Jaisalmer et Bikaner

Trip Start Aug 31, 2011
1
4
17
Trip End Nov 09, 2011


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
Desert hotel

Flag of India  , Rajasthan,
Sunday, September 11, 2011

Qu'il fait chaud dans le désert! Nous sommes parties de Pushkar en bus de nuit avec des couchettes collantes (j'étais si contente d'arriver) vers Jaisalmer, dans le désert de Thar. Quelle ville féérique! D'une ville couleur miel s'élève un fort grandiose, bâti sur une colline triangulaire au milieu du désert. C'est un des seuls forts habités au monde, et également l'un des plus grands. Nous avons trouvé une chambre dans une petite auberge à l'interieur de ce fort, située à l'intérieur même du rempart. De la fenêtre de notre chambre, nous pouvions voir la ville en contre-bas, ainsi que le désert picoté d'éoliennes au loin. Se promener à l'intérieur du fort est vraiment tout une expérience. Les rues, de un à quatre mètres de largeur, sont bordées par des édifices en grès couleur miel joliment travaillés. Les fenêtres, entourées de délicates dentelles en pierre, surplomblent la rue animée.

Le premier jour, comme nous étions fatiguées de notre nuit en bus, et moi affaiblie par mon indigestion, nous nous sommes faites faire un massage ayurvédique. L'ayurvéda est une science médicinale holistique (l'une des plus vieille au monde), qui cherche à soigner le corps dans son ensemble plutôt que de régler un problème spécifique, comme le veux la médecine occidentale. Nous avons commencé par une séance de réflexologie des mains et des pieds, qui devait servir à stimuler et "ouvrir" les jointures et les différentes parties du corps, pour ensuite recevoir un massage complet avec de l'huile médicinale. Et de l'huile, il y a avait! Je glissais presque de la table de massage. Mais c'était fort efficace ; je me sentais si bien après! Si détendue, et équilibrée.

Le lendemain, Christine et moi avons été visiter le palais du fort, qui est, encore une fois, tout en grès couleur miel. L'architecture délicate et les salles richement travaillées étaient un délice pour les yeux. Nous pouvions imaginer les rois rajputs, ces féroces guerriers, tenir une assemblée dans la cour bordée de balcons avec dentelles en pierres, ou bien les femmes du zenana (la section réservée aux reines, princesses et autres femmes de la cour) observer la vie quotidienne, bien cachée derrieres des panneaux de pierre délicatement travaillés pour leur permettre de voir tout en restant à l'abri des regards.

Comme nous voulions voir le désert, nous avons arrangé une petite expédition dans les dunes a dos de dromadaires. On nous a conduit dans un village vers la frontière pakistanaise, où nous attendais deux grosses bêtes qui n'avaient vraiment pas l'air de vouloir nous prendre sur leur dos. Elles se roulaient par terre, en se donnant mutuellement des coups de patte et de cou. Finalement, hop! Embarquée sur le dos du plus gros d'entre eux, il s'est levé vers les cieux et je me suis sentie comme Alice au pays des merveilles ayant bu la potion qui fait grandir. C'est grand, un dromadaire! Nous avons commencé, peinards, la petite balade, menés par un jeune du village bien curieux à notre égard. En chemin, nous avons vu une espèce de cervidé aux bois majestueux en zig-zag (a deer, selon notre guide... Je ne le sais pas mais les chevreuils que je connais ne ressemble pas a ça!). Finalement, les petits arbustes et broussailles ont laissé place à d'onctueuses dunes de sable blond. Nous sommes débarquées pour aller les explorer, bien contentes de s'étirer les jambes (ce n'est pas de tout repos, monter un dromadaire!). Nous avons manger un dhaal baat (riz et lentilles) en regardant successivement le soleil se coucher d'un bord, et la lune monter de l'autre, avec entre les deux des nuages ondulants couleur pourpre et rose. Un troupeau de dromadaire est ensuite venu se reposer à côté de notre feu, et c'était tellement drôle de les voir aller! Ils s'étalaient de tout leur long par terre, en se roulant et en se donnant des coups de pattes. Tout cela en rotant et pétant bien fort, évidemment. Il y en a qui sont bien!

Le lendemain, nous nous sommes levées avant l'aube pour prendre un bus vers Bikaner, pour ensuite nous rendre vers Amristar, dans le nord. Nous avons hâte d'atteindre les montagnes fraîches du nord, car la chaleur et l'humidité commencent à être difficiles à supporter!

Nous ne sommes restées qu'un après-midi à Bikaner, le temps de visiter le fort (eh oui, un autre!), un haveli ainsi qu'un temple jain. L'intérieur du palais du fort était vraiment à couper le souffle. Les murs étaient soigneusement décorés et travaillés, et chaque pièce avait son cachet particulier. Nous pouvions aisément imaginer le fort à ses époques de grandeur. Le Rajasthan, l'état où nous nous trouvons, est l'état des Rajputs, ce clan ayant connu sa gloire entre le sixième et le douzième siècle. C'est l'état des palais de maharadjas, et le fort de Bikaner en est le dernier exemple que nous allions visiter.

Nous sommes ensuite allées faire un tour du coté des havelis, ces riches demeures comportant des cours intérieures et un dédale de pièces joliment décorées. Nous avons pu visiter l'intérieur que de l'une de ces immenses maisons, convertie en hôtel. Wow! J'aimerais bien être riche et pouvoir y habiter! C'était un véritable havre de paix dans la ville bourdonnante d'activité.

Notre dernier arrêt de la journée déja bien chargée a été au temple jaïn, un vieux bâtiment également habité par les pigeons. Les Jaïns prônent l'ahimsa, la doctrine de la non-violence (également plébiscitée par Gandhi, jadis), il est donc comprenable qu'ils ne les repoussent pas. Ils sont strictement végétariens, et ne consomment même pas de légumes racines, de peur de heurter un insecte lors de la récolte. Nous avons pu converser brièvement avec le prêtre du temple, avant que n'arrive un troupeau de touristes en tour guidé (l'horreur). Nous avons donc été nous réfugier dans la chambre que nous avons loué pour la soirée, question de prendre une douche et de dormir un peu avant de prendre le train à 2 heures du matin.

Ouf! Nous avons un rythme vraiment soutenu ces derniers jours, et j'ai hâte de me reposer quelques jours à un endroit! Mais nous devrons attendre à Dharamsala dans les montagnes, car nous ne planifions pas passer beaucoup de temps à Amristar, notre prochain arrêt.
Slideshow Report as Spam

Comments

mimionthebeach
mimionthebeach on

ah...j'esperais lire un autre conte enchanteur avant de me coucher, donc je me suis contentée de re-lire celui-ci.

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: