Entre les cv et les pigeons

Trip Start Aug 20, 2013
1
19
53
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of France  , Pays de la Loire,
Monday, November 25, 2013

J'étais en réévaluation de mon cv depuis un moment (j’ai 80000 versions, anglais, français, par compétence, par emploi, version courte, version longue, adapté à la France ou au Canada etc.) et quand j’ai lu cet article la semaine dernière qui affirmait que les cv par compétence étaient passé de mode, j’ai décidé de revenir à mon ancienne version, me rendant du même coup compte que je n’avais pas (ou plus) l’ancienne version en anglais… Oui, j’ai beau avoir amélioré mon anglais, ça vient quand même de me prendre un après-midi complet !

Même si je suis plus convaincue que jamais de vouloir rentrer et m’installer pour un petit bout en Macédoine en février, et bien côté boulot, malgré des rencontres fort intéressantes, c’est toujours le néant. Je reprends espoir à chaque nouvelle piste, j’en ai justement deux cette semaine, soyons optimistes !

En observant mes compagnons expatriés, je me rends aussi compte que la solution alternative à ne pas trouver de travail serait de m’en créer un moi-même. Ah ce ne sont pas les idées qui manquent ! Tourisme, cinéma, projets artistiques… mais le problème n’est pas seulement l’investissement de base, le problème c’est aussi qu’il semble n’y avoir aucun marché pour rien en Macédoine, j’ai donc bien hâte d’y être à nouveau et de pouvoir évaluer les projets et idées par moi-même. Parfois on déniche quelques pistes de subventions ici et là en culture ou tourisme, des projets qui pourraient être réalisables à plus long terme, est-ce vraiment le manque de ressources ou de marché qui est réel, ou simplement les macédoniens qui sont trop pessimistes ?

On ne tuera donc pas les idées tout de suite…

Et pendant ce temps le Canada vient de rouvrir un bureau d’émission des visas à Skopje, levons notre verre (s’il reste ouvert assez longtemps, du moins jusqu’à notre prochaine demande !) (est-ce que le pessimisme « balkanais » me contamine, ou suis-je simplement réaliste ?). 

Je demeure dans tous les cas optimiste face à notre projet en général à Culi et moi, celui d’être ensemble. C’est juste pour le moment difficile de savoir quelle forme ça prendra !

Et le plus dur est de faire tout à distance, de ne pas avoir les pieds dedans. Autant pour la recherche de boulot que pour l’apprentissage du macédonien. Mais là dessus aussi, j’avance comme je peux, je fais quelques heures par semaine.

Et pour dire vrai, j’ai les yeux qui saignent d’être toujours devant un ordinateur. Les tableaux Excel le jour, les lettres et cv le soir, j’ouvre à peine la télé !

Par contre j’ai retrouvé le plaisir de la lecture, je n’arrive plus a éteindre le soir. Aurélie a la gentillesse de me faire des prêts et de suggestions (j’ai l’impression d’avoir ma bibliothèque personnelle !), je me plonge dans toutes sortes d’univers et ça fait franchement du bien ! Cette semaine j’ai fait ma lessive chez Aurélie mais sinon, les laveries c’est le coin rêver pour se perdre dans un livre… même si ça commence à être un peu frais…

Anecdote qui sort de nulle part; lorsqu’on était à Blois avec ma mère, le samedi soir, Jean-Pierre m’a demandé quelle viande je préférais pour le lendemain, il y avait entre autre du pigeon dans la liste. Maman je suis désolée, tu aurais peut-être voulu essayer… mais moi j’ai vraiment un dégout pour ces bêtes (même si je sais bien qu’il s’agit de pigeons d’élevage) … j’ai donc dit non à l’option du pigeon aux petits pois. Ceci-dit, dimanche soir j’ai observé leur cuisson attentivement, pour me préparer psychologiquement à peut être, un jour….

Mon ami le chat qui guette souvent le bus que je prends le matin se serait surement délecté de ces pigeons !!
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: