Le pays des pyjamas!

Trip Start May 30, 2010
1
3
11
Trip End Jun 30, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Cambodia  ,
Thursday, July 1, 2010

Que dire de Phnom Penh et du Cambodge?


D'après la légende, la première pagode a été construite sur cette colline (phnom) et abritait quatre statues de Buddah déposées la par le fleuve Mekong.  Ces statues furent découvertes par une certaine Madame Penh, d'où le nom Phnom Penh - la colline de Penh.

Phnom Penh est douce et violente en même temps.  La douceur des ballades près de la rive au crépuscule, les garçons jouant au foot, les femmes se baladant dans des tenues ressemblant a des pyjamas, les foules autour des multiples stands de grillades et de soupes, des tuk tuks a droite et a gauche et puis une petite fille de 8 ans qui vient vous vendre des vieux bouquins afin de payer ses études. Elle termine le boulot a 23 heures, demain le réveille sera a 6 heures pour aller a l'école. 

L'horreur des Khmer Rouge, les amputées des mines anti-personnelles, les défigurés par l'acide, l'extrême pauvreté, les enfants mendiants, malgré tout, le sourire persiste, la gentillesse, l'accueil chaleureux, la mélodie de la langue, on s'y attache facilement.




Nous arrivons a Phnom Penh vers 17 heures (1er Juillet).  Nous demandons a notre chauffeur de tuk-tuk, Mister Nak de nous emmener a l'hotel de son choix.  Belle erreur!  Nous voici dans un hotel moderne et sans charme a 20$.  Tant pis, on est creves, on changera le lendemain.  Une petite ballade et diner dans un restaurant, Khmer Borane ou nous decouvrons pour la premiere fois la cuisine locale et achetons a une petite fille de 8 ans, un guide Lonely Planet du Cambodge.

C'est un peu difficile de se sentir a l'aise avec ce premier contact nocturne. 

Nous demenageons le lendemain matin (2 Juillet) vers notre nouvel hebergement, The Last Home, une guesthouse propre, pas chere et familliale.  La patronne, Mme Saki, une dame sympathique parlant anglais et francais assez couramment, gere une petite equipe de filles, dont ses nieces, avec beaucoup de douceur. 

Les filles, qui ont l'air d'avoir 12 ans (elles ont en fait entre 19 et 21 ans), sont toutes timides et rigolotes et, surtout de vrais cordons bleus (wonton maison, soupes cambodgiennes, boh-boh, ... sans oublier de delicieux pancakes accompagnes de sirop d'erable). 

Surpris par une pluie de mousson deferlante qui dure au moins une heure et qui laisse les rues innondees sous 10 a 30 cm d'eau pendant 2 heure de plus, nous restons cloues au guesthouse pratiquement toute l'apres-midi.  Pas grave!  Nous passons le temps en degustant une soupe aux delicieux aromes de galanga et a la saveur agreablement acidulee.  La nuit tombee, nous nous trouvons un peu craintifs de nous aventurer dans cette ville inconnue plongee dans l'obscurite; nous decidons donc de nous reposer afin d'entammer la visite de Phnom Penh tot le lendemain.



Nous pasons la journee du 3 Juillet a visiter les sites connus de la ville.  Demarrage assez tot ce matin pour le musee de Tuol Sleng, le centre S-21 des Khmers-rouges, ancienne ecole primaire et secondaire reconvertie en prison par Pol-Pot et sa clique. 

Avant meme de penetrer les lieux, on est confronte a un homme completement defigure a la porte du musee.  Est-il un rescape de la prison?  Nous n'en savons rien et sommes trop genes pour lui demander.

Le S-21 est situe dans un cadre paisible, a l'apparence d'une ecole tout a fait normale, entouree de palmiers et d'arbres fruitiers; c'est pourtant ici que furent emprisonnes, tortures et massacres environ 20,000 enfants, hommes et femmes cambodgiens et quelques etrangers (notamment un australien). 



Les anciennes salles de classes, re-ammenagees en de nombreuses minuscules cellules de detention et de salles de tortures, nous emportent immediatement dans un univers  violent et macabre.  Des lits en metal, des chaines, des instruments de tortures, les photos des 14 cadavres meconnaissables decouverts sur les lieux au moment de la liberation et les milliers d'autres photos de victimes (prises par les Khmers Rouges a l'epoque de leur detention) qui remplissent les salles nous horrifient. 

Nous rencontrons un groupe de jeunes etudiants venant d'un petit village a l'est du Cambodge qui visitent le musee.  Un petit gars tres debrouillard d'environ 9 ans nomme Udom, accompagne Mathieu au long de la visite.  Il parle tres bien anglais et travaille comme guide dans son village apres ses heures de cours.   



La visite de la ville se prolonge ensuite au Psar Tuol Tom Pong (le 'Russian Market'), notre premiere immersion dans un marche cambodgien, assez destabilisante mais vraiment excitante!  Des produits frais, des vetements typiques et d'autres moins locaux tel que du Malvin Klein et du J-Star, des couloirs de couturiers, des salon de coiffures et centres de beaute, des echoppes de pieces mecaniques, de foulards, de produits divers se cotoient dans un genre de labyrinthe bruyant et parfois un peu 'odorant'. 

Mis a part les vendeurs ambulants d'insectes frits (sauterelles, bletes, migalles, grillons, grenouilles et d'autres pas facilement identifiables), le food-court du marche est tres typique et apetissant.  Mathieu deguste un 'taco' cambodgien (une omelette fourree aux crevettes, germes de soja) et Veronique un genre de galette epaisse a base de farine de riz, fourree de queues d'oignons et des beignets frits servis avec une sauce au coco, un vrai regale!



Nous poursuivons ensuite avec la visite du Palais Royal et de la Pagode d'argent.  Un lieu qui nous laisse un peu indifferents par son leger manque d'authenticite. 

La nuit nous nous balladons dans le marche nocturne aux abords du Tonle Sap avec ses petits stands de bouffe sympa et ses stands de jus de canne frais delicieux.  Atmosphere agreable parmis la petite foule qui joue au foot-ball et vient se rafraichir au bord du fleuve.



Nous rencontrons un chauffeur de tuk-tuk (Chia), qui semble sympa et avec qui nous organisons une excursion sur l'ile de Kho Dait, qui s'etend au milieu du Mekong a 15 km de Phnom Penh.  Une excursion qui s'averera 'memorable'.

La journee du lendemain (4 Juillet) sur Koh Dait, avec Chea comme guide et chauffeur est desastreuse.  A peine debarques sur l'ile on se fait accoster par une petite horde de femmes qui nous entourent et nous supplient de visiter leurs maisons.  Un peu surpris par cette accueil insistant, nous cherchons refuge au pres de notre chauffeur souriant.  Mais voila que notre tuk tuk est escorte par 3 mobylettes au dessein douteux! 

200 metres a peine, sans qu'on ne le demande, Chea s'arrete devant une maison.  La, c'est l'invasion sauvage: 8 personnes, 4 adultes et 4 enfants, soit disant provenant de 8 famille differentes, dont une grand-mere qui tisse effectivement de la soie sur un metier a tisser traditionnel. 

Tout ce petit monde envahit notre espace, en restant tres sympathiques au demeurant, et nous invite avec tenacite a acheter leurs foulards et echarpes.  Pour eviter des jalousies et se sortir de ce guepier (sans l'aide de notre chauffeur, qui s'amuse entre temps a prendre des cliches de nous), nous achetons a chacun une echarpe pretendument tissee a la main localement, a un prix plutot eleve. 

Fort motive de nous faire 'decouvrir' l'ile, Chea nous mene apres ca vers un 2eme traquenard, sans obligation d'achat, merci!  Prix totale des achats: 35$!  Nous finissons la soit-disant visite de l'ile avec la sale impression d'avoir ete les dindons de la farce.  On profite donc peu de la visite, tout amers qu'on est; dommage car cette ile campagnarde est plutot jolie et nous donne un bon apercu de la vie rurale au Cambodge. 

La journee se termine tout de meme sur une bonne note quand Mathieu se fait raser et tondre les tifs chez un coiffeur de rue dont le stand est a meme le trottoir. Le tout pour 2$, une experience bien chouette...

Notre 4eme jour (5 Juillet) debute au Psar Thmei (le Marche Central), abritant en son hall central des stands de montres et de bijoux et dans ses nombreuses ailes, des stands de produits frais de toute beaute!  Un vrai regal pour les yeux, poissons, crevettes, viandes, etales de fruits et legumes epoustouflants, stands de viandes et poissons seches... c'etait tout bonnement magnifique!  Nous y achetons des longanes et Mathieu se laisse tenter par un goblet de grillons frits.

Nous degustons les longanes et Mathieu ses grillons, sur un banc dans le jardin du Wat Phnom, lieu ou furent, selon la legende, decouvertes trois statues de Buddah par Mme Penh, d'ou la ville tire son nom: Phnom (colline) Penh (de Mme Penh).  L'endroit est bien agreable et le temple est tres joli.  Mathieu, fier de lui meme, trouve les grillons frits assez gouteux.  Il lui faudra cependant avoir recours a l'Imodium le lendemain! 

On passe notre derniere soiree a Phnom Penh sur la terrasse du guest-house a boire des bieres et a discuter avec un chauffeur de tuk-tuk qu s'appelle  Boom-boom. Un sacre personnage qui nous apprend pas mal de choses sur le Cambodge et les temples d'Angkor et sur lui meme (son pere et son oncle tues par les Khmers Rouges, les cocktails a base d'alcool de riz et de ganja qu'il boit dans son village, qui provoque des hallucinations et donne l'impression de planer et ses talents, un peu exageres de chanteur et de guitariste - il joue vraiment avec sa langue, contrairement a Hendrix, qui d'apres lui, avait menti sur ses aptitudes).  Tout ca dans un anglais excellent, fredonnant de temps en temps la chanson de Jean-jacques Goldmann, 'Comme toi'..  Une rencontre qui conclut agreablement notre soiree et notre sejour a Phnom Penh.  Demain on prend la route pour Siem Reap, a la decouverte des celebres temples d'Angkor.


Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family More Pictures

Use this image in your site

Copy and paste this html: