Granada et l'Alhambra

Trip Start Oct 17, 2009
1
113
119
Trip End Jul 31, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed

Flag of Spain  , Andalusia,
Wednesday, July 14, 2010

Bonjour,

Dans ce marathon de visites en Andalousie, la boucle ne pourrait être faite sans une visite de la ville de Granada.

Jour 266:

Dès la première heure, je me suis rendu à la station de bus de Cordoba pour sauter dans le bus en direction de Granada. Pour une des rares fois depuis des semaines, j'ai croisé en même temps un couple de canadiens de Vancouver et deux québécoises de Chambly. Une fois arrivée à Granada, j’ai sauté dans le bus local no 3 pour me rendre à mon hôtel pour m’y installer – un peu par instinct, je suis sorti à la bonne hauteur sur la Gran Via. Comme le point important de ma visite dans le coin est l’Alhambra et que certaines restrictions s’appliquent, je n’ai pas perdu de temps une fois mes choses déposées à l’hôtel pour me diriger en minibus à la porte du site.

Les restrictions sont assez simples : un maximum de 6 500 visiteurs par jour, chaque détenteur de billet (j’avais acheté le mien par internet) doit se présenter pendant une des trois plages horaire de la journée/soirée et on doit être à une heure précise sur le site pour voir un des monuments, soit le Palacio Nazaries sinon vous avez manqué votre unique chance de le visiter. Donc, ce n’est pas de mal gérer son temps et d’arriver en retard sur place. J’ai commencé la visite du site avec les jardins « Generalife » avec ses nombreuses fontaines et patios. Ce qui est doublement intéressant, c’est qu’aucune pompe actionne les jets, c’est uniquement la pression naturelle de l’eau qui fait le travail. Le lieu est légèrement en retrait de l’Alhambra ce qui permet de la contempler et voir la ville au loin.

Ensuite, je suis entré dans l’enceinte de l’Alhambra avec son petit jardin pour voir successivement, l’église de Santa Maria, le Palacio de Carlos V, l’Alcazaba avant de finir avec le point culminant, le Palacio Nazaries. Pour ce dernier monument, tu fais le pied de grue comme tout le monde pendant plusieurs minutes dans une file qui comprend autant les gens qui peuvent accéder sur le champ en raison de leur plage horaire et d’autres comme moi, qui est dans la file pour la prochaine session. Disons que le soleil n’aide pas beaucoup pour apprécier ce moment d’attente. Une fois les vérifications faites, on entre sur le site qui est très bien gardé mais aussi, et à mon grand désarroi de photographe, en plein restauration !

C’est le premier monument où je vois autant de réparation ou travail de réfection à plusieurs endroits. Cela à casser un peu mon expérience magique de ce site classé patrimoine mondial. Il en demeure pas moins que c’est très beau et qu’il m’a fallu imaginer le tout sans échafaud, sections fermés et ces groupes organisés qui prennent toutes la place. Bon, je ne peux me plaindre car c’est vraiment un très bel endroit. À la sortie, j’ai remis mon audio-guide pour faire à nouveau le pied de grue à l’arrêt de bus. Après 30 minutes, j’ai compris qu’il y avait un problème avec le nombre de minibus qui doivent supposément faire la navette avec le centre-ville. Un taxi nous a informés qu’un accident avait eu lieu sur le trajet et que c’était bloqué pour encore quelques minutes. Le seul moyen de s’en sortir est de prendre ce taxi (Est-ce une ruse de taxi ?) en passant pas un autre accès ou bien de marcher.

Finalement, j’ai pris la dernière option en me disant que je trouverai mon chemin… Il suffisait de descendre la montagne et de retrouver le centre-ville avec les indications, car ma carte de mon guide n’était pas trop claire entre le centre-ville et le site de l’Alhambra. Finalement, l’accident ne bloquait plus la route et j’ai vue le mini bus 30 et 32 me passer sous le nez, mais complètement bondé. Pas le choix, j’ai continué ma route jusqu’au centre-ville. Une grande marche comme ça, ça creuse la faim pour manger une bonne pizza… Quel sacrilège en cette ville réputé pour ces tapas… Je vais me reprendre le lendemain.

Jour 267:

En matinée, j’en ai profité pour refaire adéquatement mon sac que je commence à utiliser plus comme un fourre-tout qu’un sac bien « pacté » en vue de prendre l’avion en soirée (Disons, que je commence être tanné de faire ce rituel). Il faut bien que je souligne mes gros problèmes existentiels. En tout cas, je me suis promené en ville sous le soleil et à l’ombre parfois, car il y a parfois des toiles qui traversent les deux côtés de la rue pour nous protéger. La ville se parcourt très bien à pied et il y a de nombreux parcs pour se reposer, ce que j’ai fais à quelques reprises. Finalement, j’en ai profité pour prendre un picnic et me taper quelques tapas à la place recommandé sur une terrasse de la Plaza Nueva. Essentiellement, j’aurai pu visiter la Cathédral et la Capillar Real, mais quand j’ai voulu le faire, le site était fermé en début d’après-midi et ré-ouvrait seulement à 4 :00pm. Un peu serré considérant que je devais récupérer mes bagages et prendre un bus pour me rendre à l’aéroport.

Bref, j’attendais le bus spécialement pour l’aéroport sur le bord de la route et quand dépasse l’heure potentielle de passage, on dirait qu’on commence à fatiguer un peu plus ou bien à stresser de peur de ne pas le voir passer. En tout cas, fausse alerte car il a finalement apparu et le trajet qui nous a fait promener un peu partout, dont des rues résidentielles (je ne comprends pas encore ce « boutte » là). Donc, j’arrive à point pour le check-in des bagages et pour les formalités de sécurité. Le matin, j’avais remarqué que mon lieu de dodos à Barcelone, avait une réception seulement ouvert jusqu’à 9 :00pm. Bref, je les appels pour leur dire que je ne pourrai être là avant 10 :30pm – il n’y avait pas de problème, car il y avait d’autres personnes qui arriveraient après les heures normales. Le plus drôle fut que le gars qui m’a répondu parlait qu’Espagnol ou le Russe… Heureusement qu’il y avait une autre personne qui parlait français (plus qu’anglais) pour que je puisse lui expliquer mon histoire.

Le comble de l’histoire, malgré mes précautions, mon avion a eu 3 heures de retard… J’ai atterri à 12 :30am et 30 minutes plus tard, j’étais en face de ma résidence universitaire pour essayer d’entrer après avoir laissé un 30 Euros à un taxi. Finalement, je trouve la porte de la résidence dans un grand building au deuxième étage, mais tout est fermé et la sonnette n’active personne dans le coin. Quelques minutes plus tard, un couple arrive et me laisse entrer et me dit d’aller cogner à la porte numéro 10. Pas besoin de cogner à la porte car elle est entre-ouvert avec de la musique (heavy metal) qui joue assez fort. Bref, je cogne et je suis un peu stupéfait de retrouver un couple « flambettement » nu ! Pas le choix, il faut que je trouve un moyen de les réveiller pour trouver où je couche sans les rendre mal à l’aise ou bien moi ? Finalement, le gars se lève et commence à me parler en espagnarusse (j’ai cliqué que c’était le gars qui m’avait répondu au téléphone) pour me demandé qui je suis, que je dois le payer, etc. Bref, je lui dis qu’on peut régler ça demain, car je veux juste mon lit… En fait, c’est la chambre en face de mes deux exhibitionnistes. Wow ! Quel arrivé à Barcelone !
Slideshow Report as Spam

Comments

Morganalek on

Allo!
Tu me rappelles de beaux souvenirs... J'étais à Grenade il y a 10 ans, à Barcelone l'année passée... Et je serai à Séville en septembre!

Passe un beau voyage encore et encore! C'est magnifique!
x

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: