Istanbul 2e partie - Jour de l'ANNN

Trip Start Sep 13, 2012
1
31
33
Trip End Jan 10, 2013


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Turkey  ,
Friday, January 11, 2013

Prélude : Comme vous vous en doutez, la dernière semaine de mon séjour fût chargée et a défilé à toute allure, d'où mon absence sur le blog et sur le web en général (l’absence d’Internet à la maison à mon retour à Tetovo n’ayant pas aidé la cause). Je ne vous oublie pas et vous reviendrai dans les prochains jours avec les détails des dernières anecdotes précédant mon retour à Montréal. Tout d’abord, la suite de nos aventures à Istanbul.

Passer le jour de l’An avec Martine, c’est à la fois rester relax et profiter à fond ! Douce et belle folie ! Ça me semble déjà tellement loin ! Le 4e jour de notre séjour, pour faire changement, nous sommes sortis un peu du centre de Istanbul et sommes allés nous promener dans le quartier de Ortakoy. Nous avons marché plusieurs heures, le long de l’eau, d’allées, et nous avons d’ailleurs longé un palais immense que nous aurions pu visiter si ce n’était pas de l’interminable file humaine que nous constatâmes. Dans un consensus général, nous poursuivîmes notre chemin, en écoutant les anecdotes informatives de Martine qui avait déjà visité le Palais lors d’une précédente visite. Il semble que la construction de ce Palais ait en partie causé la chute de l’empire, vus les coûts de construction et de la main d’œuvres que nécessitèrent sa construction. Le Palais semble magnifique quoi que assez moderne, et il contient des artéfacts du règne d’Atatürk entre autre chose.

Sur notre chemin, nous avons aussi croisé un stade, avec préparation de barricades… déformation professionnelle je me mis inévitablement à observer et analyser le tout !

 Arrivés à Ortakoy, nous avons profité de l’occasion pour faire une croisière sur le Bosphore, le timing était parfait et la lumière magnifique. Istanbul est immense, la croisière m’a donné l’impression que la ville n’avait pas de fin. Des maisons, immeubles tout du long. Sur les rives, des immenses maisons, richissimes, la moitié d’entres elles étaient fermées pour l’hiver… (et si on s’achetait un petit chalet d’été sur le bord du Bosphore !?!)   À notre retour sur terre, une dégustation de Kumpir s’imposait ! Des immenses patates cuites à la perfection et ouvertes en deux pour y mettre le plus de garniture possible ! Délicieux ! Plusieurs kiosques enlignés offrent les mêmes kumpir, ce qui diffère c’est l’accueil du public ; toujours 2 cuisiniers (hommes) et une femme qui, à même le kiosque, invite les clients à forte voix  à venir déguster leurs kumpirs. Quand c’est plus tranquille pour eux, vive les téléphones pour passer le temps !

En rentrant à notre appartement ce soir là, Martine et moi on s’est mises sérieusement à la recherche d’un endroit où manger et passer notre jour de l’an le lendemain. Après quelques appels à des restaurant qui affichaient complets, et après s’être demandé si nous allions nous offrir une soirée kitchy/cheap avec un souper-spectacle traditionnel (ce qui augurait « bof »), notre choix s’arrêta sur le restaurant parfait. Le 31 donc, après un retour au grand bazar pour un peu de shopping (c’est tout de même Istanbul !!), on est rentrés à l’appart se changer, se faire moitié shmizlas/moitié hipsters, et nous avons eu droit à un excellent repas, servi en plusieurs services (poissons fumés, légumes, canard, ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas mangé ce genre de nourriture !!). Le chapeau était offert, Danilo s’est vite approprié les tresses, ça lui allait comme un gant ! Il s’est aussi approprié un petit qui nous rendit visite à plusieurs reprises et qui passa une partie de la soirée sur les genoux de Danilo. Après un les vœux de bonne année entre nous, et quelques messages textes à nos proches, nous avons rejoints les autres touristes/clients au bar, pour danser comme ça faisait longtemps !! Rien de mieux que deux canadiennes pour partir une danse des Balkans dans un resto à Istanbul ! C’était magique ! Par contre ce soir là je me rendis aussi compte que j’avais choppé un petit virus qui me ramena vite à la réalité… et à l’appartement. Accrochée au bras de Martine, nous avons doucement marché dans la foule festive dans le quartier de Taksim pour rentrer chez nous. (locaux, touristes…. Et des tas de Français… désolée mes amis français mais bordel, vous êtes vraiment partout !!)

Le dernier jour, je le passai allongée… bah oui, un vrai beau et fort virus. On est sorties pour une petite promenade dans l’après-midi avec Martine mais ce dernier jour fût surtout de repos… Sans savoir encore que le lendemain, nous passerions 14h à l’aéroport d’Atatürk… à attendre qu’un vol se rende enfin à Skopje… J’aime bien les aéroport mais là, j’avoue, heureusement que j’avais mes fous amis pour passer le temps. Une petite gigue par ici, une petite chanson du jour de l’an par là… J’ai aussi pu m’adonner à mon loisir préféré ; observer les gens ! Et des gens dans un aéroport de Istanbul, pendant 14h, il y en a !!! J’en ai aussi profiter pour regarder un film… la liste n’étant pas très longue dans mon ordinateur, j’ai choisi l 'épic Gladiator ! Juste parfais, une petite dose de Russell Crowe… des garçons et des hommes s’arrêtaient même parfois derrière mon épaule pour visionner quelques secondes de ce classique, très drôle !

Le soir du deux janvier donc, après annulation, puis délais, nous rentrâmes à Skopje, juste à temps pour que Martine et Danilo puisse prendre leur avion pour Paris tôt le lendemain matin. Et comme à cette heure il n’y a plus de bus pour Tetovo, Dimce a gentiment organisé un transport pour moi. Je rentrai donc ce soir là la tête pleine de souvenirs, Istanbul est définitivement une ville à voir dans une vie, parole de Julie !






Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: