Ce n'est qu'un aurevoir, Koh Tao !

Trip Start Jun 16, 2011
1
58
69
Trip End Nov 10, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
Ananda Villa

Flag of Thailand  ,
Monday, October 10, 2011

Avant-propos : 1) désolée pour les inquiets... J'étais occupée :-) et 2) pleins de mini histoires ici alors... essayez de suivre !

J'ai quitté avec GRANDE joie Bangkok le 5 octobre vers 18:00. Le type de l'agence de voyage m'avait dit : "devant la police station de Khao San Road à 18:00". Je m'attendais à voir un car arriver (on est supposés voyager toute la nuit...) et c'est... un touk touk qui vient me récupérer ! Sur le coup, je me dis "putain fait chier bordel de merde (texto), je me suis encore fait enfler !"... Mais non. Rassurée assez vite je fus, car le touk touk me dépose avec mon rapide compagnon de voyage au milieu de dizaines d'autres touristes au bord d'une grande avenue... C'est visiblement le point de rencontre. Tous les cars vont dans des directions différentes et je ne sais pas comment ils se débrouillent pour ne pas cafouiller : il faut aller chercher tout le monde dans leurs hôtels respectifs et ensuite les dispatcher dans les cars... Système de stickers sur nos t-shirts, de couleur différente : rouge pour Ko Tao, Jaune pour Phuket, Violet pour Ko Phangan, etc... Truc de fou, on sent les années d'expérience :-)

A propos de mon compagnon de voyage de touk touk de 10 minutes... Super drôle américain de 72 ans, qui voyage seul. Pour la première fois en Asie (il a fui les US au moment de la guerre du Vietnam, il était plutôt flower power...), il a un humour génial et un rire ultra communicatif. On s'est bidonnés de rire en attendant le car et plus tard quand on s'est retrouvés au stop repas vers minuit. Ça fait plaisir de rencontrer des gens comme ça !

En attendant le car - n'oublions donc pas que je suis sur le trottoir d'une grande avenue - je note un truc bizarre. Tout d'un coup, pleins de flics qui commencent à virer à coups de matraque les mendiants ou ivrognes qui sont dans la rue.. Ma première réaction est de me demander si par hasard ils veulent faire bonne impression aux touristes ? Naaaah ! Débile Nadege, t'es débile. Ils s'en foutent complètement de ce que tu penses ! Puis je remarque soudainement une deuxième chose : le silence. En fait, l'avenue est déserte. Mais déserte, vraiment. Plus une bagnole, plus une moto, plus un touk touk... Bizarre bizarre. Et là je me dis, bon, ben y'a le roi qui va passer en bagnole quoi ! Et ben pas loin : c'était la reine ! Qui se balade en rolls royce, escortée de pleins de flics et suivie de pleins d'autres voitures... Je dis à mon américain qu'elle a du organiser une fête quelque part... Et lui de rajouter : "ben ouais. Le meilleur moyen de t'assurer que tes invités viennent à ta fête, c'est de les emmener avec toi !". Re fou rire. Regard furax du flic à côté de nous. Profil bas :-)

Les cars arrivent. Je pars dans le mien et dis aurevoir à mon américain. Finalement je réalise que ceux de Ko Tao et de Ko Phangan sont dans le même bus. Ben ouais, les initiés doivent rigoler : les îles sont voisines et on prendra le même bateau au final... Alors que je m'installe et que je fais connaissance avec Brad, mon voisin Canadien, une troupe de joyeux guadeloupéens montent dans le bus. Dont un fort beau, voire très très beau, spécimen... Bien évidemment, ils sont chauds comme de la braise (les initiés encore, d'autres, savent que "guadeloupéen" et "chaud comme de la braise" sont synonymes mais je précise, pour les profanes). En cinq minutes ils savent où j'habite (habitais), ce que je fais dans la vie (rien), et où je vais (ohhhhhhhhhh, quel dommage, on ne va pas sur la même ile !!!!)... Et ils seront, bien davantage que Brad, mes compagnons de voyage jusqu'à ce que j'arrive sur Ko Tao.

Petit retour sur Brad. Ou plutôt sur ce qu'il m'apprend. Je suis atterrée... Monsieur se rend donc à Ko Tao pour devenir divemaster. Cool ! On parle de plongée, il me parle rapidement de sa crainte : descendre trop profond. Je lui parle donc de la mienne : le masque. Il ne comprend pas. J'explique que c'est le fait de l'enlever qui me terrorise. Il me demande pourquoi je ferais une chose pareille... Je suis un tantinet interloquée. Et bien... Par exemple parce que c'est une étape obligatoire, parce que ton masque est plein de buée, parce que tu dois le donner à quelqu'un de moins expérimenté qui a cassé ou perdu le sien, parce qu'on te l'a arraché d'un coup de palmes... Etc... Et là je le vois livide. Je ne comprends pas. Et en fait, j'apprends donc qu'il n'a jamais plongé de sa vie... Et qu'on lui a promis un certificat de divemaster en trois semaines............... La rage me prend. Je garde mon calme devant lui mais lui explique le fond de ma pensée... Au final, je le recroise sur Ko Tao et j'apprends qu'il va lui falloir deux mois. Déjà mieux mais tout de même largement insuffisant ! Vous imaginez que, si ça se trouve, le type qui va vous emmener plonger a une centaine de plongées à son actif et que jamais, au grand jamais, il n'aura rencontré suffisamment de cas de figures pour gérer tous les problèmes pouvant se présenter ? Moi je dis qu'il faut dénoncer à tout prix ces clubs de plongée, ces usines à pognon pour qui la sécurité est un paramètre très très lointain. Honte à eux ! Pour info, il plonge chez Buddha View Diving Center, un de ces fameux gros centres de plongée qui font la mauvaise réputation de Ko Tao. :-)

Retour au car. Il prend finalement la route vers 19:00 et quelques et s'arrête vers minuit pour que nous puissions casser la croute et nous dégourdir les jambes. On repart et là, tout le monde s'endort en 10 minutes. Vous savez quoi ? Je pense qu'ils mettent des somnifères dans la bouffe... Je dis ça car on m'a relaté de nombreux vols dans les sacs à bord des cars et en soute. Pour que cela arrive, il faut que tout le monde dorme... Et quelles sont les chances pour que tout le monde dorme en meme temps dans un car de 70 personnes ? Aucune. Sans somnifère, aucune. La petite blonde qui était avec moi sur le bateau dans la baie d'Ha Long, s'est fait voler tout son argent et son passeport dans son sac qui était donc ... sur ses genoux dans le car pour Ko Tao. Sympa non ?

On nous avait dit qu'on arriverait au petit matin à Chumphorn pour prendre le bateau... Mais bien sûr ! En fait, on arrive à 3h du matin et là... on poireaute jusqu'à 7h pour prendre le bateau. Comme il y a une "sleep room" (comprendre un hangar fermé avec un vague lino crade et quelques ventilos... Et de très grosses araignées), je prends mon sac à viande (double) et vais m'y installer... Bien sûr, trois minutes plus tard, Joss, le beau spécimen gwada vient me rejoindre et me demande s'il peut s'y glisser avec moi... Rhaaaa, gwada power !!! Du coup, je profite de son épaule (très musclée) pour essayer de dormir un peu. Bon, comme c'est un package, je profite aussi de ses ronflements. Chouette ! On se quitte tous à mon arrivée à Ko Tao mais je continuerai à recevoir des SMS chaque jour essayant de me motiver à venir les retrouver à Ko Phangan. Malheureusement pour eux, avec la plongée, ils ont un concurrent imbattable...

Une fois sur place, je trouve rapidement mon logement pour la semaine (réservé depuis Bangkok) : un petit bungalow pas loin du pier, au calme, fort sympathique. Pas d'Internet malheureusement. Je pose mes affaires, prend une douche, fais une sieste : il est alors 14:00 déjà. Petite faim, je pars manger un bout et loue une mobylette pour la durée de mon séjour. Mission suivante : trouver le club de plongée recommandé par Celine... Alvaro diving (avec un nom pareil, on se dit que c'est un portugais le patron, mais pas du tout, ce sont des thaïs !). Et, comment vous dire. C'est une VRAIE mission !! Celine !!! Comment diable as-tu trouvé ce club ??? Ne vous méprenez pas, l'endroit est génial et le club aussi... Mais c'est au trou du cul du loup du monde ! Je vous la fais courte : sur la route entre Mae Haad Bay (où je loge) et Chalok Baan Kao Bay (là où est Alvaro, au sud), il faut trouver où tourner à droite (pas indiqué), puis tout de suite à gauche (pas indiqué). Au bout du chemin, tourner à droite sinon on rentre dans un petit bungalow resort (pas indiqué). Aller tout au bout et s'arrêter quand il n'y a plus de route... On est à Sunshine Resort. Là, Sunshine divers est indiqué mais toujours pas Alvaro. On traverse le resort au petit bonheur la chance. On arrive sur la plage. Là, toujours pas indiqué, il faut prendre un petit pont en béton qui longe la côte. On arrive à un restaurant. On le traverse (évidemment hein !). On continue sur un petit chemin en caillebotis. On arrive sur une autre plage. Et là, à 100m, y'a Alvaro. Qui n'a donc été indiqué à aucun moment... La mission quoi.

La mission mais bon : une fois que tu es là, tu n'a pas envie d'être ailleurs. La crique est sublime (voir photos sur Facebook ou à venir sur le blog), le bar d'à-côté (Babaloo) passe de la super musique, les hamacs pullulent (bon, les moustiques aussi mais ça c'est partout sur l'ile alors bon...), les sourires foisonnent, le stress n'a pas encore découvert Ko Tao... Et encore moins ce coin. J'en viens à regretter d'avoir booké mon hôtel en avance... (Même si franchement, cette ile est un vrai petit paradis. Le coin de Sairee Beach, plus au nord, est davantage pour les jeunes qui veulent picoler et faire la fête... Mais au moins, on n'est pas obligés d'y aller. Dans mon coin, tout ferme vers 22h...)

Je fais connaissance avec l'équipe : Andreas, le shop manager, un allemand adorablissime avec qui je vais donc décider de partir pour le cours de rescue diver. Puis je rencontre Jesse, un neo-zélandais à l'accent très très marqué, lui aussi un amour. C'est lui qui sera mon instructeur pour ce cours. Puis je rencontre Jacque (prononcer Jackie), une Suisse allemande trop trop cool, instructrice. C'est avec elle que ma phobie va disparaitre. Et enfin, pour finir avec les non natifs : Robin et Niek, deux frangins hollandais qui sont en formation divemaster, c'est-à-dire ce que je vais faire dans quelques mois :-))))

Le staff asiatique est... Birman, sauf le capitaine du bateau, qui est Thai. Pour parler des birmans... Ils sont partout sur cette ile ! En fait, si vous voyez un asiatique bosser, c'est un birman. Je dirais même plus : si vous voyez un asiatique SOURIRE, c'est un birman. Thaïlande pays du sourire ? Hahaha la bonne blague. Très sérieusement, ils sont aussi souriants que les vietnamiens. C'est-à-dire que l'on en trouve, clairement, mais de loin pas en majorité ! Je les trouve vraiment ultra désagréables ! Par contre, TOUS les birmans que j'ai croisés sur Ko Tao sont ultra souriants, et c'est un sourire sincère et franc. T'as envie de les prendre dans tes bras ces gens-là tellement ils sont chou ! Vraiment ils m'ont fait fondre... Cela ne fait que renforcer mon désir pour la Birmanie.

Birmanie. Je vous l'annonce d'ores et déjà : ce ne sera pas pour ce voyage. Je rentre en France le 11 novembre. Je retourne en Asie après mon anniversaire, vers la mi février 2012 avec pour objectif de devenir divemaster puis instructeur de plongée. J'y calerai un mois et demi de Birmanie entre les deux... Ou au milieu de mon divemaster car il est possible de faire une pause et de revenir. Ainsi cela me permettra de laisser passer la saison des pluies en Birmanie et à Ko Tao, d'y revenir pour la belle saison. De la même manière, je vais pouvoir passer du temps avec ceux que j'aime : Stephanie à Toulouse notamment mais aussi partir avec papa en Amérique latine pour un petit mois. Je passerai les "fêtes" de fin d'année (ceux qui me connaissent bien savent à quel point je les hais) en France et/ou... en Californie ? à Gstaad ? à Seytroux ? Ailleurs ? Je ne sais !!! Mais en tout cas, si la vie ne me réserve pas d'autres surprises... je serai en Asie pendant au moins 6 mois l'an prochain (et je dirais plutôt un an... Donc venez me voir !). Les sous ? Je sais pas encore. On verra. One thing at a time.

Retour sur Alvaro planet. Jesse vient me voir et on commence à discuter un peu. Je repère les questions types, destinées à cerner la plongeuse que je suis : combien de plongées ? Date de la dernière plongée ? Niveau ? Choses importantes ? OUI MONSIEUR le Kiwi ! Deux choses importantes : Ismail et ce putain de masque de meeeeeeeeerde ! J'ai quatre jours devant moi. Le rescue prend deux jours mais le cours de premiers secours dure une demi journée. Il me reste donc de quoi faire deux demi journées de plongées. Et là, j'ai pas compris tout de suite mais ces petits malins me disent : demain on va faire une journée de plongée fun normale ! En fait, ils voulaient voir à quel point ces deux soucis étaient ou pas de réels soucis. Grand bien leur en a pris. Ils sont trop forts... Vous allez voir la suite...

Le lendemain, je me pointe tranquilou à 11h. Là aussi ce sont des petits malins : tous les autres clubs font leurs deux plongées soit tôt le matin, soit dans l'après-midi. Nous on saute dans l'eau pour la première plongée vers 13h. Ainsi on est tous seuls dans l'eau. La deuxième est vers 15h et là encore, tous seuls ! Mais retournons à mes moutons.

Je saute dans l'eau. Le même scénario exactement qu'à Nha Trang se reproduit ! En surface tout va bien. On commence à descendre et là, grosse grosse ENORME panique. Jacque ne me laisse pas remonter. Elle me prend la main et me la met sur la ligne de bouée du bateau. Son visage est à 20cm du mien. Je me souviendrai toujours de son regard à cette fille. Un regard entre l'inquiétude, l'interrogation, mais aussi beaucoup beaucoup de compassion, beaucoup de "je comprend ce que tu vis, ce que tu ressens mais ça va aller, je suis là". On reste comme ça au moins quatre ou cinq minutes, ma main sur la corde, sa main sur la mienne, les yeux dans les yeux. Ma respiration se calme petit à petit. Mon regard change. Je lâche la corde. Je lui souris. Je lui fais le signe du OK. Je vole de nouveau. Je suis bien. C'est merveilleux ici. Les poissons sont venus m'encourager, je n'avais même pas remarqué. Finalement, un s'approche tout près de mon masque et lui fait un bisou. J'éclate de rire... et le fais bien sûr fuir avec mes bulles.

La plongée se passe à merveille. Le site est superbe, il y a des tonnes et des tonnes de poissons, très peu de corail mort, voire pas du tout, une variété incroyable de faune et de flore. Je me régale, retrouve mes sensations comme si elles ne m'avaient jamais quitté : je suis un poisson et je vole. Et c'est génial. Pas mieux qu'ici. Nulle part mieux qu'ici, sous l'eau. La paix, le silence, je n'entends que ma respiration et je suis tellement dans le présent, tellement vivante. Petite frayeur : on se fait menacer par un Titan Triggerfish (balliste je crois ??). Très protecteurs de leur nid, ils attaquent les plongeurs qui s'en approchent trop en leur filant des coups de tête dans ... Le masque notamment. La seule chose à faire, s'arrêter, présenter ses palmes devant nous et palmer gentiment en arrière, jusqu'à ce que l'on sorte du territoire... Drôle ! Il nous faisait des coups du style : mian, je mange, je mange... BOUH ! JE VOUS FAIS PEUR ! J'ai adoré... Puis gentiment, c'est l'heure de remonter. On se rapproche de la bouée, Jacque remet la main sur la corde, me regarde et me fait signe d'enlever mon masque........... Bien briefée la louloute :-) et bien évidemment... J'en suis incapable. Le simple fait s'approcher mes mains de mon masque me terrifie. De frustration, de rage, de peur, de phobie, je me mets à pleurer. Là encore, regard de Jacque, inoubliable. Pas une once de jugement, juste de la compassion. Une merveille cette nana. Elle n'insiste pas... On remonte sur le bateau.

De retour au club, on en discute avec Jacque et Andreas. On opte donc pour le lendemain après-midi pour un cours particulier avec Jacque (en gros ce que je voulais faire à Hoi An quoi !). Et paf, c'est le lendemain ! (oui, me demandez pas ce que je fais le soir, c'est simple : je mange, je regarde un film et je dors !). On part en bateau et ils nous larguent, Jacque et moi, sur le spot parfait pour les debutants : une plage avec une descente douce. On nage vers le bord, équipées. Quand il y a moins d'un mètre cinquante de fond, on se met à genoux, face à face et c'est parti.

Il s'agit de remplir mon masque légèrement histoire d'avoir un peu d'eau au niveau du nez, puis de le vider en soufflant. Évidemment, je panique, je respire avec le nez (ce qui est la source du problème : quand j'ai peur, je respire avec le nez...), je bois la tasse et remonte à la surface. Arrrrghhhh ! Frustration. On recommence. Rebelote, sauf que je me force à rester sous l'eau, même en buvant la tasse, je vide mon masque et je tousse dans mon détendeur. Jacque me félicite. Hop on recommence. Troisième fois, pas de souci. Allez, on recommence, avec de l'eau jusqu'en dessous des yeux. Pas de souci. Allez on recommence avec de l'eau dans tout le masque. Pas de souci. Waouh. Je suis impressionnée toute seule ! Allez, on enlève le masque, soyons fous. Bon, arghhhhh, je bois la tasse en le remettant, je tousse mais je ne remonte pas. On recommence. Nickel. Allez, on va un peu plus profond, trois mètres. Aucun souci. Allez, cinq mètres, parfait. J'ai envie de la prendre dans mes bras et de lui faire des bisous à cette fille ! Elle imagine pas !! Elle aussi est super contente. Elle prend son ardoise et m'écrit : "Tu te fous de ma gueule ??? Tu le fais comme une pro !!! C'était une blague ou quoi ??" ce à quoi j'ai répondu "NON, la pro c'est toi. MERCI !!"

On continue la plongée en faisant toutes sortes d'exercices classiques pour travailler la flottabilité neutre (ne pas toucher le fond ni remonter trop haut... Les plongeurs savent de quoi je parle : hovering, etc...). Ensuite elle enlève ses palmes et fait un salto arrière en retombant sur ses pieds... Hop, je l'imite. Nickel. Et là (la garce), elle enlève son masque et... refait un alto arrière, puis remet son masque. Elle me fait signe de le faire. Je la regarde avec des yeux ronds... Elle éclate de rire et écrit : c'est optionnel ! Tu parles ma biche, même pas en rêve ! Je la regarde, j'enlève mon masque, je fais mon salto, je remets mon masque, je le vide. La classe. Big big big sourire de part et d'autre. Grosse fête à 8 mètres de fond. 

La plongée continue tranquille, pour aller faire coucou aux poissons. Puis elle me fait signe que l'on va échanger nos masques. Pas de souci, je m'exécute. Deux minutes après, on refait la même chose pour les récupérer. Après cinq minutes, elle me montre qu'elle veut que je lui arrache. Je le fais, elle le remet. Elle l'indique qu'elle va me faire la même chose. Tout se passe bien. J'en rigole presque tellement je suis heureuse. Vers la fin de la plongée, je m'approche d'elle par derrière et je lui enlève son masque, pour rigoler. Elle se tourne vers moi en rigolant et m'arrache le mien sèchement. Et là..... PANIQUE !!!

Arghhhhh ! Je ferme les yeux, je me bouche le nez, je lui chope le bras et lui fais des pressions pour lui faire comprendre que ça va pas du tout du tout !!! J'hyperventile, l'horreur ! Elle essaye de me faire des signes mais je ne vois rien. Elle essaye de me redonner le masque mais je le refuse, trop occupée à garder mon nez bouché. Je regarde la surface, là haut. Tentant. Super tentant. Mais non. Je sais qu'il ne faut surtout pas. Puis, je réfléchis. Mon cerveau se remet en route : "mais t'es complètement tarée ma pauvre fille ! Ça fait une heure que tu le fais sans problème ! T'as fait un salto sans masque !!! Bordel ! Tu vas te calmer tout de suite maintenant !!! Tu vas te concentrer, enlever ta main de ton nez et remettre ton masque !! Tout de suite !". Et je m'exécute. J'enlève ma main, je reste un moment ainsi, je regarde Jacque, je lui souris, je lui fais un OK, je remets mon masque calmement, je le vide et voilà ! Jacque était à ce moment là ultra mais alors ultra ultra fière de moi. Moi aussi je dois bien avouer... Avant de terminer la plongée, j'ai voulu recommencer une dernière fois. Sans problème. Retour sur la bateau, grosse grosse fête !! Ce qui venait de m'arriver, c'est un peu comme si ma cot cot pouvait désormais prendre sans problème un gros serpent dans ses bras et lui faire un bisou (mouhahahahaha, oui cot cot, "chameau !!", je sais !). Autant vous dire que lors de toutes les plongées suivantes, j'ai enlevé mon masque une bonne dizaine de fois à chaque fois, juste pour m'entrainer et ne pas laisser revenir la phobie. 

Allez, le cours de rescue... Je vous raconte quand même. Bon, je passe sur le cours de premiers secours... Directement à l'eau. Première étape : récupérer un nageur qui se noie... Plonger avec ses palmes, son masque et une bouée de sauvetage. Et surtout, surtout, surtout, ne pas se laisser attraper par la victime... Nom de Dieu. Ils me l'ont fait dans des conditions.... hum. On va dire "réalistes". Bordel, j'ai eu la trouille de ma vie. J'ai cru que j'allais y rester. Clairement le plus flippant du cours, c'était ça... Le mec te saute dessus, focalise sur toi et pas du tout sur la bouée, et... te fait couler. J'ai donc appris des techniques redoutables pour 1) éviter de se faire attraper par le type (ultra mega super flippant !!!) et 2) lui échapper si par malheur il t'a attrapé : une seule vraie solution, nager vers le fond, se laisser couler au fond car c'est le dernier endroit où quelqu'un qui est en train de se noyer souhaite aller. Et je vous jure que lorsque quelqu'un essaye de vous couler, la dernière chose qu'on a envie de faire c'est de le laisser faire... (le plus flippant du monde, pour de vrai). Quand on a fini l'exercice, c'est moi qui avait besoin d'une bouée nom de Dieu !

Puis on est passé aux exercices sous l'eau. Ce que l'on a pratiqué le plus, c'est le scénario où le plongeur n'a plus d'air et où tu dois lui donner ta source secondaire (octopuss). Le premier cas : nickel, il prend l'octopuss et tu lui fais signe de se calmer, il se calme. Deuxième cas, il prend l'octopuss et commence à palmer vers la surface. Tu dois le maintenir au fond... Plus tendu. Troisième cas : il t'arrache ton détendeur pour le prendre pour lui... Tu lui laisses et prends l'octopuss (la première fois, je voulais pas lui laisser, hahaha). Quatrième cas, il est en panique, te prend ton détendeur et t'arrache ton masque (mmmhhhh.... Trop cool). Et en plus il remonte vers la surface. Tout va bien. Bienvenue en conditions réelles... Bref, vous voyez le genre. Il perd son masque. Il perd une palme. Il a une crampe. Il a trop d'air dans sa stab. Pas assez. Etc... Une heure de plongée comme ça, avec des sales mômes quoi, deux en plus (avec Jesse et Robin), t'es juste rincée après... Ha j'oubliais le truc fun : si quelqu'un, un petit malin, te ferme ta bouteille. Qu'est-ce que tu fais ? Et bien après le premier moment de flippe de ne plus avoir d'air, tu enlèves partiellement ta stab, tu la retournes, tu trouves la manette, tu rouvres ta bouteille et tu respires... enfin. Drôle : lors de ma première tentative, j'ai pas pensé une seconde que je pouvais respirer de nouveau après avoir ouvert ma bouteille... Il a fallu que Jesse me fasse le signe de respirer :-) et le plus drôle : il parait que tout le monde réagit de la même manière ! Le cerveau humain est vraiment particulier... L'autre exercice, assez long et très fatigant : ramener une personne inconsciente sur le bateau. La partie consistant à la remonter à la surface est la plus simple (grosse pensée pour Ismail, BORDEL) puisqu'en gros, c'est une masse inerte dans l'eau. Rien de bien compliqué donc... Il suffit de gonfler sa propre stab et de tenir l'autre plongeur... Une fois en surface tout se complique : s'il y a un pouls, alors il faut faire du bouche a bouche toutes les cinq secondes... Tout en nageant vers le bateau... Tout en le tenant par la nuque avec la main droite... Tout en le deséquipant petit à petit... Tout en se deséquipant petit à petit aussi. T'arrives au bateau, t'es déjà morte de fatigue. Et là, et bien faut le monter toute seule sur le bateau. Ouais, le mec de 85 Kg là. Courage ! Et entre le moment où tu es à l'échelle et le moment où il doit être à bord, tu as trente secondes. Point. L'enfer. Je sentais plus mes jambes.

Bref, j'en parle comme si c'était difficile et chiant. Mais en fait, c'est génial :-) je me suis régalée... Surtout le jour J de l'examen. Jesse qui me répète plusieurs fois, avant de monter sur le bateau, puis sur le bateau : Nadege, de quoi as tu besoin pour sauver un nageur en surface ? .... Mmmhhh, tu sens le truc arriver gros comme une maison, tu commences à stresser... J'en parle à Jacque ...qui me dit avec un grand sourire : si j'étais toi, je mettrais ma combi tout de suite :-) merci Jacque ! Mon stress va beaucoup mieux !!! Pfffff ! Et effectivement, je venais de finir de mettre ma combi que j'entends un grand PLOUF ! Suivi d'un grand "au segloub, je ne sais pas nagloub ! Je me ngloub !"... Et c'était parti pour une journée de marathon à sauver des vies. Poulalalala, Jack Bauer est une lopette à côté de moi.

De retour au club, Jesse paye des bières pour fêter ça. Je suis désormais à 63 plongées. Et j'en redemande... 

En tant que divemaster certifié (si je travaille comme divemaster après mes quatre mois de cours continus), je gagnerai... 20,000 Bahts par mois au mieux, soit moins de 500 euros. C'est suffisamment pour vivre chichement à Ko Tao mais sans faire d'économies et surtout sans payer mon garde meubles et les charges de mon appartement rennais... Donc pas assez. Espérons que mes réserves financières me permettront de tenir. Ou plus simple : devenir instructeur (deux semaines de cours et 2000 euros). Cela permet de gagner 50,000 bahts par mois environ, soit un peu plus de 1000 euros. Avec ça, je vis correctement et je peux payer mes charges.... On verra, disais-je. On verra. Mais c'est juste pour vous donner une idée :-)

En résumé, je viens de passer un séjour magnifique et beaucoup beaucoup trop court à Ko Tao. Heureusement que j'avais des histoires de Visa à régler car sinon, je pense que je ne partais plus... 

Voilà. Là je suis en gare de Suratthani, j'attends mon train pour la Malaisie. Mais ça, c'est l'objet de la prochaine entrée du blog !

Bises à vous tous !

Nadege, ze rescue diver with no mask issue !

PS : je recommande Ko Tao à toute personne qui veut une ile de rêve pour bronzer, boire des coups sur la plage et faire du snorkeling ou de la plongée. Il n'y a rien d'autre à faire, pour info :-))    

NB : en outre, pour ceux qui suivent, je ne pouvais pas tomber sur le pire moment du mois pour aller plonger... Mais il faut croire que la concentration sur d'autres choses permet de réduire la douleur !
Slideshow Report as Spam

Comments

LUdo on

je vais en Asie (Chine) du 7 au 10. Dis moi ou tu es a cette epoque. peut etre y a moyen de se voir une journee (!)

Ludo on

no promises of course! :-)

nadegeb72
nadegeb72 on

Jusqu'au 6 je serai en train de faire des bulles sous l'eau dans la mer d'Andaman avec ma copine Celine... Le 6 on débarque et on sait vraiment pas encore où on va se poser jusqu'au 10. Le 11 au matin, on prend l'avion à BKK pour retour en France...

supet-toutounet
supet-toutounet on

Genial, ca me donner de plus en pus envie de faire de la plongée...

gil7429 on

Whaoww ! quand tu aimes, tu en parles ... c'est quasiment du prosélytisme pour la plongée. Tu fais du marketting pour te constituer une clientèle ? Au moins tu en parles bien sans oublier tes peurs, tes phobies. Je suis personnellement tout à fait en dehors des problèmes que tu décris. J'ai toujours été comme un poisson dans l'eau, mais je suis heureux que tu arrives à cet état de béatitude, tellement merveilleux. (tiens, moi aussi je fais de la pub pour la plongée). Bonne suite à ton trip, sur terre !

nadegeb72
nadegeb72 on

@ Claire : ma chérie, je serai ravie de t'apprendre quand je serai instructeur :-)
@ Papa : prosélytisme ? Pourquoi pas... Ceux qui connaissent savent de quoi je parle... Ceux qui ne connaissent pas devraient découvrir, pour voir s'ils aiment. J'ai toujours fait du "prosélytisme" pour mes passions. C'est ça être passionné, je crois :-) Je pense être aussi un poisson dans l'eau. Mais bon, quand on a failli se noyer petite avec un masque sur la tronche, ça laisse des traces faut croire... Comme tu le sais, si tu me jettes à l'eau sans rien, je m'en sors plutôt pas mal :-)) - prochaine étape : me desequiper entièrement sous l'eau :-) C'est une des épreuves du divemaster... Ça me fait pas peur du tout maintenant !

gil7429 on

C'est bien, continues. Je retire prosélytisme au profit de partage, ça te va ? tu n'as jamais manifesté une quelconque crainte de l'eau quand nous étions ensemble N'est-il pas ?

Mini Me on

Y'a surtout intérêt qu'on ait des prix !!!!

nadegeb72
nadegeb72 on

@ Daddy : jamais peur avec toi, en effet ! Le dauphin, souvenirs !
@ Cha : est-ce que c'est à loi de gérer ça Charlene ? Et puis ce que tu peux être vénale !!

mavonne on

c est vrai , tu as toujours été comme un poisson dans l eau ) et il te disait dès que tu as peur ,ou que tu ne peux plus respirer,tu me pinces le dos , et on remonte. et ce fut un bonheur pour toi!! en tunisie
vous étiiez en osmose.

nadegeb72
nadegeb72 on

Exact ! A la piscine du Yasmina hotel ! :-)) Hammamet ! Y'a longteeeeeemps !

Mini Me on

Ben ça sert à quoi d'avoir une pote prof de plongée sinon ! ;)

nadegeb72
nadegeb72 on

Heuuuu... A être logée gratis dans une ile de rêve ? :-)

Mini Me on

Je prends le logement gratos aussi tu me diras, j'ai plus qu'à payer le billet d'avion !!

nadegeb72
nadegeb72 on

Le billet d'avion... Et les cours de plongée, et le pourboire pour ta super prof, et les nombreux coups à boire que tu vas me payer pour être aussi cool :-)

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: