On the road again !

Trip Start Aug 20, 2013
1
27
47
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Macedonia  ,
Saturday, February 15, 2014

Fin de contrat, aurevoir, une dernière crêpe, une dernière ballade le long de l'Erdre, un dernier verre, les dernières accolades… Mes derniers jours à Nantes ont passé très vite. Après avoir fait la visite de l’état des lieux avec ma propriétaire dans mon appartement, ne restait plus qu’à tout paqueter, et surtout faire le teste « est-ce que je peux avancer et faire des pas avec tout ça sur mon dos ! ». De loin, ça semble si peu. Deux sacs, c’est tout ce que j’ai. Mais je me sentais comme une tortue dans une carapace d’escargot. J’aime bien, de plus en plus, voyager léger, et cette fois-ci, ça n’allait pas être le cas! Comme je savais que mon baluchon serait volumineux, j’avais d’avance choisi mon moyen de transport, et donc après quelques heures de train et de dernières visites, j’ai déposé le tout pour un dernier soir à Paris, chez Martine, avant de partir pour ma grande aventure en ... autocar !

La visite fut courte, mais très agréable, agrémentées de bulles, de saveurs indiennes et de bonnes discussions bien sûr ! Martine m’a accompagnée au terminal d’autobus et je dois avouer que ça m’a sécurisée et fait beaucoup de bien. On a beau avoir l’habitude des voyages, de la solitude… ya pas tant de matin que ça durant lesquels tu te dis tient, je ferais bien 30h de bus moi aujourd’hui ! Mais une fois faite à l’idée, une fois le parcours intégré dans ma tête, mon enthousiasme de traverser tous ces pays a gagné de l’ampleur.

Départ donc de Paris un dimanche, à 14h30 et des poussières. Le bus prendra quelques passagers dans des villes de France, mais le voyage est direct (avec des pauses bien sur !) jusqu’à Belgrade ! Je suis entourée principalement de couples de retraités, ou de jeunes étudiants, je suis visiblement la seule « étrangère », c’est à dire la seule non-serbe ou non balkane dans le bus ! Installée tout au fond d bus, au 2eme niveau, je craignais la nausée du siècle mais tout s’est bien passé (parce que se convaincre qu’on arrive bientôt quand on a la nausée et qu’on a 2h de route à faire, ça va encore, mais 25h….) !!

J’ai fraternisé avec quelques jeunes Serbes qui parlaient soit français, soit anglais, mais le plus souvent, je dormais ou était en état de semi méditation en regardant le paysage défiler. C’est dans ces moments où la notion du temps change le plus. Les paysages furent constitués principalement de champs, de zones agricoles et de quelques forêts. En portant attention, j’ai pu observer quelques oiseaux prédateurs (style petit faucon, crécelle ou je ne sais trop) à l’affut d’une nouvelle proie dans les champs. Le petit matin m’a aussi offert d’observer quelques biches grignoter dans le coin d’un champs.

Pas de neige sur la route, pas de pluie. Durant la nuit, quelque part en Allemagne ou en Autriche j’imagine, j’ai aperçue entre des tranches de sommeil des amoncellements de neige, mais dès le réveil, en Slovénie, tout avait disparu. Par contre nous étions, à 7h du matin, dans un épais brouillard qui ne donnait pas du tout l’impression que la journée allait être aussi ensoleillée et chaude qu’elle l’a été !

 La première frontière traversée fut celle pour sortir de la Slovénie et entrer en Croatie. Un des passagers n’avait pas respecté les délais de son séjour en Union Européenne et le bus a été stoppé le temps que le problème se règle car il refusait de payer l’amende. Selon mes voisins passagers, nous avons eu de la chance de repartir après une demi-heure, car nous aurions pu y passer des heures ! Fiou !

La traversée à la frontière Serbe s’est aussi bien passé, par contre le chauffeur a demandé une contribution volontaire de 5€ par personne pour « faciliter » le passage sans fouille… Hum… Tout a été très rapide en effet, mais où cet argent est-il allé, ça…

Puis arrivée en Serbie, nous avons fait quelques petits arrêts pour que des gens puissent descendre au fur et à mesure. Etonnant d’observer la quantité de bagages que les gens transportent avec eux ! Des vêtements, mais aussi leur nouvelle télé, des jouets pour la famille etc. Finalement je ne me sentais pas si mal avec mes deux sacs !! Mais c’est la principale raison pourquoi les gens voyages en bus. Pour vous donner une idée, le voyage complet entre Paris et Belgrade coute le prix juste d'un bagage supplémentaire dans l’avion !!

A Belgrade, 15 degrés, ensoleillé, Miodrag, un ami de Martine, m’attend pour m’aider avec les bagages et m’orienter un peu dans Belgrade…m ais je suis d’abord assaillie, avec ma tête d’étrangère, de chauffeurs de taxi qui veulent me convaincre que j’ai besoin de leur service. Mais Miodrag, du haut de ses probables 6 pieds, s’est vite frayé un chemin jusqu’à moi pour me donner un coup de main ! Les sacs avaient l’air si légers une fois portés par lui !! On en a profité pour faire connaissance et boire un café ensemble, belle rencontre à renouveler assurément !! J’aurais pu en profiter pour rester un peu plus longtemps à Belgrade mais l’envie de me poser enfin à Tetovo et de retrouver Culi, et ma fatigue aussi, ont eu raison de mon besoin touristique. Belgrade, qui deviendra bientôt à mon avis la nouvelle « Berlin » de l’est, est définitivement sur ma liste de ville que je veux revisiter prochainement !! Avec Culi si possible, qui adore aussi cette ville, et Martine, qui la connaît si bien !

Donc après 24h de bus et quelques heures de pause à Belgrade, un dernier 5h de bus m’attendait pour me rendre jusqu’à Skopje, où Culi m’accueillerait pour ensuite se rendre à Tetovo !!! Contrairement au premier bus qui lui était presque complet, cette fois nous étions 5 dans le bus !! Parfait pour une petite sieste. Le douanier Macédonien s’assura 3 fois plutôt qu’une que c’était bien mois qui était sur mon passeport, et un passager installé près de moi réalisa que j’avais un passeport canadien. Après quelques rigolos échanges, j’ai eu droit à une demande en mariage ! Demande que j’ai malheureusement du décliner, à sa grande déception hehe !

Et après quelques zigzags entre des cônes de construction, je suis enfin arrivée à Skopje, vers 22h environ. Retrouvailles tant attendues !

Depuis, c’est la course folle, j’arrive plus ou moins à me planifier des moments de calme. Déjà plusieurs projets sur la table, je vous en dirai plus bientôt, mais pour le moment, retrouvailles avec les anciens collègues et amis, trouver du temps ensemble avec l’amoureux, et un projet de décors pour une pièce de théâtre sur laquelle on travaille ensemble !! Ca va faire trop du bien ! D’ailleurs, pouvez-vous trouver mon nom sur l’affiche ??
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: