The red centre, buzzing!

Trip Start Sep 04, 2007
1
82
95
Trip End Jun 01, 2009


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Australia  , Northern Territory,
Sunday, January 25, 2009

A week and a half to go before leaving Australia and we will put it to good use - off to Alice Springs in the middle of the Aussie outback! Getting up early in the morning was a bit hard after a house party in the back garden, with a box of goon (casked wine)... but we made it to the airport on time and after a flight of a few hours found ourselves in the desert. It was hot, very hot. Goon had left us dehydrated and the scorching sun didn't help!
 
We had a day to spend in Alice before picking up yet another relocation car, this time a 4WD that would take us to Uluru, the big red rock that is as much a symbol of Australia as Sydney Opera House and kangaroos. Alice Springs is surprisingly small, considering it's the only town of any size for millions of square kilometers, and it seemed to be much poorer than any places along the East Coast. January is the hottest time of the year and there weren't many tourists around. It was certainly an experience to feel the 40+ degree heat - thankfully the hostel had a swimmingpool!
 
The next morning we picked up our temporary home on wheels and started off on dirt roads towards Kings Canyon, 350 km southwest of Alice. We did make some quick stops along the way but it was always a pleasure to get back in the air conditioned comfort of the car. This is also when we started to believe the warnings we'd heard about the outback flies - they were everywhere! You know how annoying a fly that buzzes around you can be? Now multiply that by hundred and you'll get close to the outback experience. Flies in Australia have an incredibly annoying habit of landing on your face and buzzing in your ears, going in your nose, ears, mouth... It's almost like evolution wiped out all the normal flies and left only the ones that know that your face is the safest landing strip. After a while in the buzzing, swirming cloud of flies even the most patient person goes nuts and starts hitting himself in the face. And when you have flies on your face, you better not speak as Jo soon found out - one of the flies met its end in her throat... yuk.
 
We did encounter some other animals than the impossible flies; there was a donkey that appeared out of nowhere and we saw several wild horses galloping in the plains - very unexpected! And once we'd made it to Kings Canyon and were cooking dinner; Jo came face to face with her biggest fear, a big BIG spider. Julien saved the day by killing the monster heroically! The road between Alice and Kings Canyon was a great drive, a red slash in the otherwise surprisingly grassy and green desert (it had rained a few days before and when that happens you can almost hear the grass growing), an amazing contrast of colours. The next morning we got up before sunrise in order to get an early start on a 3 hour walk around the canyon, 100 metre high red walls of rock. Sunrise over the canyon was very beautiful and even the flies couldn't make us regret that we had decided to come to the outback.
 
From KC we headed for Uluru, the big red rock in the middle of Australia that is printed on indefinite number of postcards and holiday brochures. The weather got hotter, the desert dryer and flies worse but still it was worth driving all the 600 km to see this amazing Australian symbol. Uluru rises in the middle of the dry desert and looks exactly like in all the photos. We joined the masses to photograph the change in its colour as the sun sunk lower and lower - the red gets deeper the rock looks like it is on fire and then it suddenly changes colour to a greyish purple when the sun disappears behind the horizon. No wonder Uluru has such a big significance to the aboriginal tribes that have lived around it for 20 000 years; it really is  a magical sight.
 
There is a popular walk around Uluru that really gets you up close and personal with The Rock and the next morning we were again up before sunrise, ready to get our hiking boots dirty with the red dust of Uluru. The aboriginal communities ask people not to climb Uluru as it is considered a sacred site and only initiated men are allowed to climb it - for some incomprehensible reason some ignorant people still decide to climb. There really is no excuse "I didn't know it is sacred" when it is written on your park entrance ticket, in the visitor centre; in every guide book and even in a big sign in the beginning of the walk, in all imaginable languages. The walk around Uluru is a different thing though and the communities welcome walkers on the 10 km track. The Rock looks different from different sides and there are some gorgeous caves, steep walls and permanent water holes amongs the rock.
 
We said a reluctant good bye to Uluru but a very keen one to its flyes and continued on towards Adelaide. Stuart Highway between Adelaide on the south coast and Darwin on the north coast is the longest straight highway in the world and we had 1500km to drive on it! There wasn't much to see on the way down but that itself is an attraction - it was good to drive all the way down just to be able to put Australia into proportion.
 
Plus qu'une dizaine de jours avant notre grand départ pour l'Asie du Sud Est et donc nous voulons profiter de l'Australie au maximum. Nous prenons l'avion en direction d'Alice Springs, la seule ville en plein milieu du pays, en plein désert. Le réveil à 7 heures était plutôt difficile à cause de la soirée la veille, mais nous arrivons à l'aéroport à temps et après quelques heures dans l'avion nous nous retrouvons en plein désert. Il faisait chaud, très chaud même, et nous étions un peu déshydratés à cause du vin de la veille.
 
Nous avions une journée à passer sur Alice Springs avant de récupérer un 4x4 à redescendre sur Adélaïde. En chemin, nous ferons un petit détour par Uluru, ce gros rocher rouge en plein milieu du désert, symbole de l'Australie au même titre que l'Opéra de Sydney ou les kangourous. Alice Springs est une ville plutôt petite, nous nous attendions à voir quelque chose de beaucoup plus grand sachant que c'est la seule ville à des millions de kilomètres à la ronde. La ville s'avère aussi être plutôt pauvre comparée à toutes ces villes très touristique sur la côte Est. Janvier est le mois le plus chaud de l'année ce qui signifie que nous sommes en basse saison avec peu de touristes dans les alentours. En effet c'était une vraie expérience d'avoir des températures supérieures à 40 degrés tous les jours - heureusement notre auberge de jeunesse avait une piscine.
 
Le lendemain, nous prenions notre « maison sur roues » pour les quelques jours à venir en direction de Kings Canyon par les chemins en terre. Kings Canyon se trouve à environ 350 Kms au Sud Ouest d'Alice. Nous avons fait quelques pauses de temps à autres mais nous devons avouer que c'était toujours un plaisir de remonter dans une voiture climatisée. C'est aussi lors de ces pauses que nous avons commencé à comprendre ce que tout les Australiens nous disaient sur les mouches dans le désert. Les mouches sont partout. Vous savez comme ça peut être ennuyant d'avoir une mouche qui vous tourne autour ?  Multipliez ça par 100 et vous comprendrez comme on a souffert. Les mouches en Australie ont la fâcheuse tendance de toujours se poser sur le visage, dans les oreilles, dans le nez et même dans la bouche. Après quelques minutes dans ces nuages de mouche, même quelqu'un de très patient finira par se mettre des claques. Jo qui était de tendance plutôt bavarde à commencer à se taire davantage après en avoir avalé une...Beurk !
 
Nous avons croisé nombre d'animaux sur le chemin, autre que ces mouches, nous avons vu un âne qui est sorti de nulle part et plusieurs chevaux sauvages, un peu comme en Camargue. Lorsque nous nous sommes arrêtés le soir même pour manger, Johanna s'est presque assise sur une grosse araignée. Elle qui en a une peur bleue, elle n'a pas mis longtemps à déguerpir et demander à Julien de la tuer. Les chemins entre Alice et Kings Canyon étaient vraiment dépaysant... Du sable rouge de partout et assez surprenant, beaucoup de verdure aussi. Il avait plu la semaine précédente (ce qui est plutôt rare dans les environs) et vu que la terre est sèche elle n'absorbe rien, du coup l'herbe pousse à la vitesse grand V - un contraste de couleur hallucinant ! Le lendemain matin, nous étions debout avant le levé du jour afin de partir pour une marche de plus de 3 heures dans le canyon, des rochers rouges de plus de 100 mètres de haut. Le levé de soleil sur ces rochers rouges était vraiment hallucinant. C'était tellement joli que même les mouches ne pouvaient pas gâcher ce moment.
 
Nous quittons Kings Canyon en direction d'Uluru, ce rocher symbole de l'Australie. Les températures continuent de monter, le désert devient de plus en plus sec et les mouches continuent de s'affoler mais le détour de presque 600 Kms en direction du rocher en vaut la peine. Uluru, cette grosse masse rocheuse qui s'élève à plus de 300 mètres ressemble exactement à toutes ces cartes postales qu'on a pu voir jusqu'à présent. Nous avons rejoins la foule sur le parking pour voir le coucher de soleil sur le rocher et le voir passer du rouge au mauve, au gris puis au noir. Nous comprenons maintenant pourquoi Uluru à une signification magique et très importante pour les aborigènes qui vivent dans les environs depuis plus de 20000 ans, la vue est à couper le souffle !
 
Il y a une promenade à faire tout autour d'Uluru qui nous permet de voir le rocher de très prêt sous tous les angles. Le lendemain matin, nous nous levons une fois de plus avant l'aube pour voir le soleil se lever au dessus du rocher. Vers 6.30 heures, nous commençons cette marche autour du rocher qui nous prendra environ 2,5 heures. Pour les aborigènes, le rocher est un lieu sacré et de ce fait il demande à tout le monde de ne pas escalader le rocher. C'est difficile de ne pas le savoir, c'est écrit de partout, sur les lieux, dans les guides touristiques et même sur le ticket d'entrée du parc national. Pourtant il y a toujours ces ignorants qui pour quelques photos décident d'escalader ces terres chères aux aborigènes. Pire encore plusieurs tours opérateurs organisent des marches tout en haut du rocher bien que les aborigènes soient contre cette idée. Le jour ou nous y sommes allés, il faisait très chaud et lorsque les températures sont supérieures à 36 degrés, la marche sur le rocher est fermée pour éviter tout problème. Le tour du rocher était plutôt sympa, ça nous a permis de le voir sous toutes ces facettes. C'est quand on s'en rapproche un peu qu'on se rend compte de tous ces trous et ces grottes qu'il y a autour du rocher.
 
C'est avec regret que nous quittons Uluru, bien que c'est toujours un plaisir de remonter dans une voiture climatisée et de ne plus avoir à supporter ces mouches et nous continuons notre descente en direction d'Adélaïde. Stuart Highway, la seule route goudronnée qui rejoint Darwin tout au Nord à Adélaïde à la pointe Sud du continent est la plus longue route droite au monde. Nous n'en avons fait que la moitié, mais ça faisait plus de 1500 Kms au total et c'était largement suffisant. Il n'y avait pas énormément de choses à voir sur cette longue ligne droite, mais c'est en fait là toute l'originalité. Ca nous permettre de nous rendre compte de l'immensité du pays et du nombre de kilomètres à conduire pour ce rendre d'un point à un autre.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: