La fin des aventures au Costa Rica

Trip Start Jul 05, 2010
1
8
12
Trip End Aug 13, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Costa Rica  , Province of Puntarenas,
Sunday, July 25, 2010

Rebonjour!

Me voilà donc à Uvita, petit village de pêcheurs sur la côte Pacifique, sans Camille, qui est partie monter le mont Chirripó. N'aillant pas l'équipement nécessaire et ne me sentant pas assez d'attaque pour escalader les quelque 3000 mètres du mont le plus haut du Costa Rica, je suis partie de mon côté aller explorer la côte Pacifique. Je l'encourage en pensée! Le premier jour je suis allée au volcan Poás. Je voulais vraiment voir l'intérieur d'un volcan, ayant été déçue par le Rincón de la Vieja (trop nuageux pour monter au cratère) et le Arenal (on a vu que de la fumée). Avec Poás, j'ai été servie : avec un cratère couvrant une superficie de 1,7 kilomètre (le deuxième plus grand au monde), il est franchement époustouflant. Le parc national est très facile d'accès, il n'est qu'à deux heures au nord de San Jose et le sentier jusqu'au mirador du cratère est très accessible. Rendue au sommet, j'ai le souffle coupé par l'immensité du trou qui s'étend devant moi, avec au fond un petit lac acide turquoise, d'où s'échappent des fumerolles en une immense colonne de fumée opaque. Les nuages nous entourent, et en quelques minutes : pfiou! Il n'y a que du blanc partout. Le volcan est quand même à une altitude de 2708 mètres. C'est un volcan actif, bien que ses activités se résument dernièrement en de gros crachats de vapeur et de cendre. Le soir, c'est un retour à San Jose, pour la dernière fois (j'y ai passé trois fois, quand même!).

Le lendemain, j’ai pris la direction de Quepos, pour aller visiter le fameux parc Manuel Antonio. Grave erreur, c'est bourré de touristes se promenant sur d'énormes sentiers détruisant la forêt autour, et des plages qui semblent être l'attraction principale du parc. On m'avait dit que le parc valait la peine d'être visité car il était très facile d'y voir des animaux. Normal, vu sa petite taille; les animaux sont contenus dans un petit espace (entourés de routes et de l’océan) et n'ont plus peur des touristes. J'en ai vu quelques-uns de très intéressants : des singes capucins très habitués aux touristes (qui allaient même jusqu'à leur voler la nourriture), des espèces de gros ratons laveurs (dont un a fouillé dans mon sac, avant que je lui décoche un coup par accident), une espèce de gros rongeur que je ne connais pas, des dizaines de lézards et d'iguanes de toute sorte, et, le clou, un jeune paresseux au pied d'un arbre a moins d'un mètre et demi de moi. Ce sont vraiment des bêtes rigolotes, on dirait qu’ils sourient sans arrêt, en se balançant sans arrêt.

J'ai fait quelques sentiers, malgré la chaleur étouffante. Je ne savais pas que je pouvais suer autant! Je me suis arrêtée quelques instants aux deux plages du parc, très jolies malgré l'infestation de gringos en gougounes, et je me suis vite enfuie de cette version Disneyland de la « jungle ». Je suis donc retournée à mon auberge jeunesse à Quepos, à 30 minutes de là, après avoir fait le plein de fruits au marché au bord de la plage. Je ne connais toujours pas le nom de ces fruits qui ressemblent à des lychees à l’intérieur, mais qui ont des pics rouges et verts sur la coquille. Mais, que c’est bon!

Le lendemain, je suis descendue plus bas sur la côte Pacifique. Je n'avais pas de guide de voyage (c'est Camille qui l'a), pas de carte, pas d'information... Je n'étais armée que des « puede ayudarme? » pleins de sourires... Ça m'a mené dans une petite auberge vraiment sympa, avec plein de hamacs, de la bonne musique, et des oeuvres d'art partout (même le porte-papier de toilette est original, c'est une grosse branche qui sort du sol). J'y ai rencontré trois Franco-suisses sympathiques, et nous avons passé la soirée à jaser autour d'une bière en écoutant la pluie tomber et en regardant le chaton de la place poursuivre un crapaud qui faisait trois fois la grosseur de sa tête. Aujourd'hui, j'ai fait une petite excursion à la plage, à 3 km d'ici, en passant par le petit village de pêcheur d'Uvita. C'était donc une journée très relaxe, à regarder la marée monter, à observer les fourmis coupeurs de feuilles, à lire et à jaser avec la proprio italienne vraiment sympathique.

Demain, je rencontre Camille à San Isidro del General, et nous allons nous diriger vers la frontière panaméenne, à Paso Canoas. Nous quittons donc ce beau pays qui nous a hébergés pendant trois petites semaines. Les volcans, la montagne, les rivières, les océans et les vallées sont incroyablement beaux, et la faune et la flore, simplement époustouflantes. Mais j'ai aussi hâte de voir autre chose, la culture du Panamá avec ses nombreuses tribus, les archipels, l'histoire du canal de Panama, etc. Le Costa Rica est très intéressant au niveau de ses richesses naturelles, mais manque un peu de culture et est bondé de touristes, pour la plupart de jeunes gringos ici pour les plages et les bars. Avant-hier à Quepos, j'ai même vu des filles avec un fer plat et un sac à maquillage de la grosseur d'une boîte à lunch... sans commentaires! Nous avons réussi quelque peu à sortir des sentiers battus, notamment à Rara Avis, à Parismina, à Liberia, à Rincón de la Vieja et au Rio Celeste. Mais il ne faut pas se leurrer, nous demeurons toujours des touristes! Nous avons fait beaucoup de randonnées et vu et appris beaucoup. Et maintenant, l'aventure se continue au Panamá! L’histoire est à suivre...

Slideshow Report as Spam

Comments

karinebottine
karinebottine on

Heu, pourquoi je n'ai que des moities de photos? Ah, les ordis du Costa Rica... Je règle ça aussitôt que possible!

jacques on

est-ce qu'on a seulement des demi-verité........?(pour acompagner les photos)

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: