Besançon, au coeur de la Franche comté

Trip Start Oct 17, 2009
1
117
119
Trip End Jul 31, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
Dans la famille

Flag of France  , Franche-Comté,
Wednesday, July 28, 2010

Bonjour,

Après le soleil et le sable du Sud de la France, j'ai pris la direction de Besançon (lieu de naissance de Victor Hugo et des Frères Lumières) pour voir de la famille.

Jour 279:

Après une autre nuit de train, j’ai débarqué à Besançon sous la pluie… Un vrai contraste considérant que quelques heures auparavant, je ne savais plus où me cacher avec le soleil. On n’est jamais satisfait ! Après une courte attente à la gare (question de faire passer le temps), je me suis dirigé à un petit café pour attendre mon « lift ». Mon cousin William est passé me prendre et a tenté de me faire apprécier la ville, du haut de la montagne… Malheureusement, la pluie et les nuages ont gâchés la vue. Une fois arrivé à la maison, mon oncle Guy m’attendait. La maison ancestrale est formidable pour apprécier la construction de pierre, mais je dois me méfier des plafonds qui sont très bas.

Sur l’heure du dîner, ma tante Isabelle qui nous a cuisiné un bon plat et ma cousine Charlène est passée pour casser la croûte. Après une bonne jasette, je suis parti avec William pour une commission pour son business et arrêté voir « l’oncle Gaston », qui est en fait mon grand oncle (frère de mon grand-père). Malheureusement, il est en résidence de façon temporaire suite à un séjour à l’hôpital, mais avec ses 102 ans on peut dire qu’il a du vécu. La conversation ne fut pas toujours facile, car l’oncle Gaston arrête de jaser lorsqu’il voit passer une femme devant lui… Il faut croire que l’âge n’arrête pas le fonctionnement du radar.

De retour en soirée, on a bien mangé (encore une fois… je reprends quelques livres) et le dodo ne fut pas trop difficile dans mon cas considérant que la veille, j’étais dans un train.

Jour 280:

Dès la première heure, mon oncle Guy est venu me reconduire chez Sylvie (sœur de mon père) et Bernard. C’est là que mon « Papi » demeure depuis quelques années. En boni, j’ai la savoureuse Lou Marie (fille de ma cousine Anne de Bordeaux) qui ma accueilli et qui me dit je parle un « drôle » de français ? La journée fut relax, car on a profité de la température pour se baigner et donner quelques leçons de base de natation à Lou Marie. Entre-temps, j’ai eu la chance de comprendre ce que mon grand-père de 97 ans faisait de ses journées… Il nettoie les roches de l’entrée de voitures… Vous avez bien lu, il s’assure que le gravier soit propre – il faut bien se tenir occupé ! Il faut le connaître pour comprendre qu’il a besoin de se tenir occupé.

En soirée, mon cousin Arnaud avec sa femme Sylvie et le petit Léopold sont passé pour le souper. Lou Marie et Léopold en ont profité pour nous montrer leurs plus belles grimaces, comme quoi parfois nos conversations de grands peuvent leur sembler ennuyantes. Il en demeure pas moins que le Papi s’est levé pour aller faire quelques échanges de football avec Léopold… Malgré son âge, il est toujours capable de suivre le jeu !

Jour 281:

 Malgré les nuages à l’horizon, on m’a offert la possibilité d’aller faire un tour en Suisse… C’est comme si on allait faire un petit tour en Estrie en partant de Montréal. Une fois dans la voiture, nous avons traversé la frontière sans trop de problème et casser le croûte du haut d’une montagne pour bien voir le lac de Neuchâtel. Bon, les nuages gâchent un peu la vue, mais on voit très bien au loin, une série de belles montagnes. Après avoir traversé un quartier industriel avec les plus grands horlogers du monde, nous avons fais une petite ballade dans la ville de Neuchâtel. Pour le peu que j’ai vu, je dois vous dire que le coin vaut le détour.

Sur la route du retour, nous sommes arrêtés voir des ours et des loups en captivité. Heureusement qu’il y avait quelques abris, car il a plu pendant plusieurs minutes avant d’être en mesure de revenir à la voiture. En passant par Cléron avant de revenir à la maison, le ciel s’est dégagé – vraiment je n’ai pas joué de chance pour cette escapade. En soirée, mon cousin Fabien venait souper. Finalement, en quelques jours, j’ai eu la chance de voir plusieurs membres de ma famille avant de me rendre à ma prochaine destination…
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: