On se la coule douce à Virgin

Trip Start May 25, 2010
1
72
128
Trip End Sep 29, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of United States  , Utah
Wednesday, July 14, 2010

Au risque de nous répéter un peu, il a fait chaud au Zion National Park. En arrivant, 106° F et le lendemain, 110. A vos calculettes, ceux qui suivent. Arrivés de bonne heure exprès pour réserver notre emplacement de camping (par cette chaleur ?), nous repartîmes aussitôt visiter le parc dans une navette obligatoire non climatisée. Aïe. Bien sûr, nous avons exclu les randonnées mais avons quand même marché jusqu'au Weeping Rock (« rocher qui pleure »). Un rocher qui n’est autre qu’une des falaises du canyon, falaise d’où s’échappe une eau vieille de 1200 ans. Comme beaucoup d’eau coulait, nous en avons intelligemment déduit qu’en l’an de grâce 810, il a beaucoup plu. Merci Charlemagne !

Le dernier arrêt de la navette, lui, amenait les visiteurs à la Virgin river, où de nombreuses personnes portaient d’étranges chaussures jaunes. Après renseignement, nous apprîmes que lesdites chaussures étaient faites pour marcher dans la rivière et étaient louées à l’entrée du parc. Et comme ça semblait vraiment cool, on a décidé d’en faire autant le lendemain. Après avoir récupéré nos chaussures, chaussettes et un joli bâton (20$ quand même), nous nous sommes levés aux aurores (8 heures !) pour une randonnée de près de cinq heures bien sympa au fond d’un canyon étroit avec parfois de l’eau jusqu’à la taille. Idéal pour se rafraîchir, bien qu’un peu crevant et peuplé (notez quand même que Marine a passé cinq heures dans Virgin…) Ayant malheureusement investi dans des appareils photos très (trop ?) chers, nous avons laissé nos reflex au sec. Et mon cher Coolpix a décidément arrêté de fonctionner… Pas de photos donc !

Mais le parc nous a aussi réservé une mauvaise surprise au camping… Petite explication : lorsque l’on réserve un emplacement « premier arrivé, premier servi », on prend à l’entrée une petite enveloppe dans laquelle on glisse des petits billets (jamais plus de 20$) et on attache un bout de l’enveloppe au petit poteau marquant l’emplacement, concluant ainsi notre acte de propriété pour 24 heures. Autrement dit, ça indique aux éventuels intéressés qu’ils peuvent chercher ailleurs. Normalement, pas besoin de monter la tente tout de suite, c’est d’ailleurs tout l’intérêt du système ! Malheureusement, tout le monde ne lit pas les modes d’emploi. Ainsi, quelle ne fut pas notre surprise lorsque, revenant de notre fatigante journée, nous découvrîmes une tente et un barbecue étrangers sur notre emplacement. Un vieux monsieur voyageant seul avait en fait élu domicile chez nous, tout en plaçant son « petit papier » sur le notre. Et le camping était plein, bien sûr. Heureusement, le gentil « campground host » nous a dégoté un emplacement secret (en fait refusé par un couple de chinois car en plein soleil et juste sous la route). Souhaitant quand même exprimer notre mécontentement, nous partîmes en croisade contre le squatteur. Mais celui-ci, visiblement de bonne foi, a d’abord proposé de nous payer le camping et, devant notre refus, nous a offert une bouteille de porto. On n’a pas tout perdu !

Marine & Julien
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: