Reykjavik nous revoilà

Trip Start Aug 31, 2012
1
14
Trip End Sep 16, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Iceland  ,
Thursday, September 13, 2012

La route du retour n'était pas longue, une petite heure à peine. Après une dizaine de jours durant lesquels une bourgade de 2'000 habitants était presque une mégapole, c’était une sensation étrange que de retrouver une zone urbaine. Autre source d’étonnement : la température qui frôlait les 10°C, une température presque caniculaire pour nous…
Avant d’aller à l’appartement que nous avions loué et rendre la voiture, nous faisons escale en un lieu qu’un ami nous avait indiqué : la plage géothermale de Nautholsvik. En plus d’un mini hot-pot géant en extérieur, il est possible de se baigner dans un petit lagon où l’eau de l’océan est légèrement réchauffée par un geyser. A l’entrée, un panneau indique la température de l’eau : 8.6°C… C’est frais, mais vu la différence relative avec l’air (moins de 2 degrés), je m’y suis quand même baigné et intégralement !

L’appartement que nous avions loué pour le retour était plus petit et situé différemment, derrière la cathédrale. Lorsque notre hôte nous fait faire le tour des lieux, elle nous demande si nous avons subi la tempête. Nous lui répondons que oui, nous étions dans les montagnes et en avons passablement bavé. Elle nous demande si nous avons pu sauver des moutons. Je pense qu’elle fait une plaisanterie,  je nous imagine en train de mettre une petite laine aux ovidés transis, et éclate de rire. Elle me regarde bizarrement. Je sens que j’ai fait une connerie, mais je ne sais pas encore quoi. Nous apprendrons le soir même que si au sud de l’Islande la tempête avait été forte, ce n’était rien à comparer de ce qui s’était passé au nord. 3 mètres de neige sont tombés pendant la nuit, des lignes électriques ont été coupées à plusieurs endroits. Il est rare d’avoir autant de neige à cette époque, raison pour laquelle les moutons étaient encore à l’extérieur. Mais avec cette tempête, des cheptels entiers avaient disparus dans des avalanches ! Voici d’ailleurs un article sur le sujet.

Nous allons nous balader dans la rue centrale, l’occasion faire un peu de lèche vitrine. Dans un magasin de souvenir nous rencontrons une française qui était là depuis deux semaines. Ses désagréments de voyage tenaient passablement au fait qu’étant seule, la conduite était très longue d’autant plus qu’elle ne disposait pas d’un vrai 4x4 comme nous. Une de ses mésaventures était particulièrement drôle, elle avait réussi à chopper un oiseau sur la route, lequel s’était retrouvé encastré dans la calandre de sa Suzuki Swift (mais 4 roues motrices)…

Soirée festive, au bord de l’eau où je vu pour la première fois une aurore boréale. Elle était certes atténuée par les lumières de la ville, mais elle était quand même là. Après 2 semaines que nous cherchions à en voir une, finalement je n’allais pas repartir d’Islande sans en avoir vu une !

Le lendemain, après une dernière grasse matinée, un petit déjeuné pris pour la première fois à l’extérieur, c’était finalement l’heure de partir pour l’aéroport où nous attendait notre vol pour Londres…

Je retiendrai de l’Islande ses paysages magnifiques, que cette terre est une terre sauvage où la nature garde tous ses droits. Ses habitants bourrus mais gentils (et qui ne savent pas boire). Hyperactifs sociaux s’abstenir, mais contemplatifs amoureux de la nature à ne manquer sous aucun prétexte.

J’y retournerai, sans aucun doute. La question est : quand ?

Une dernière vidéo bonus avant de clore ce blog sur notre voyage en Islande : une traversée de rivière en voiture.
Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: