La deuxième semaine!

Trip Start Apr 30, 2010
1
4
19
Trip End Jul 30, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Senegal  , Thiès,
Saturday, May 15, 2010

Vendredi 7 mai, jour 8 :

Un peu fatiguée ce matin : les coqs commencent à chanter vers 2h30-3h même si le soleil ne se lève que vers les 6h30… Il y a aussi les ânes qui braient et les chèvres… Tout ça me donne le sommeil plus léger. J'ai bien déjeuné : mangé toute ma demi baguette bien tartinée au Chocla (genre de Nutella mais aux arachides, c’est bien bon !) et bu mon lait chaud sucré comme tous les matins depuis que je suis arrivée. En marchant vers le CEM qui est à dix minutes de marche environ, je me suis prise à penser que finalement, si j’enseigne les sciences physiques, cela me permettra peut-être de savoir ce qu’est le molybdène ! Et puis, à défaut de voir un tapir (mauvais continent), je pourrai dire que j’ai mangé du phacochère, qui est très bon soit dit en passant.

La notion d’intimité n’est pas la même ici… Parfois, les enfants sont tous regroupés autour de moi et parlent très forts où entrent dans la pièce où je dors alors que je me change. C’est très différent et je dois m’y adapter. Mais étant habituée à avoir une certaine intimité facilement au Québec, je trouve cela parfois difficile. Tous les membres de la famille semblent être toujours ensemble, personne ne semble avoir besoin d’être seul… C’est très différent de ce à quoi je suis habituée. J’ai aussi remarqué que les enfants ici se consolent beaucoup par eux-mêmes. Peut-être est-ce nous qui cajolons trop nos enfants au Québec, qui sait… Aussi, les enfants semblent être élevés par tous : la mère, le père, les oncles et tantes, els frères et sœurs, les grands-parents…

Chronique esthétique : mes pieds n’ont jamais été aussi sales malgré le fait que je ne les ai jamais lavés aussi souvent. La poussière ocre de la route colle à ma peau dans un mélange de crème solaire et de sueur… Ouf ! Et je me surprends souvent à penser qu’à force de manger du poisson à presque tous les repas, mes mains seront toujours imprégnées de cette odeur. Je dois avouer que les douches occidentales me manquent un peu.

Mes frères et sœurs ont essayé hier de me faire danser le mbilim, la danse traditionnelle locale. On a beaucoup ri (surtout de moi !). Il faut dire que je n’ai jamais été très bonne danseuse… à travailler !

Samedi 8 mai, jour 9 :

Plus d’une semaine s’est écoulée depuis mon départ. J’ai parfois l’impression d’être ici depuis plus longtemps tellement ma famille et le personnel de l’école sont accueillants. Ma digestion n’a pas été aussi bonne aujourd’hui, mais rien de critique.

C’est une chance qu’il y ait presque toujours du vent ici ! Aujourd’hui, il y en a un peu moins, ce qui fait que la chaleur se fait beaucoup sentir. Ce matin le réveil a été un peu difficile. Après tout, c’est samedi.  Je ne sais pas si c’est l’habitude, mais il m’a semblé y avoir moins de bruits cette nuit et ce matin. J’aurai vraiment un sommeil à toute épreuve quand je rentrerai au Québec.

Aujourd’hui, je me suis acheté un ensemble de géométrie puisque j’avais laissé le mien chez moi. J’ai fait ce matin ma première prise en charge. Rien de catastrophique, je crois même que ça s’est un peu bien passé. C’étaient des exercices de statistique, donc pas trop difficile pour moi excepté de ce qui est des termes employés qui sont très différents. Mais attention : la semaine prochaine, ce sera les vecteurs…

Cet après-midi, j’ai fait mon lavage. J’ai trouvé ça un peu difficile car tout le monde était autour. J’étais gênée, je n’aime pas faire ce genre de choses pendant qu’on m’observe et qu’on me conseille… surtout pour mes sous-vêtements ! Plus tard, après le repas, les enfants sont devenus tout à coup tout excités et criaient « djoko ! djoko ! » : un caméléon grimpait dans le citronnier face à la pièce où je dors ! Je l’ai attrapé pour le prendre un peu, je l’ai mis sur ma tête pour faire rire les enfants qui en avaient peur et je l’ai ensuite relâché. Photo à venir ! Ce soir, j’ai pu prendre bébé Yvonne qui semble ne plus avoir peur de moi ! Youpi ! Il faut dire qu’à 3 mois et demi, elle ne devait pas avoir vu beaucoup de blancs…

Dimanche 9 mai, jour 10 :

La journée des contraires ! Grosse journée et journée relaxe à la fois. Hier soir, nous avons été au mbilim (chants et danses) dans la concession où habite Fanny. C’était dépaysant, mais très agréable. Surtout sous les étoiles (on doit en voir au moins autant qu’en Abitibi…) ! Comme j’étais un peu plus fatiguée ce matin, je me suis levée plus tard. Je suis ensuite partie avec ma petite sœur Josephina, ma cousine Nanette et leur amie Georgette à la messe. Je ne sais plus si je l’ai mentionné, mais comme vous vous en doutez maintenant, je me trouve dans un village catholique. Donc pas d’appel à la prière ! Désolée maman ! Ce sera probablement pour plus tard.

Comme hier j’ai attrapé mon premier coup de soleil malgré la crème solaire, aujourd’hui, même le contact de mes vêtements faisait un peu mal. Mais j’ai pu facilement l’oublier pendant la messe. C’était très beau ! Et beaucoup plus long qu’au Québec, mais ça passe vite parce qu’il y a beaucoup de chants. Et quels chants ! C’était vraiment beau ! Après la messe, nous sommes retournés à la maison et j’ai préparé mon sac pour partir à Tivaouane avec Fanny et Bigué. Nous sommes montées dans une voiture pour 600 francs CFA pour les trois, ce qui est un prix raisonnable. Taux de change : 1dollar canadien = environ 400 francs CFA. Dans la voiture (une vieille Peugeot) nous étions 9 au total (3 banquettes).

Arrivées à Tivaouane, plusieurs gens nous ont proposé de nous mener au cybercafé le plus proche contre de l’argent. Finalement (merci à Fanny pour son cran diplomate !) nous avons opté pour la marche, mais un homme que nous avions rencontré plus tôt nous a proposé de nous y déposer en voiture gratuitement. J’étais sceptique, mais c’était bien vrai.

Arrivées au premier cybercafé, celui-ci était fermé (c’est dimanche !). Nous avons longtemps marché, demandé à plusieurs personnes avant d’en trouver un ouvert. Une fois installés Fanny et moi, les deux ordinateurs que nous y avons trouvé étaient très lents en comparaison à ce que l’on connaît. J’ai dû échanger d’ordi avec Fanny parce que sur le mien, rien ne fonctionnait et cela faisait déjà plus de 45 minutes que j’essayais (ce qui explique le message expéditif envoyé). J’étais très déçue car je comptais sur ce moment depuis le début de la semaine pour écrire à ma superviseur, mettre mon blogue à jour, mais surtout écrire à ceux que j’aime et vous lire ! Il se peut donc que les prochaines communications soient espacées, du moins jusqu’à la fin de mon stage après lequel il me sera plus facile de me déplacer et de trouver des cybercafés… du moins j’espère. Inch Allah !

Après avoir quitté le cyber, nous nous sommes mises à marcher pour nous rendre au foyer des étudiants de Pambal qui étudient au lycée de Tivaouane vu qu’il n’y a pas de lycée à Pambal. J’ai pu y rencontrer mes deux frères : Maurice et Boniface. Nous sommes restés à bavarder à l’ombre du manguier pendant très longtemps en parlant du Québec et du Sénégal. Nous sommes ensuite retournées à Bapate en taxi-brousse.

De retour à la maison, j’ai bavardé avec ma famille et j’ai aidé Fatou, ma tante, à préparer le repas. Ensuite, avec les enfants, j’ai continué à monter mon petit lexique sérère pour éventuellement pouvoir me débrouiller.

Chronique ornithologique : Avec Martin (mon cousin) et ses amis, nous avons beaucoup parlé des oiseaux du Sénégal après avoir vu plusieurs corneilles africaines et deux calaos à bec rouge de très près.

Lundi 10 mai, jour 11 :

Je ne sais pas si c’est parce qu’on mange avant de dormir ou bien à cause de mes médicaments de malaria, mais ces temps-ci, je rêve énormément. Et ce sont des rêves bizarres ! Je me suis levée plutôt tard : 7h30. J’espère que ma famille ne me trouve pas paresseuse… Tout le monde est déjà levé à cette heure.

Première journée nuageuse depuis mon arrivée, donc répit pour mon coup de soleil qui a fait des cloques (c’est la première fois que ça m’arrive !). Depuis mon arrivée ici, il n’y a jamais un seul nuage dans le ciel. C’est à se demander si ce pays connaît la pluie. Mais on a ri de moi quand j’ai dit ça et on m’a proposé de rester jusqu’en juillet ou en août…

J’ai aussi pu faire la rencontre des mes premières fourmis rouges ! Beaucoup plus petites que je l’imaginais. Je me demande si ce ne sont pas celles-là qui tentent (et parfois réussissent) d’entrer dans mon Chocla. Elles sont beaucoup plus petites que les grandes qu’on retrouve dans les toilettes et qui montent sur mes jambes quand j’y vais la nuit… une bonne motivation pour faire ça vite ! (Parenthèse : il n’y avait pas un épisode des pieds dans la marge qui se nommait l’importance de faire ça vite ?)

Il y a des baobabs partout ici ! C’est très beau ! Et souvent très gros.

Au retour du CEM, 3 étudiantes se sont pour ainsi dire invitées chez ma famille. Je ne savais pas trop quoi faire vu que je ne suis pas tant au fait des coutumes concernant le fait de recevoir les gens ici. Etles gens ici sont tellement accueillants… Sauf que c’était une erreur. Elles m’ont demandé de l’argent et mes vêtements (surtout mes foulards). Je suis restée ferme et gentille. Mais j’ai trouvé l’expérience très désagréable, surtout qu’elles sont restées longtemps ! Je ne peux pas commencer à donner mes biens et mon argent, ça n’aura plus de fin ! Ma famille était très fâchée après elles. Ils me protègent vraiment bien. Mon « bo » a dit que je pouvais dire  qu’il n’aime pas recevoir les gens si j’étais trop gênée ou mal à l’aise pour dire non. Je suis vraiment choyée d’être si bien accueillie par une si bonne famille.

En soirée, nous avons discuté en famille et avec les enfants, nous avons joué à « un éléphant qui se balançait… » (oui ! ils connaissent ça !) et d’autres jeux de mains qu’ils m’ont appris.

Mardi 11 mai, jour 12 :

Pas de fourmis dans mon Chocla ce matin ! Mon système de sac semble avoir fonctionné ! Parce que les insectes, d’accord. Mais pas dans ma bouffe ou dans mon lit (il vous faudrait voir comment j’entre dans mon lit rapidement en prenant soin de bien replacer la moustiquaire derrière moi !). C’est assez dans les vêtements et dans l’air. Mon lait en poudre et mon sucre semblent être épargnés par les insectes, du moins pour l’instant. Inch Allah !

Je crois que je commence à me plaire dans ce rythme de vie. Tout est relaxe, les gens marchent lentement à cause de la chaleur et je ne souffre presque pas de l’ « heure sénégalaise ». Je crois bien que c’est la première fois de ma vie où l’on ne me reproche pas de fonctionner plus lentement que la moyenne ! Mais peut-être que cela finira par m’agacer… on verra.

Je ne sais pas si je suis bronzée ou si je suis sale. Comme cela ne fait pas encore très longtemps que je suis ici et que je ne maîtrise pas encore l’art de se laver au seau, j’opterais pour la seconde option. C’est difficile à dire puisque la poussière ocre de la route me colle partout.

Après le repas, balai et vaisselle avec ma « dée » comme je le fais à presque tous les jours. Chaque fois que les lézards (qui sont partout) courent sur les toits de tôle de ma chambre ou des classes du CEM, je sursaute un peu. Mais je trouve ça mignon ! Ce ne sont pas les caméléons qui font ça, mais d’autres lézards que je ne connais pas. Certains ont la tête d’un jaune éclatant avec le corps gris foncé alors que d’autres sont brunâtres tachetés. Je vais essayer de les prendre en photo pour les identifier et vous les montrer à mon retour.

Fanny et moi sommes allées marcher comme nous le faisons parfois depuis que nous sommes arrivées après le CEM. Nous avons croisé beaucoup de gens, ce qui fait que nous avons beaucoup jasé. Sur notre route, plusieurs baobabs aussi, j’ai très hâte de vous montrer les photos ! Au retour, j’ai aidé une élève du CEM qui habite dans le même village que moi en mathématiques. Je crois que ça lui a été profitable, car en soirée elle est revenue avec deux de ses amis afin que je leur explique d’autres problèmes. Même si à la j’étais un peu fatiguée vu l’heure, j’ai beaucoup aimé les aider. Ça me rappelle beaucoup les leçons de violon et de piano que je donne habituellement, et mes élèves.

Mercredi 12 mai 2010, jour 13 :

Lever hâtif ce matin, j’avais cours à 8h. Une chance que le CEM n’est pas trop loin ! Je ne sais pas pourquoi je dors autant ! Surtout que j’ai l’impression que je pourrais dormir des heures de plus… peut-être est-ce la chaleur ? Bref, j’ai été me laver après avoir oublié le seau (j’étais partie seulement avec mon savon et ma serviette) et ensuite j’ai déjeuné. Ce matin, j’étais un peu triste… je m’ennuyais de ma famille et mes amis. J’ai donc essayé de me changer les idées en étant le plus productive possible. Cours de physique et de chimie ce matin, puis dernier cours de maths avant le début de mes prises en charge officielles (j’en ai déjà fait deux) ce vendredi.

Hier avec mes cousines les plus âgées, nous avons chanté. Elles m’ont appris une chanson sérère et j’ai essayé de leur apprendre le « ptit porte-clef » ! Tâche ardue ; mais ça a donné lieu à beaucoup de fous rires. Les adolescents posent beaucoup de questions sur le Québec et sont très curieux. Ça donne lieu à de beaux échanges sur notre pays et le leur.

Le cours de mathématiques portait sur les vecteurs. Jusqu’à maintenant, je crois que ça va. En tous cas, je crois que je serai capable de donner la leçon vendredi. La façon de communiquer est cependant très différente ici, le contact visuel est beaucoup moins présent. Ce qui donne souvent l’impression que je suis dans la lune. Bon… je le suis de nature, mais ici, je fais vraiment des efforts ! Cependant, quand mon interlocuteur ne me regarde pas dans les yeux et a un fort accent, il m’est parfois difficile de dire si c’est bel et bien à moi qu’il s’adresse.

Ce midi, nous avons reçu la visite du curé du village, l’abbé Bernard je crois. Je me suis jointe à eux après avoir terminé la vaisselle avec mon petit frère Pierre et on m’a encore fait goûter au vin de palme, spécialité locale. Disons que je n’en ai pas bu beaucoup… c’est très fort comme alcool et ça a, dit-on, un effet très laxatif… Pendant le repas, on m’a fait très bien comprendre que je devais manger davantage, mon père m’a menacée de prendre ma pesée maintenant et à mon départ pour voir si j’ai bien pris du poids. Il ne veut pas que je retourne au Québec plus maigre, le message est clair ! Cependant, avec la chaleur, au repas du midi, je n’ai jamais très faim. Mais comme il fait très frais le soir, l’appétit revient… On verra !

Cet après-midi avait lieu ma première séance de renforcement avec mes élèves de maths. Je crois que ça a bien été ! j’étais contente en tous cas. Nous avons abordé les applications affines constantes. En soirée, j’ai aussi pu aider un autre élève du CEM sur les statistiques. Je crois que le message circule, car plusieurs élèves viennent me voir chaque jour avec leurs manuels de maths sous le bras. Je trouve ça drôle !

Chronique animalière : j’ai vu ce que je crois être mes premières mangoustes ! Et tout plein de zébus (les vaches ici).

Jeudi 13 mai 2010, jour 14 :

La nuit dernière, j’ai fait très peur à ma « dée » … semblerait-il que j’ai crié dans mon sommeil. Elle était très inquiète et s’est levée pour voir si j’allais bien. Je ne me souviens pas d’avoir fait de cauchemars, mais mes rêves bizarres se poursuivent, au nombre de 2 à 4 par nuit. Vivement le retour des repas à l’heure québécoise pour ça…

Mon guide des oiseaux fait fureur et j’ai commencé à y inscrire les noms sérères des oiseaux dedans. Il y en a vraiment beaucoup ici. Je crois que les enfants trouvent bizarre que je m’émerveille à chaque bestiole (à plumes ou non) que je croise. Surtout que ça fait au moins 30 fois que je vois un calao depuis mon arrivée…

Comme aujourd’hui c’est le jour de l’Ascension, c’est férié. Donc pas de cours, mais il faut se lever (un peu plus tard quand même) pour aller à la messe. C’était encore une fois très beau (du moins les chants, je ne pouvais pas comprendre la messe en soi puisqu’elle est dite en sérère). Je crois que ça a duré un peu moins longtemps que la dernière (1h25 au lieu de 1h40). Pendant la messe, j’ai pris mon petit cousin Abraham sur mes genoux parce qu’il commençait à être fatigué et à pleurer (il aura bientôt 3 ans je crois). Il est très mignon ! Tout content d’être sur mes genoux, il a commencé à crier « Bonjour ! » parce qu’il répète tout ce que je dis, mais surtout ça. Oups… Mais bon, il a fini par s’endormir sur moi et se réveillait en sursaut chaque fois que les gens applaudissaient (c’était rendu au moment où on fait les messages paroissiaux). Avant le dîner, j’ai pris bébé Yvonne qui pleurait pour une petite promenade. Et est si belle ! Je rapporterai des photos.

Aujourd’hui, il vente BEAUCOUP. J’ai essayé de leur dire que chez nous, on dit qu’il vente à écorner les bœufs, mais je ne crois pas que ça deviendra l’expression de l’année… hihihi ! Mais tant mieux pour le vent : moins de chaleur et moins de mouches (celles-ci sont très nombreuses, particulièrement pendant le dîner, moment le plus chaud de la journée). Cependant, ça donne beaucoup de sable dans les yeux… J’ai appris aujourd’hui à plisser les yeux au moment précis où l’on entend une bourrasque de vent approcher. Parce que se frotter les yeux avec des doigts ou des vêtements sur lesquels il y a déjà du sable (comme partout ailleurs sur mon corps…), c’est pas vraiment agréable.

Après le repas, j’ai été marcher avec Fatou et ma « dée » pour voir un très gros baobab. Il est vraiment surprenant de voir à quel point les racines de ces arbres s’étendent loin du tronc… Nous avons eu l’occasion d’observer de plutôt près un rollier d’abyssinie (allez voir des photos sur le net, ça vaut vraiment la peine, il est magnifique). Après avoir revu notre caméléon (parce que c’est vraiment toujours le même !), j’ai pris la route du CEM pour aller travailler sur l’ordinateur, car il y a l’électricité au CEM, excepté pendant les coupures de courant qui sont de plus en plus fréquentes.

Au retour, j’ai dû dépoussiérer ma chambre envahie par le sable charrié par le fort vent d’aujourd’hui. J’ai enlevé moustiquaire, sac de couchage, drap, oreiller et taie pour tout secouer. J’ai ensuite donné un bon coup de balai sous le regard a,usé de mes petits frères et sœurs qui étaient presque tous dans ma chambre. J’ai commencé à filtrer mon eau, mon 10 litres d’eau de source étant vide. J’ai donc commencé à pomper dans mon 2 litres pliable qui semble très bien fonctionner (merci papa ! je viens de penser que j’avais oublié de te rembourser… :S) et j’y ai ajouté la Pristine (merci maman !) et j’ai laissé le tout ventiler un peu. Pour continuer dans les cadeaux utiles, merci à Sœur pour son shampoing qui fonctionne vraiment trop bien (même si ça fait plus d’une semaine que je ne l’ai pas utilisé vu que je suis tressée), à ma belle-mère pour le journal qui me sera utile très bientôt, à ma tante Mari pour les minis débarbouillettes et à Laurence et Dré pour les chandails très pratiques !

En soirée, les enfants ont encore une fois regardé mes photos. Ils sont comme moi, ils ne se lassent pas de les regarder. Et à chaque fois, ils disent que Mathieu est tellement beau ! Il en briserait des cœurs ici… déjà qu’au Québec… ;)

D’autres nouvelles suivront bientôt ! Merci à Émile mon petit cousin qui m’a accompagné à Tivaouane aujourd’hui ! Je redonne signe de vie probablement mercredi puisque je serai à Thiès, sinon samedi prochain ! Je pense beaucoup à vous tous et je m'ennuie! Merci pour vos commentaires! J'adore vous lire! Et pour ce qui est du caméléon, il est resté vert... mais si la connexion est mailleure à Thiès, je joindrai des photos!
Slideshow Report as Spam

Comments

marie on

J'ai bien aimé ta chronique. Lâche pas, car on aime avoir de tes nouvelles. Cela fait tout drôle de t'entendre parler de tes frères et soeurs!
J'ai hâte de voir si tes étudiants vont s'habituer et commencer à être plus turbulents. C'est ce qui est arrivé à Julie avec ses jeunes mexicains. Lorsque cela parlait (les élèves), elle arrêtait le cours et amputait la récré du temps perdu.
Profites du temps là-bas. Ton corps va s'habituer à la chaleur et au bruit et quand tu vas revenir, tu vas avoir froid pour le restant de l'été:). Je n'ai pas encore planté mes fleurs, car il y a eu du gel au sol deux nuits cette semaine. Est-ce que cela te rafraichit un peu?
N'oublie pas de mettre de la crème solaire (et un chapeau).
Marie xxx

Papounet on

Bonjour ma Grande,

Comme à chaque matin, je vérifie si tu as transmis des nouvelles. Quel plaisir ce matin ! Je ne pense pas que tu sois pourrie à ce point en maths, mais tu es excellente en français, autant pour l'orthographe que pour le style ! Tu pourrais succéder à Bruno Blanchet, mais, je t'en supplie, sois plus prudente que lui!

Ici, pas grand chose de spécial; Black & Decker sont toujours en forme ! Nous avons vu Julie Brosseau la semaine dernière, et elle est rayonnante ! Le petit Lambert sera un bébé désiré, choyé et aimé !

Pour ce qui est de tes cauchemar, ma théorie est que tu accumules tant de nouvelles expériences que cela influence ton sommeil. C'est tout une adaptation pour une nord-américaine !

Nous aussi, nous nous ennuyons beaucoup de toi. Quand je vois tes instruments de musique à côté de l'ordi, je pense à toi et je me souviens de toutes ces heures que tu as passées à pratiquer dans cette pièce...

Mais trêve de nostalgie ! Ne laisse pas ces petits moments de cafard t'empêcher de profiter de cette expérience extraordinaire.

Amuse-toi bien !

Ton papounet qui t'aime qui qui t'embrasse.

Soeur on

Hello!

Oulà! t'en as écrit des affaires aujourd'hui toi!

Je vais dire comme papa, tu vis tellement de nouvelles expériences que ça en influence ton sommeil. Il s'en passe des choses au Sénégal dans une journée pour Fatou Tine, c'est impressionnant! Ce qui est encore plus impressionnant, c'est que tu décris tout en détails et que tu récites chacune de tes journées... c'est génial, j'ai comme l'impression d'y être, sauf que je me mélange dans les noms, donc ça doit être plus intense qu'un party Desautels 24/7.

Oui! Les pieds dans la marge ont un épisode qui s'intitule "L'importance de faire ça vite"... très drôle comme référence que tu fais toi! Mathieu m'a donné le lien pour voir les futurs épisodes mais toujours aucun signe des clowns au Cap St-Jacques. Je n'y comprends rien!

Hourra pour les mangoustes, les zébus, le caméléon vert et autres oiseaux mais ouache pour les fourmis dans ton nutella sénégalais! Faudrait aussi que l'on te filme en train d'entrer dans ton sac de couchage, je voudrais bien voir ça! Je voudrais bien voir aussi tes talents de danse, on peut voir un extrait? Hahahaha! Dis-leur que c'est de famille!

Contente que le shampoo fonctionne, mais là je veux voir les tresses!!

Bonne semaine! (dis à la façon du monsieur dans les pubs)

Bisous tout plein,
Soeur xxxx

Moûman on

Bonjour, je suis contente d'avoir des nouvelles de toi et de ta vie au quotidien, toute une adaptation, bravo. J'ai bien ri pour le passage du lavage des bobettes en famille. Tu dois sûrement un peu t'ennuyer de ta chambre. Bref, cela semble manquer un peu d'intimité. Tu sembles bien t'en sortir au niveau de l'enseignement et ce même si ce n'est pas tes matières préférées. La santé va bien mais fait un peu attention au soleil, on te surveille à tous les niveaux même le père qui s'en mêle question poids. C'est probablement un histoire d'orgueil, ils ne veulent surtout pas qu'une étrangère revienne plus maigre pensant que cela voudra dire que tu n'as pas été bien reçu. Beaucoup de nouvelles bestioles et une grande famille de quoi combler tous tes besoins. Fais attention à toi et reviens nous en forme. J'ai hâte d'avoir d'autres nouvelles. De gros bisous.

nathlatannante
nathlatannante on

Je viens de découvrir qu'il vaut mieux écrire directement ici que faire du copié-collé....ça donne de drôles de résultats. Désolée. Si tu peux effacer le premier comment voici la correction plus lisible.

Coucou ma belle,
Là c'est vrai que les mots me manquent pour te dire combien je peux flipper pour toi, sachant très bien que ce que tu es en train de vivre est une si belle aventure, une richesse humaine pour tous tes sens. Pour les matières à enseigner, je peux très bien imaginer ce que tu ressens puisque tu te retrouves hors de ta zone de confort. Mais je sais très bien que tu t'en sors à merveille et que ça te prépare à réagir encore plus efficacement aux imprévus. Je vais continuer à te lire et à manger tes mots qui nourrissent, tu ne peux pas imaginer à quel point, mon imagination. Je t'envoie plein de gros becs.
Nath, la matante tannante de ton beau Mathieu (faut pas trop en mettre, sinon il va s'enfler la tête, ha, ha, ha)

Môuman on

Bonjour Anne-Marie ou Fatou Tine je crois !

Est-ce que ce nom a une signification particulière ? Nous avons beaucoup parlé de toi hier soir au souper d'anniversaire d'Anne. Nous nous sommes d'ailleurs obstiné sur la date de ton retour. Je crois qu'il s'agit du 30 juillet n'est-ce pas, pourrais-tu me dire à quel heure svp, nous sommes à regarder l'achat de billets pour le festival de Lanaudière et nous ne voudrions pas être traité de parents ingrats si nous sommes absents le premier soir que tu reviens. En passant, la personne qui se nomme Jojo Gâteau qui t'écrit, c'est Johanne Collin, celle qui fait des gâteaux avec ton parrain et Marc lui a parlé évidemment de ton voyage.

Gros becs XXX Moûman

mamaoui
mamaoui on

Merci à tous pour vos commentaires! Je reviens bien le 30 juillet mais je ne me souviens plus à quelle heure... 6h je crois. Je reconfirme plus tard! Je vous aime et pense beaucoup à vous!

Belle-maman on

Bonjour ma belle. J'ai été très soulagé d'apprendre que tout va bien pour toi là bas. C'est très généreux de ta part de prendre le temps de décrire tout ce que tu vies. Je reconnais ton sens de l'humour et ta grande facilité d'adaptation. Heureuse d'apprendre que le rythme de convient!!!Ta nouvelle famille est très protectrice et je suis certaine que ça ne pouvait être autrement car ils sont eux aussi tombés sous ton charme. Évidemment, on s'ennuie de toi ici. Surtout ton beau Mathieu. Les premiers jours, il tournait comme un ours en cage. Il avait l'air déstabilisé. Il doit réapprendre à vivre sans sa douce moitié. On le tient occupé. Le travail ne manque pas ici avec le réaménagement extérieur. Vincent s'occupe de combler les vides.... De ton côté, je vois que tu es bien entouré. La famille est nombreuse et très présente HiHi. Vie pleinement chaque jour là bas, c'est une expérience hors du commun, une richesse inestimable qui te suivras toute ta vie. Bonne semaine!

Paule Desautels on

Les rêves, c'est le nettoyage de ton corps énergétique. N'oublie pas que l'Afrique ne vibre pas du tout au même rythme que l'Amérique. Lâcher prise.

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: