Gorée (Fr+Pt)

Trip Start Aug 21, 2008
1
44
88
Trip End Ongoing


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Senegal  ,
Wednesday, November 5, 2008

J'étais à la maison en train de me renseigner sur Gorée que je ne comptait pas visiter du à mon manque de fonds, quand Tata Annette me repérant largué dans une telle tâche s'est dépêchée de me trouver un moyen de bidouiller un moyen de me faire traverser gratuitement, car malgré tout, elle aussi avait fondé un musée là-bas, le Musée de la Femme. Un simple coup de fil et tout est arrangé pour que je puisse faire la traversée à 300 FCFA, sponsor d'une amie à Tata, travailleuse au Musée. J'avais toujours 500 FCFA sur moi, dont 300 c'était pour l'aller-retour en bus jusqu'à l'embarcadère. L'île est toute petite (300x900m) mais fascinante, avec une histoire immense pour une si infime taille : d'abord occupée par les portugais, puis par les hollandais et finalement laissé à la éternelle dispute entre France et Angleterre, la France l'ayant évidemment obtenue après les accords de je ne sais plus quoi. C'était un point stratégique pour la traversée atlantique car c'est le point le plus proche de l'Amérique et à l'époque des pirogues à voile ça faisait chier quelques lieues de plus. La visite à la Maison des Esclaves c'était très émouvante, j'ai souvent ressenti les yeux humides et des frissons à parcourir le couloir du « voyage sans retour », comme si d'un coup j'avais voyagé dans le temps et je le parcourait dans le corps d'un parmi les milliers des malheureux qui avaient étaient arrachés de leurs familles, le plus souvent par d'autres africains, pour être envoyés à l'autre bout du monde, comme n'importe quelle marchandise (qualité mesurée par poids, constitution physique et dentition), orphelin de toute dignité, bref, l'horreur du génocide duquel on veut désormais, dans la France libre, faire croire qu'il a du positif dedans et enseigner plutôt ce côté là aux enfants. MES COUILLES ! En tout cas je me suis régalé à Gorée, j'ai même eu droit à me faire un nouveau ami dans la personne de Pape qui non seulement m'a guidé autour de l'île, m'a présenté sa fiancé, sa tante (qui a réussi elle aussi à me porter aux larmes avec un geste que m'a fait trembler d'émotion), mais il a réussi aussi à me faire entrer gratuitement dans tous les autres musées, m'attendant très patiemment au dehors à chaque fois. Après je suis aller nager un peu et je suis parti à la maison où après avoir avoué mon bonheur pour le privilège qui m'avait été concédé par elle, Tata Annette a réussi a verser du savon sur la salade me communiquant le total que son amie a dû débourser pour ma petite visite « gratuite », mais c'était « juste pour que tu sois au courant de combien t'as épargné ». Un cadeau emballé avec le reçu dedans, ça m'a vraiment cassé le morale, mais bon, que faire ?
 
 
Estava a ler um livro que a Tata tinha em casa sobre Gorée, quando ela, de um estalo, resolveu arranjar-me uma maneira de la ir (afinal ela é fundadora do Museu da Mulher na ilha, tem como né ?). Sacou do telemovel e ligou para a amiga que trabalha la e meteu cunha para a amiga me levar com preço de trabalhador do museu, 300 FCFA (senão iam ser tipo 5 ou 7 mil). Dois minutos depois estava tudo arranjado e no dia seguinte fui encontrar-me com a tal de senhora no embarcadouro para Gorée. Senti que ela não estava muito contente, mas epa, vou conhecer Gorée e o resto penso depois.
A ilha é magnifica, muito rapida a girar de tão pequena que é : 300x900m. Os portugueses foram os primeiros a la por os pés mas depois torceram o nariz e deram  o gas, nao sem antes construirem o primeiro edificio em pedra na ilha que é hoje a estação de policia. Passagem obrigatoria na casa dos escravos (uma das muitas e nenhuma particularmente mais importante que a outra) onde o peso do local nos invade e nos oblitera completamente a alma, com um empurrão do guia que nos fala com um tom dividido entre a magoa do sucedido e a ligeireza de quem sabe relativizar, algumas piadas à mistura. A descrição do que se passou em cada canto da casa transladam a nossa imaginação para os anos do sucedido e podemos ver a cena descrita a desenrolar-se diante dos nossos olhos, sem termos de os fechar. A perturbação tem o dobro da intensidade quando olhamos para o corredor escuro que desemboca da porta da « viagem sem regresso » onde muitos embarcaram e outros se atiraram ou foram atirados ao mar, mas ninguém conseguiu voltar atras. Doi sobretudo saber que a maior parte desses escravos, na altura uma mercadoria como qualquer outra, com a qualidade medida pelo peso, musculatura e dentição, fossem capturados e vendido aos europeus por outros africanos.
Visitei em seguida o museu da mulher, onde tinha um quadro da minha tia Arlette e depois o Pape Laye ocupou-se de me fazer visitar o resto da ilha, fazendo-me inclusivé entrar nos restantes museus gratuitamente. A noite, posto em casa e altamente emocionado a agradecer o gesto da Tata, ela estragou tudo anunciando-me a quantia total que a amiga tinha gasto para que eu pudesse « gratuitamente » circular por Gorée « so para teres consciência do que poupaste ». Mas não poupei nada porque nunca tive nada né ? Caiu bwé mal, tipo presente que quando rasgas o embrulho encontras acompanhado de factura. Ok não tem makas.
Slideshow Report as Spam

Comments

saleirofilho
saleirofilho on

C'EST UN ILLE FANTASMAGORIQUE???
Pela minha percepção brasileira, poderia traduzir que essa ilha me passa um quê fantasmagórico. A vista é linda e seus edifícios devem ter muita história para contar. Voilà!!!

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: