Au pays de l'assurance et des travaillants

Trip Start Unknown
1
12
25
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of United States  , Indiana
Sunday, January 15, 2012

Le choc culturel se fait sentir de plus en plus ici. Je m'immisce encore à chaque jour dans cette nouvelle ville, je réalise que c’est vraiment ici que j’habite maintenant. Et ça vient évidemment avec son lot d’observations et de comparaisons avec ma chère culture québécoise. Premièrement, il y a de l’assurance pour tout et des mises en garde pour chaque objet. Tout ça dans le but de ne pas poursuivre personne. C’est lourd! Juste pour la grille à mon entrée, il y a une alarme sonore ET une affiche qui avertit que cette barrière peut causer des blessures et même la mort. Come on! Tu peux acheter de l’assurance pour tout! Et là, je ne parlerai même pas des assurances auto pour une personne comme moi qui n’a pas de permis de conduire de l’Indiana! Et j’imagine que la raison pour laquelle les assurances sont si élevées, c’est pour payer toutes les poursuites que les mises en garde n’ont pas pu prévenir! Deuxièmement, c’est le monde de la surveillance. Il y a de la police partout! Le bon côté, c’est qu’on se sent vraiment en sécurité mais c’est vraiment trop. On a même des polices Roche pour notre campus au travail, avec des radars et des guns! Ça explique sûrement en partie pourquoi les gens roulent TELLEMENT lentement! Je ne me peux plus. Je veux rouler!!! Leurs autoroutes sont parfaites en plus : 6 voies, asphalte nickel, mais la limite est à 75km/h! Sur ma route du matin, je fais environ 2 miles sur un stretch où la limite est de 105km/h et je suis vraiment fâchée si j’ai un(e) innocent(e) qui vient me bloquer. Bref, j’ai hâte de faire des escapades avec ma moto sur les interstates (autoroutes qui couvrent plus d’un état et où les limites de vitesse sont supérieures). Troisièmement, je ne cesse d’être étonnée par le niveau de dévouement au travail. Les gens sont travaillants. J’estime que ça l’est par nécessité pour quelques-uns (je n’ai jamais vu autant de grands-parents au travail!) mais ça l’est par culture aussi. Le travail est définitivement la priorité de bien des gens ici, ensuite l’église, puis la famille et s’il reste du temps, les loisirs et le social. Vraiment différent de ma perception de la vie. Et en plus, j’estime que je travaille fort. Mais ici, je me sens paresseuse! J’INSISTE à conserver une partie de ma culture de «on travaille pour vivre» plutôt que de «vivre pour le travail». Ça explique aussi pourquoi les restaurants ne sont vraiment pas remplis, sauf dans le cas d’événements sportifs télédiffusés. Donc, de mon côté, j’essaie de trouver un juste-milieu entre boulot et vie personnelle (mais moi, je n’ai pas d’excuse : je n’ai pas encore rejoint d’église et je n’ai pas d’enfants!). Alors, je poursuis mon exploration urbaine. En quelques jours, j’ai essayé une pizzeria locale Pearl Street Pizzeria and Pub (pizza excellente, mais ambiance pas assez pub à mon goût), un resto-pub irlandais MacNivens (sandwich décevant mais excellente sélection de bières dans une ambiance de fumeurs qui changera bientôt), le Nicky Blaines un bar cigar-martini (évidemment, fumeur, mais super bien aéré et des martinis incroyables), El Rodeo pour de la bouffe maison mexicaine très bonne, le Greek Islands (pense pas y retourner même si le hummus était excellent), et j’en passe. Ah oui, et j’occupe aussi mon temps à explorer les magasins, aux dépens de mon compte bancaire. Mais par chance, je suis travaillante et je remplis mon compte en dollars US bien mérités!

Section du petit Jésus:
- j'ai enfin une preuve des affiches de mormons! (voir photo)
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: