San Juan Chamula et Zinacantan, 20 jan 09

Trip Start Dec 01, 2008
1
25
35
Trip End Mar 30, 2009


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow
Where I stayed
Bonampak Trailer Park

Flag of Mexico  , Yukon,
Wednesday, January 28, 2009

Les villages de San Juan Chamula et de Zinacantan, 20 jan 09.
Marc-André ne se fait pas attendre, 8h 30 il est là, à 9h nous sommes tous prêts à partir pour le village de Chamala à 12 km de San Cristobal. L'émerveillement ne se fait pas attendre, en entrant dans le village nous nous rendons compte qu'il y a beaucoup d'effervescence. Beaucoup de gens sont costumés et plusieurs hommes souvent plus grands que les autres portent une mante en fourrure de mouton noir luisant et un beau chapeau de cowboy de style stetson beige. Ces derniers semblent être les dirigeants de l'événement puisqu'ils arrêtent la circulation et pointent l'un ou l'autre du doigt en lui donnant une consigne. Chanceux, lorsqu'on arrête la circulation complètement autour du zocalo nous sommes passés et je n'ai qu'a me trouver un stationnement non loin.
Revenu au centre je demande à un de ces dirigeants, qu'est-ce qu'ils fêtent, il me donne le nom que je n'ai pas retenu. Mais ils célèbrent plusieurs fois par année pour un événement spécial ou lorsqu'ils veulent faire des offrandes pour les récoltes, mariages ou autre. Sur la gauche de la galerie de l'édifice municipale  sont assis 5 ou 6 «Chamans» qui se font boucaner d'encens. Ils semblent tous être en train de prier, des hommes passent devant eux et viennent déposer des présents, bouteilles de boisson gazeuse, tabac etc...
Le marché publique rempli complètement le zocalo qui fait au moins 500'X500'. Je remarque qu'ils ont laissé une grande allée en diagonale qui traverse le marché d'un coin à l'autre. Toutes les femmes sont costumées de leur costume traditionnel, tandis que les hommes portent le costume qui sied à leur statut social. Il y a au moins trois ou quatre niveaux social que j'ai remarqués, les Chamans, les conseillers 12 ou 20 qui étaient vêtue de mantes de mouton et ceux qui suivent comme les chevaliers de colon pour s'assurer que ces conseillers ne manquent de rien, que leur repas est prêt à temps et que tout est mis en place pour eux, ensuite viennent les gens en général. Tout à coup quatre ou cinq chevaliers font leur entrée dans le village au grand galop. Ils viennent s'arrêter devant les Chamans, leur font un salut et s'en vont au grand galop faire l'allée en diagonale qui traverse le marché. Au bout ils retournent et reviennent saluer à nouveau les Chamans, ils feront ce rituel au moins une dizaine de fois. Chaque petit village des alentours attend son tour pour faire son entrée toute aussi folle les unes que les autres.
Pendant toute cette cérémonie nous ne pouvons prendre aucune photos ni au marché ni dans l'église. Nous nous rendons donc faire un tour dans l'église pour voir ce qui se passe. Quelle surprise en entrant, il n'y a pas de banc dans l'église, on a couvert le sol de longues épines de pin. De chaque côté de l'église sont alignées des statues de saints habillés, je suis sûr que tous les villages du Québec étaient représentés. Des dizaines de lampions brûlent devant chaque statue. Il y a des familles agenouillées par terre et qui prient devant trente ou cinquante chandelles qu'ils ont collées au sol.  Ces quelques 3 ou 4 milles lampions qui brulent, les couleurs des costumes, le vert sur le plancher donne un ambiance magique, on se croirait dans un autre monde.
Les gens viennent comme ça environ une fois par semaine se purifier et faire  leurs offrandes. Pour cette cérémonie qui se passe dans chaque petit groupe assis par terre  quelque part dans l'église, ils apportent une poule, 6 oeufs, 1 pepsi pour chacun, une bouteille de pepsi remplie d'un liquide transparent et bouché avec un bout de chiffon, ils ont aussi une cinquantaine de chandelles qu'ils commencent par coller devant eux et à les allumer. Ensuite pendant qu'ils prient, le père, la mère ou le chef du groupe tient la poule en lui serrant le coup du bout des doigts, selon eux la poule meurt apportant tous leurs mauvais esprits. Ils boivent ensuite le pepsi qui leur donne un peu de haut de coeur, ce qui simule la boisson que prenaient les anciens pour se faire vomir et purifier l'intérieur. Je n'ai pas pu voir ce qu'ils faisait avec les autres bouteilles de liquide. Une fois chacun leur cérémonie terminée, ils s'en vont chez le Chaman, ils lui remettent la poule morte, leurs offrandes de produit de la terre ou autre. Ils donnent les 6 oeufs au Chaman qui en prend trois dans chaque main, les casse sur la personne et la frotte avec pour purifier un coté, il casse ensuite les trois autres sur l'autre côté pour faire la même chose.
Vers onze heures nous décidons de nous rendre au village de Zinacantan, nous trouvons ici aussi tout le village en fête. On y fête la San Sébastian pendant trois jours. Tous portent leurs habits traditionnels,  quatre ou cinq orchestres éparses sur le terrain,  jouent en même temps des airs différents, c'est très cacophonique. Il y a beaucoup de monde autour de l'entrée de l'église, il nous est impossible d'y entrer et encore ici interdiction formelle de prendre de photos. Après quelques heures passées ici nous entrons chez nous étourdi de tout ce que nous avons vu et entendu.
Mercredi 21 jan 09.
Pendant que nous visitions les villages, les Roger et leur épouse sont allé visiter Na Bolom, une fondation venant en aide aux indiens locaux fondé par Frans et Trudy Blom. Ils sont revenus enchanté de leur visite et ils nous informe que, à Na Bolom on offre un tour des deux villages que nous venons de découvrir, avec Marie-Thérèse qui est elle-même une indienne du coin comme guide, elle nous fera visiter une famille du village en plus de nous donner les explications aux cérémonies dont j'ai parlé plus haut. Comme de raison nous voulons nous aussi faire partie de ce tour et aussi visiter Na Bolom. Marie-Thérèse nous a fourni toutes les informations sur les deux cérémonies mais aujourd'hui ce qui m'a le plus impressionné c'est la visite dans une famille de 13 personnes qui nous invitait pour la collation du midi. Depuis que je viens au Mexique que je rêve d'entrer dans une de ces maisons et de voir ce qui s'y passe. J'ai compris pourquoi nous voyons de la fumée s'échapper du toit des maisons. C'est qu'ils font cuire les aliments sur un feu au milieu de la pièce (cuisine) sans cheminée, la fumée s'échappe alors des fentes entre la tôle du toit et le ciment des murs. Côté pratique, le plafond n'a jamais besoin d'être peint, il est toujours noir. On y cuit tout sur une plaque de tôle au dessus du feu, les tortillas fraichement faites sont excellentes. La pénombre de la pièce sans fenêtre éclairée par le feu et une petite lampe donne un aspect très romantique que j'ai bien aimé, mais Lucille ne veut absolument pas que je refasse notre cuisine pour ce nouveau genre... Après la visite de ces villages nous irons visiter Na Bolom et nous entrerons encore une fois épuisés mais enchanté de nos visites.
Slideshow Report as Spam

Use this image in your site

Copy and paste this html: