Tsam et la découverte de la culture Tibétaine

Trip Start Sep 10, 2010
1
36
55
Trip End Feb 07, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of China  , Tibet,
Monday, October 25, 2010

Tsam vient nous chercher à l'hôtel comme prévu à 9h30. Notre chauffeur nous attend dans la rue pour nous emmener au premier monastère de la journée. Dans le mini bus, au fil d'une discussion, Tsam m'apprend qu'ils - les tibétains - n'ont pas le droit de posséder de passeport et sont donc interdits de voyage. Sur le coup je suis vraiment triste pour ces gens plutôt pacifistes qui se font bouffer depuis 60 ans leur culture et pire, leur liberté. Arrivés au pied du monastère, une pente pas mal raide nous attend. Je me sens mieux qu'hier mais j'ai encore quelques difficultés à respirer et cette dernière est du coup assez difficile à encaisser. En entrant au sein des bâtiments, l'encens, les couleurs, l'obscurité nous transportent dans l'ambiance du bouddhisme tibétain, celui que j'imaginais ... ou presque ... et oui le problème c'est que c'est devenu une vraie petite industrie à touriste, et personnellement je me sens mal à l'aise de passer comme si de rien n'était à côté des moines qui prient. Je me sens comme dans un zoo et le voyeurisme je n'aime pas ça. Tsam, elle, commence sa leçon sur le bouddhisme et nous décrit chaque bouddha présent dans l'enceinte. Julien me confie qu'il se sent lui aussi mal de jouer les voyeurs, on décide donc de sortir un peu plus vite direction les allées extérieures. J'aime en connaître plus sur la culture tibétaine et les croyances, mais pas de cette façon non. Ajoutez à ça les gros bus de vieux couples européens qui veulent inscrire le Tibet sur leur palmarès de voyage en mode "je ne me casse pas le cul, j'ai de l'argent, faites moi voyager avec d'autres trou-ducs", j'ai un peu la gerbe.
Bref, j'essaye de positiver en me rappelant où je suis et la chance que j'ai d'y être...

La visite de ce premier monastère finie, le chauffeur nous ramène au centre où Tsam nous embarque dans un restaurant typiquement tibétain, très rare à trouver dans ces rues envahies par les chinois. D'ailleurs, avec Julien on hallucine en voyant le nombre de soldats d'occupation présents dans les rues, rajoutant un peu plus à notre compassion pour le peuple tibétain et notre dégout pour le gouvernement chinois qui pose son sale drapeau rouge partout.
Mon premier vrai repas tibétain donc, non sans me rappeler la cuisine mongole que je n'avais pas vraiment trop apprécié... J'essaye d'éviter le mouton donc, et on choisit ensemble de la viande de Yack. Et ben c'est vraiment bon et tendre comme viande, je m'attendais à quelque chose de plus fort mais je me trompais. Pas si mal donc ce p'tit plat, pas déçu !

Tsam nous laisse un peu seul l'après midi pour visiter le centre ville qui a conservé un peu plus de son histoire tibétaine. Les rues sont bondées et les collisions sont fréquentes. La vision de quelques soldats patrouillant sur les toits plats nous coupe dans notre élan photographique, ne souhaitant pas avoir à faire à ce gouvernement plutôt stricte.

On retrouve Tsam une bonne heure après pour aller visiter notre deuxième temple. Une visite plutôt courte et qui nous en apprend pas finalement beaucoup plus que le premier, mais discuter avec Tsam de la vie des tibétains et leur culture compense largement cette déception. L'aspect zoo de ce monastère est encore plus frappant lorsqu'on entre dans la cour où les moines jouent à un traditionnel question-réponse sur la principes fondamentaux bouddhistes, les touristes assis sur le bord à les regarder et les mitrailler de photo. J'ai vraiment de la peine pour ce pays réduit par les chinois à amuser la galerie sans avoir le moindre remord des dégâts qu'ils occasionnent. Ecoeurant, tout simplement écoeurant. Un chinois se mèle même aux moines pour prendre ses foutues photos, abusé... Heureusement un des touristes présent, qui devait se sentir aussi mal que moi à observer ce triste spectable, le tire de là en lui faisant bien sentir qu'il abusait grandement. Je pense donc ne pas être seul à avoir du dégoût pour tout ça...

On rentre ensuite à l'hotel où Tsam nous quitte et nous laisse à nos occupations, c'est-à-dire ... ben rien, on sait pas quoi faire en fait, on avait pas prévu de finir si tôt la journée. On se cale donc, papote un peu en attendant le soir pour manger un bout et faire dodo...
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: