Le pouvoir du merci

Trip Start Unknown
1
17
25
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of United States  , Indiana
Thursday, May 17, 2012

Ok, je rattrape le temps perdu. Les 2 derniers mois ont été fous. Crazy busy! Visite éclaire et déchirante pour Pâques à Montréal, et par cela, je veux dire que c'est de plus en plus difficile de revenir au bercail pour quelques jours et essayer de voir tout son monde (et en plus faire la connaissance du superbe petit Antoine!!!). Côté positif de ma visite : j’ai enfin visité le bureau et les locaux de formations des hôtesses de l’air (euh des agents de bord) d’Air Canada et soyez rassurés, c’est incroyable toute la gamme de tests et de pratiques qu’ils doivent réussir avant de pouvoir faire partie d’un équipage (Merci Mary!). Côté négatif : quitter sa filleule en crise parce qu’elle s’ennuie de marraine… C’est quelque chose de prendre la décision de déménager, mais de causer de la peine à une petite puce de 4 ans et demi qui ne veut pas qu’on parte de chez elle, c’est pas mal cruel pour un cœur de marraine. Et les temps changent. On ne connecte plus comme avant, et je trouve ça ben correct. La preuve: le souper de Pâques familial qui se termine avec les «enfants» (j’en fais encore partie) qui jouent à DrawSomething sur nos iPhones et iPads. 

Puis, la famille a enfin débarqué en ville! J’étais trop contente! La température n’était pas trop de notre bord (alors c’était parfait pour relaxer en pyjama devant la télé en se jouant dans les cheveux), mais j’ai quand même bien profité d’elles. Sans rancune! Les outlets ont été bien appréciés, tout comme la ville en général et mon appartement. Quelques points positifs suite à leurs commentaires :

-          Même quand on pense qu’on n’est pas assez chics pour aller au resto, il y aura toujours une américaine mal habillée ou en pyjama pour nous faire sentir mieux.

-          C’est le printemps, donc on met des gougounes, même s’il fait 10ºC.

-          Les arbres sur Mass Ave changent de couleur. (pourtant je vous rassure, Mom n’a pas fait d’abus d’alcool).

-          J’aime payer les factures pour la famille et booster le tip de 10$ sur le reçu-client.

-          Quand ta mère décide de te payer des souliers : OMG!

Ensuite, c’était tranquille chez moi, et je retourne à ma routine. Vraiment, je vis des hauts, très hauts, et des bas, très bas. Après un peu plus de 5 mois en sol américain, une visite intense à Montréal pour Pâques, la visite de ma famille à Indy, la vente de mon condo (enfin!), je sens que je passe à une autre étape. J’habite loin et même si je suis étonnée du nombre d’amis que j’ai déjà ici (merci à tous mes amis de la French Connection et du Waverley), ce n’est pas pareil. Je m’ennuie de parler québécois, je m’ennuie des «inside jokes», je m’ennuie des soupers imprévus en milieu de semaine chez Mom, des soupers du dimanche entre amis, des brunchs avec pleins d’enfants,… Je ne suis plus une touriste, je suis une résidente américaine.

Mais je me suis renseignée et ça a l’air que je suis normale. Il y a 4 phases au choc culturel, et je suis clairement passée à l’étape b.

a. Lune de miel 

b. Crise, caractérisée par les symptômes suivants : confusion, frustration, impuissance, isolement, nostalgie et mal du pays, ennui, perte d’appétit, irritabilité, stress, hostilité envers le pays d’accueil et ses habitants, fatigue et mal de tête.

c. Récupération 

d. Adaptation 

Alors je vise l’étape c. Je sais que ce sera graduel, alors je focus sur le positif et je garde contact. Je m’encourage en sachant que je vais avoir d’autres visiteurs cet été (n’est-ce pas Ge, Fred, Antoine, Caro, Dave, Emma-Rose, Alice, Ian, Charles et Karine???!!!). Entre autres, j’apprécie que les journées sont plus longues ici (il fait clair presque jusqu’à 21h!), que l’été est arrivé et que j’ai un «tan» pour le prouver, que ma mère m’appelle sans prévenir, que mon nouveau boss me fasse rire, que je peux garder contact avec mes collègues de Laval qui savent me remonter le moral, que les iMessages et FaceTime sont gratuits, … Mais une chose que j’ai réalisé aujourd’hui, c’est vraiment la gentillesse des gens ici. En sortant du bureau, un automobiliste m’a coupé (et ça, ça n’arrive JAMAIS ici)(ça doit être dans un verset de la Bible) alors j’ai répondu avec mon klaxon en bonne habituée du trafic Repentigny-Laval. Mais j’ai réalisé que ça faisait 5 mois que je n’avais pas klaxonné. Pourquoi? Je ne pense pas que c’est parce que je suis moins stressée ici. Je pense plutôt que c’est les habitants d’Indy qui sont juste très polis. Les hommes sont galants, les piétons ont vraiment priorité, les gens sont relaxes, et ils sont tout simplement trop bien éduqués. Et j’adore ça. Je dois dire «merci» 100x plus qu’avant, parce qu’ici c’est de mise, et ça fait du bien non seulement aux gens autour, mais aussi à soi-même. Ça calme, nous force à être plus patient, et encourage un genre de sentiment collectif de gentillesse. Bref, c’est puissant dire «Thank you».

Section faits cocasses :

-          Leur salade de poulet se prend parfois pour une salade de fruits : quelle surprise d’y trouver des morceaux de pomme et de raisins rouges!

-          Leurs variétés de chips sont vraiment douteuses.

-          Les sacs pour poubelle de recyclage et les consignes sur les bouteilles, ça n’existe pas, car vraiment, qui est assez weird pour recycler???

-          Il faut bien habiter à Indy pour trouver un Biergarten (jardin de bière allemand) à quelques coins de rue de chez soi.
Slideshow Report as Spam

Comments

Mom on

Très beau! Lorsque je pense que tu pense à moi, alors je pense à toi.
Je t'aime ma grande. Xxxxxxx

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: