Albufeira et la cote portugaise

Trip Start Oct 17, 2009
1
110
119
Trip End Jul 31, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
Ponte Grande Resort

Flag of Portugal  , Algarve,
Friday, July 9, 2010

Bonjour,

Déjà plusieurs jours au Portugal et seule la région de l'Algarve (sud du pays) n’a pas été visitée lors de notre « road trip ». C’est une question d’heures pour goûter au plaisir de la mer.

Jour 260:

Étant à Évora et n’ayant eu la chance de visiter la veille dû à notre arrivée tardive, nous avons pris quelques heures en matinée pour se promener dans cette ville. Malgré un ciel nuageux, nous avons pénétrer dans les murs de la vieille ville pour voir les classiques qui s’offre à tout visiteur : des églises, un monument en mémoire de quelqu’un et les places publiques. En passant, quand nous sommes en voiture, Louis a commencé à envoyer la main aux « locaux » qui sont assis sur le bord de la route et qui attendent quelque chose. Inquiet de la monotonie de ces personnes, Louis attendait un retour de leur part mais ces derniers ne pouvaient détecter assez rapidement s’ils connaissant ou non cet hurluberlu au bye-bye facile. En général, le succès fut mitigé pour recevoir un «allo » de leur part. Donc, comme la ville est ordinaire, on est partie à la chasse au « local » avec nos « kodak », question d’élire un champion de la paroisse.

Par la suite, nous avons repris la route et soudainement, le ciel s’est dégagé et la température a augmentée rapidement. Il fallait bien s’y attendre, nous nous dirigeons de plus en plus vers le sud et ce n’est certainement pas pour croiser des icebergs. La route demeure pénible avec ces nombreuses courbes, mais nous avons eu la chance de voir du liège, du moins l’arbre qui le produit le long de la route. On dirait une série d’arbres à qui se sont fait kidnapper leur protection (on a retiré d’un à deux pouces d’écorce autour de l’arbre sur une hauteur de 8 pieds à partir de la base). On comprend vite que la production de liège est une ressource épuisable et que l’option du bouchon de plastique devrait être préconisée de plus en plus.

En fin de journée, après avoir tourné en rond dans la ville d’Olhao, on a pris la décision de se stationner et de partir avec notre carte à la main (mon ordi avec une copie du google map) pour essayer de trouver notre logis. Chanceux, nous avons trouvé au bout de quelques minutes à travers les petites rues. Une fois sur place, on a constaté que dans notre chambre, c’était un lit double (on parle d’un vrai double, pas un queen ou un king) ! Comme on restait pour 3 nuits et que notre grandeur moyenne est de 6 pieds 4 pouces, il était clair que l’on devait avoir des lits jumeaux selon notre réservation, mais on nous a dit qu’il y aurait seulement une des trois nuit avec cette option. Comme on est rendu, on a pris la sage décision de s’endurer pour une nuit et de trouver un autre lieu entre-temps d’où la gentille demoiselle comprenait et acquiesçait que nous quittions en matinée, le lendemain.

Avec cette bonne journée de route, on est allé manger et prendre une bouteille de vin sur une petite terrasse sur la « main » d’Olhao. Préalablement, nous avions trouvé un nouvel hôtel (en fait, c’est un resort) sur internet pour terminer nos nuits au frais, sans avoir à dormir en cuillère. Après le repas, ce fut la traditionnelle crème glacée comme dessert et un retour au logis. Là, c’est la partie de l’histoire qui est un peu compliquée à expliquer sur le blog mais qui mérite d’être expliquer en personne. Les deux casques bleus canadiens que nous sommes avons été expulsé froidement de notre chambre après une argumentation avec le proprio (qui n’est pas la même personne qui nous avait accueilli) qu’on venait de rencontrer à notre retour. Bref, la mésentente pour ne pas dire la dispute entourait le fait que l’on quitterait après une nuit au lieu des trois prévus en raison de la chambre. Bref, on a prit nos choses en espérant de ne rien oublier pour partir à la recherche d’un hôtel à 10 :30pm de la soirée. Après deux arrêts infructueux et a user de notre flair pour trouver un endroit dans la grande ville de Faro (à côté d’Olaho), nous avons atterris non loin de l’aéroport, au chic hôtel Monaco. Je dis chic, mais c’était bien ordinaire sauf le prix qui était exorbitant comparativement au coût que nous avons payé depuis le début du voyage. Que voulez-vous, deux sans-abris ne peuvent terminer la soirée dans leur petite voiture ! Bref, une épopée bric-brac à vous raconter.

Jour 261:

Remis de nos émotions pour ne pas dire de notre frustration de la veille, on a décidé de se rendre du côté Est de la cote dans la sympathique ville de Tavira. Encore une fois, trouver un stationnement fut un défi, mais notre côté « aventurier » nous a amené dans une petite rue probablement utilisé uniquement par les locaux mais dont on devait se rappeler comment y revenir. Visite rapide des lieux qui se marche très bien et arrêt sur une petite terrasse pour casser la croûte et prendre une p’tite bière. En regardant les cartes postales, on a constaté qu’il y avait des lieux intéressant à voir, surtout des grottes et des falaises. Sans perdre de temps, nous avons pris la direction Ouest de la cote pour se rendre à Armacao de Péra pour voir ce dôme creusé par la mer. Une fois au bureau touristique, le seul moyen de s’y rendre est par bateau – donc une petite excursion sur l’eau. On décide de mettre cette activité dans notre agenda du lendemain.

Il faut mentionner que la majorité de la section de la cote est une station balnéaire avec des appartements, des condos et des resorts sur le bord de l’eau. Question de trouver notre lieu de dodo pour les deux prochaines nuits, il faut dire que nous avons été assez chanceux de trouver rapidement, car les indications sont rares et les chances de se perdre élevées. Finalement, on a réussi à trouver notre lieu et s’installer dans cette grande chambre avec deux lits… Comme le resto du resort ne nous inspirait point, on a pris la direction de la ville d’Albufeira. Cette décision fut excellente, car on retrouvé pas mal d’action sur place et plusieurs bons restos. Plus la soirée avançait, plus il y avait des gens en ville. D’ailleurs, cela a créé une file d’attente interminable pour prendre un taxi. Le taxi n’était pas pour nous car on était bien sobre malgré ce bon vin du coin, mais les gens ne se louent pas forcement de voiture ce qui les obligent à prendre des taxis pour rejoindre leur resort qui est parfois à quelques kilomètres de la ville. Dans l’allégresse, Louis s’est laissé tenter en achetant un super cd d’une gang d’indiens qu’il vous fera écouter un jour… J’ai vraiment hâte à ce moment !

Jour 262:

Notre nuit de sommeil paisible, nous a permis de se rendre rapidement au bureau touristique d’Armacao de Péra pour notre visite les falaises du coin. Coup de malchance, le bateau est plein, donc on réserve notre place pour 4:00pm. Cela nous donnait une bonne partie de la journée pour aller à l’extrémité Sud-Ouest du Portugal, à Cabo de St-Vincent. On a défilé plusieurs kilomètres avant d’arriver à cette pointe avec un phare (un vrai !). On a pu contempler la mer, mais aussi les falaises escarpées des lieux. Ensuite, un passage à la fortification de Sagres. L’endroit est bien, mais il n’est pas vraiment nécessaire de s’y attarder à l’intérieur  car il n’y a pas grand chose à voir.

À la sortie du Fort, nous sommes arrêtés prendre une petite bouffe sur une terrasse de Sagres avec une Sagres. La Sagres est une bière que nous avons croisée et dégustée lors nos quelques arrêts « terrasses ». On ne pouvait demander mieux en ce lieu mythique pour se rafraîchir. La panse bien pleine, on s’est dirigé pour notre excursion de bateau. Je devrais dire notre expédition avec un pêcheur et son bateau comme nous avait dit la responsable du bureau touristique. Il fallait être prêt à se mouiller, car il n’y avait pas de quai – c’était un embarquement à même la mer ce qui nous allumaient pas trop avec nos appareils photos.

Popeye, comme nous l’avons appelé (ce n’était pas vraiment un Bob), enfilait cigarette après cigarette en brandissant une cloche pour attirer l’attention des gens sur la plage pour qu’ils se joignent à notre expédition. On a du faire plusieurs plages avant qu’il se rend à l’évidence que cela serait une excursion privée. On parlait d’un bateau de pêche et d’un pêcheur, mais je peux vous dire que cela était tout un « set-up » car la chaloupe était trop propre pour être utilisée par un pêcheur. En tout cas, on a fait plusieurs kilomètres sur la cote pour voir des falaises et des grottes. Même Popeye a commencé à faire son Bob en nous pointant des formes dans le roc (Cela m’a fait penser à la visite que j’ai fait avec JA au Vietnam, mais il n’y avait pas de doigt ici !). Le débarquement fut aussi intéressant que l’embarquement.

En soirée, nous sommes retournés dans le « night life » d’Albufeira que l’on avait bien aimé la veille. J’ai retenu Louis pour ne pas qu’il se lance dans l’achat de d’autres cd, mais notre dernier repas fut très bien et la crème glacée (même endroit que la veille) fut tout aussi bonne avec le sourire de cette portu-anglaise qui parlait un excellent anglais. En voyant cette file de gens pour le taxi lors de notre de départ, je me suis demandé si on n’aurait pas pu se faire un petit « side line » question de renflouer notre budget crème glacée, bière et vin. Bon, le couché fut à une heure raisonnable car nos routes se séparaient le lendemain…
Slideshow Report as Spam

Comments

lasoeur
lasoeur on

Wow,
très hot les "grotten"!!
Très belles photos mon frère!
Steph

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: