Cairns et ses environs

Trip Start Oct 17, 2009
1
9
119
Trip End Jul 31, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
Nomads Cairns Beach House

Flag of Australia  , Queensland,
Sunday, November 15, 2009

Bonjour à tous,

Suite à mon vol en provenance de Darwin, mon arrivée à Cairns fut sous la pluie… C'est la première fois depuis le début de mon aventure que je frappe du mauvais temps. À cette période de l’année dans la région, c’est assez exceptionnelle d’avoir des averses de cette nature (Par contre, dès décembre, c’est coutume). Bref, on n’est pas fait en chocolat, donc on va s’adapter.

Jour 25 :

Je vous parlais de pluie, mais ce fut le cas toute la journée… Vraiment déprimant comme baptême de la cote Est.  J’ai malgré tout été faire une marche au centre-ville car mon lieu de dodo est un peu à l’extérieur du feu de l’action. Bref, je me suis enfargé au BWT (Backpackers World Travel – une agence de voyage spécialisée pour les Backpackers) afin de finaliser mon itinéraire de la cote Est. Une fois la main sorti du portefeuille, je vous confirme qu’au menu pour les trois prochaines semaines : du catamaran, de la plongé et du 4X4 sur une île.

Jour 26 :

Dès la première heure, j’ai pris un bus en direction de Cape Tribulation (petit coin situé au Nord de Cairns). Après une visite du Rainforest Habitat Wildlife Sanctuary, un petit arrêt au Mossman Gorge, la traversée de la Daintree River avec un bon vieux traversier à câble, nous nous sommes arrêtés au Alexandra Lookout pour voir la jonction de la Daintree River avec l’océan (c’est à peu près à cette hauteur que la barrière de corail débute). En fin de journée, je suis arrivée au Ferntree Rainforest Lodge. Je suis assez content du lieu, car on est retiré de la route (en plein forêt), se sont de belles petites maisons pour 4 personnes et on est à quelques minutes de la plage.

Jour 27 :

C’est une journée pour « chiller » à la beach. Par contre, aucune chance d’aller se baigner car la présence des méduses (stingners) n’est pas très inspirante (D’ailleurs, il y a une bouteille de vinaigre comme remède temporaire si on vient en contact avec une ou bien il y a toujours l’option qui fut utilisé sur Monica dans Friends – pour les initiés de la série). De plus, qu’il y a une petite rivière dans le coin dont certains crocs y ont élus domicile. Bref, on rajoute aussi  le cassowary comme un autre élément de la nature à éviter. La meilleure façon de vous présenter cet oiseau protégé dans la région, est de vous imaginer une dinde géante pouvant mesurer jusqu’à 5 pieds et qui est reconnu de pouvoir attaquer l’humain.  Il semblerait que si on fait face à cette petite  « armoire à glace », il faut lever les bras et reculer lentement (Probablement l’effet de grandeur peut le faire reculer ou bien c’est notre odeur de « d’ssous de bras » qui fait la job).  Il en demeure pas moins que c’est un oiseau coloré (Bleu, rouge avec une crête rigide sur la tête) qui malheureusement se fait frapper par les voitures qui roulent un peu trop vite ce qui explique les multiples « dos de chameau » sur la route (voir les pictogrammes modifiées par le gens de la région pour sensibiliser les conducteurs). Pour l’esprit chasseur qui pourrait sommeiller en vous, imaginez-vous à manger de la dinde de Noël à Pâques – cela devrait vous décourager un peu ! En fin de journée, j’ai repris le bus pour revenir à Cairns.

Jour 28 :

Tout est « wet » ici : Wet Tropics, Wet Rainforest, Wet Weather et Slippery When Wet (en passant, excellent album de Bon Jovi !). Tous ces termes s’expliquent par le fait que la région à la réputation d’en être des plus humides de l’Australie. Ce climat favorise la densité de la forêt. D’ailleurs, il est assez incroyable de voir un arbuste dans un arbre, qui est lui-même dans un autre arbre. Le phénomène s’explique par la combinaison de multiples facteurs : Les feuillus ont tendance à prendre l’ensemble de la lumière (à mi hauteur, seulement 10% de la lumière pénètre dans la forêt) ce qui force les autres arbres et arbustes à se faufiler pour trouver de la lumière. Pour les arbres dans les arbres, il s’agit parfois d’une graine qui a été laissé par un cassowary (à même ses excréments) au pied d’un arbre établi, et la nouvelle pousse longe l’arbre pour ainsi atteindre rapidement les hauteurs. Pour les arbustes, comme il y a des branches et des branches qui s’entremêlent, il y a plusieurs matières en suspend qui restent emprisonnées et forme ainsi une base (comme au sol) dont le vent amène des graines. Certaines de mes photos démontrent un peu le processus. Bon, maintenant que la minute « Discovery Chanel » est terminée, voici un peu le portrait de cette journée à Kuranda.

Kuranda est un petit hameau situé à quelques km au nord de Cairns et qui a la malheureuse vocation d’être commerciale avec ses nombreuses boutiques pour touristes. Par contre, le fun est de s’y rendre selon un des moyens suivants : auto, bus, Skyrail ou le Scenic Railway. Comme vous pouvez bien vous en douter, j’ai été tenté par les deux dernières options. Après un petit trajet en bus pour se rendre à la station de départ du Skyrail, j’ai embarqué dans une cabine pour faire le trajet de 7.5 km avec deux arrêts obligatoires. Il semblerait que c’est le plus long téléphérique du genre au monde. Bon, encore une fois, le plus « long » au monde… Depuis mon début en Australie, j’ai entendu souvent les mots « plus » et « unique » au monde associé avec quelques choses. Bref, je me doute qu’il y a un certain manque un détail (ou bullshit) pour avoir autant de choses exceptionnelles.  C’est comme toutes les stations de radio d’une ville sont numéro 1, mais uniquement pour un segment de marché !

Pendant plus d’une trentaine de minutes, on se promène entre les montagnes et ont peut admirer la forêt (je peux m’imaginer la beauté du lieu avec une petite brume du matin). Une fois arrivée en haut, le petit village à quelques petits points d’intérêt avec son art aborigène (comme les didgeridoos) et produits dérivés des crocos, des kangourous et du bois. Par la suite, le retour fut en train à travers les montagnes. Avec un arrêt pour voir la chute de Barron River, le reste du paysage est limité avec la densité de la forêt qui est trop proche des rails. Malgré tout, une belle expérience. En soirée, « repacktage» du sac à dos pour mon départ du lendemain, pour ma merveilleuse épopée sur la cote Est.
Slideshow Report as Spam

Comments

josee-anne
josee-anne on

Luc,
comme tu sais, j'aime bien me répéter et c'est plus fort que moi : Tes photos sont hallucinantes !!!!!
N'arrêtes surtout pas de faire ton reporteur de discovery channel, ...c'est très instructif et intéressant et surtout beaucoup plus drôle ;o).

lasoeur
lasoeur on

Allo Luc,
Trop cute le koala qui fait dodo! Et l'autre qui se paye la traite! La dinde australienne n'est pas des plus inspirante en effet!! Tu écris merveilleusement bien; je vais dire que d'autres l'ont déjà mentionné: continue de nous instruire avec ta touche d'humour, c'est vraiment chouette à lire! Une publication au retour? Les grands explorateurs à la Salle Albert-Rousseau, version Luc Le Grand Explo?
Gros bisous!xxx
Steph

Sylvie ton amie pour la vie on

Mon ami,
Quel voyage extraordinaire...moi, pas très techno..je commence à me familiariser avec le "blog" ouf..pas vite la matante.
Je lis avec attention tes péripéties et je m'assure que tu ne nous arriveras pas avec une éleveuse de kangourous ou ben une famille de koalas...sainte bénite.
Merci de nous faire voyager ..wow !!!!!

huguette.losier on

Nous sommes en France chez Sylvie et Bernard. Impossible pour le moment de lire nos courriels. Contente de te lire et que tout se passe bien pour toi. Gros bizous de maman et papa;

rmlosier
rmlosier on

Tout simplement captivant, ton récit, les photos, ton humour.....britannique...
Continue à nous faire voyager à distance....
Quelle expérience !!!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: