Big Toy entre en cage !

Trip Start Dec 09, 2007
1
89
97
Trip End Mar 20, 2008


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Cote D  ,
Saturday, March 15, 2008

La journée d'hier a été dédiée à mettre en boite ce brave Big Toy!

A 7:00, après une nuit réparatrice, climatisée, dans un appart où nous nous sommes préparé un diner somptueux: 1 boite de sardine + une salade géante de fruits frais, préalablement rafraîchis, au Palm Club, indiqué par une rencontre à Nouakchoot, quelques épisodes plus tôt, nous voilà partis à la recherche du transitaire en bananes sur un port d'Abidjan aussi merdique que tous les ports du monde.

A 8:30, nous localisons la chose et sommes reçus par une équipe aussi jeune que dynamique. Quelques papiers supplémentaires, on nous dit que la décision finale d'empotage (c'est comme çà qu'on appelle "charger un container") nous sera confirmée à 14:00.

Confiants, rassurés, nous prenons un taxi pour visiter la ville, après en avoir bien entendu, discuté les émoluments ! Vraiment pas cher, mais nous ne dirons rien pour ne pas énerver ceux qui prennent les taxis en France!

Belle ville qu'Abidjan, moderne, active, industrielle, relativement propre, apparemment peu polluée, rien à voir avec une ville africaine. Néanmoins, il fait 35° (donc frais pour nous !) mais l'humidité supérieure à 100% (j'en entends une qui se marre!) rend l'atmosphère étouffante et nous suons comme des boeufs au labour. Celà donne soif et faim. GG, magnanime, invite dans un bon restau, pour écluser ses CFA avec lesquels il ne pourrait même pas faire de confitures s'il les ramenait!

Direction bord de mer (genre Port de Bouc pour ceux qui connaissent !) où notre taxi nous dépose. Nous avisons un "maquis" avec poissons et entrons dans le restaurant d'à côté qui fleure bon le vrai restaurant!

Salade de fruits de mer et langouste (2 par personne !) pour 16 euro le menu. Pas mal ?,  non, très bon !

A 14:00, n'ayant pas eu le moindre coup de téléphone, nous sommes dans le bureau où Valery (c'est notre correspondant) nous indique attendre du colonel de la douane le tampon du carnet de passage en douane. Mais, sa Mercédes n'étant pas là, il est sorti! JP entame alors une course contre la montre et contre les pesanteurs aussi administratives qu'africaines. Celà prendra 3 heures, allant d'un commandant à un colonel, rencontrant des capitaines, voire même des caporaux ou des généraux. Tous étudient avec soin le fameux document jaune au moins 10 mn et la sentence est toujours la même: c'est pas ici! Le périple se fait avec un douanier somme toute efficace et surtout persévérant, et avec JP qui roule de plus en plus vite car 17:00 approche.... GG pendant se  temps se morfond sans doute sur son quai à bananes (Big Toy étant rangé avec les sièges arrières plein ne pouvait contenir que 2 personnes) Finalement, à un "Guichet Unique" à 5 km de là, dans un embouteillage monstre, nous trouvons un douanier qui accepte de mettre LE TAMPON!
Retour vers les bananes pour tenter d'empoter le dépoté. Bien entendu, le container n'est pas encore là, bien que commandé depuis le matin. Le ton monte et les manutentionnaires vont en chercher un. JP enfourne Big Toy et réussit même à ressortir, preuve qu'il n'a pas grossi, voire.... Valery s'insurge, c'est pas le bon N° de container. Re engueulade avec les manutentionnaires, on dépote Big Toy, le container arrive, on rempote sous l'oeil du douanier. Mais l'équipe  de ceux qui calent le véhicule sont déjà partis! Le plomb est mis, et l'on nous indique qu'il sera enlevé le lendemain et remis à l'identique. Bon.

Nous repartons avec la ferme intention de manger un morceau, le douanier nous indique un resto et nous prenons un taxi .... sur 50m car le montant de la course est exorbitant et non discutable, donc .... on descend! Marre de ces embrouilles permanentes! Nous allons à l'aéroport et là çà recommence: un "employé" de l'aéroport nous dit que pour manger, c'est moins cher à l'extérieur de l'aéroport et nous propose de nous accompagner. On n'est pas nés de la dernière pluie!!!! Nous lui disons qu'on va à l'aéroport quand même. Il répond qu'il peut intercéder pour nous faire entrer en zone d'embarquement où se trouve l'unique resto, mais qu'il doit glisser 1000 CFA à la police.
Là, on l'envoie chier !!! et nous demandons nous-même au policier qui accepte.

Il est vraiment temps qu'on s'en aille!

Le reste n'est qu'attente interminable d'un avion qui part à 3 heures du matin. Les photos du récit seront mises par GG car nous nous sommes quittés dans de grandes embrassades à Casa vers 10:00 ce matin, en jurant qu'on nous y reprendrait !
Slideshow Report as Spam

Comments

villiers
villiers on

He ben ils vons même être là pour voter
Bon surement qu'après le voyage qu'ils viennent de faire GG et JP s'en foutent mais chacun son histoire. Les gazelles si vous espériez passer encore un WE tranquille c'est râpè. A bientôt au téléphone.

yvesny
yvesny on

Abidjan
J'y etais il a a cinq ans, et il y a quand meme des zones tristes et qui craignent...Le taxi vous a sans doute montre le bon cote...

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: