du Nicaragua FR

Trip Start Jan 20, 2006
1
15
76
Trip End Jan 19, 2007


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Colombia  ,
Friday, March 17, 2006

Coming shortly in English too...

Cayos Hollandes sera notre dernier arrêt aux San Blas. L'île d'où nous quittons l'archipel porte le nom pas très poétique de BBQ Island. Mais seul le nom n'est pas très beau, l'îlot est vraiment magnifique. On se jette à l'eau une dernière fois avant de prendre la mer pour Providencia, à quelque 280 milles. Ça devrait prendre entre 48 et 60 heures, selon le vent...

La mer est assez formée et nous naviguons au près. Je vais faire l'estime de notre position, sans utiliser le GPS ou autre aide électronique, à l'ancienne pour voir si j'ai bien retenu ce que j'ai appris lors de mes cours du soir de nav. Le passage se fait sans encombre, avec un vent assez régulier, mais sans la faune marine qui nous rendait visite de façon régulière côté Pacifique. 36 heures de mer, et toujours pas vu de dauphin ou de baleine. Heureusement, avant que cela ne devienne trop monotone, un navire de guerre américain, qui s'est décrit en tant que tel, nous tourne autour, et très vite nous contacte par radio. C'est l'inquisition espagnole, des questions en veux-tu en voilà sur qui est à bord, d'où l'on vient, où l'on va, l'âge du capitaine, la couleur de son slip, etc....Apparemment, même en eaux internationales, la US Navy se garde le droit d'aborder tout navire si elle le décide. Après nous avoir scrutés et questionné Eric pendant une dizaine de minutes, ils nous laissent continuer notre route sans passer à l'abordage. Ça fait de l'animation, mais les dauphins et tortues c'est quand même moins intimidant!

Nous naviguons au plus près, et ne pouvons pas faire route directe vers Providencia sans tirer des bords. L'île soeur de San Andres est droit devant et on se dit que ce serait dommage de passer si près sans s'arrêter. 48h après avoir quitté les San Blas pour Providencia, nous jetons l'ancre à San Andres - et ce n'est pas parce que je m'étais planté dans mon estime!

San Andres, île au large du Nicaragua mais d'appartenance colombienne, est décrite dans le guide comme le Hawaï des Colombiens. Même si cela semble moins pittoresque que Providencia, c'est plus civilisé et ça va permettre de ravitailler le bateau. La petite ville est remplie de magasins duty free, mais c'est quand même bien plus beau que Gibraltar. Et le reste de l'île a l'air plutôt tranquille, ambiance très Rasta-Caraïbes. Nous restons 2 journées à San Andres, le temps de faire les formalités d'entrée au pays, le plein de vivres et surtout la ballade autour de l'île en "promène-couillons". Cette ballade en tracteur déguisé en train touristique, nous a fait découvrir des endroits très amusants, dont un « musée des pirates » qui ressemblait plus à une expo d'école digne de la classe de Baptiste qu'à un musée comme on s'y attend. Le tour avait un côté très kitch et naïf et ça nous a bien plu. Mais après 2 jours, on a le sentiment d'avoir tout vu et on part pour Providencia. Cette fois ci pour de bon!

Nous atterrissons à Providencia au milieu de la nuit et déjà, l'île apparaît très différente de sa grande soeur. Alors que San Andres est assez plate, une formation de lapiez coralien, Providencia (ou la Vielle Providence sur les cartes marines) est un massif volcanique de seulement 10 km de large mais 400 m de haut.

Au réveil, nous passons à la capitainerie où nous sommes chaleureusement accueillis par un jeune "port captain" très gentil qui nous remercie de visiter son île, nous en explique l'historique et nous montre sur une carte les choses à voir. On reçoit aussi une lettre du maire qui s'excuse des débris laissés par l'ouragan du mois d'octobre et de l'état général de reconstruction de l'île.

Malgré les dommages évidents du cyclone, nous découvrons en moto une île est très belle dont les habitants sont très chaleureux. Nous rendons visite à Frenchy, un baroudeur d'origine parisienne installé à Providencia depuis 25 ans. C'est intéressant d'en apprendre un peu plus sur l'île, la Colombie et les relations parfois tendues avec le Nicaragua de la bouche d'un « local » - dont le vin de prune maison est très bon.

Ce petit caillou perdu au milieu de nulle part est vraiment joli, accueillant et complètement hors des sentiers battus. La Vieille Providence nous a laissé sous son charme !
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: