A la montagne ... non loin de la Bretagne

Trip Start Dec 11, 2011
1
3
12
Trip End Mar 21, 2012


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of Philippines  , Luzon,
Friday, December 23, 2011

Baguio est la ville qui marque le début de la « cordillère centrale », la chaine de montagne du nord de l'île de Luzon. 



 

  Samedi 17 décembre. Notre parcourt commence par le petit village d’Acop à 1h de jeepney (donc environ 15km à peine...) au nord de Baguio. On espère faire du Woofing pendant une semaine dans une ferme. Mais ça ne s’est pas du tout passé comme prévu ! En gros, une fois arrivés dans la toute petite ferme, après avoir marché 1heure de descente raide dans la montagne, traversé 2 ruisseaux, avec toutes nos affaires sur le dos, la fermière nous fait une scène surprenante, expliquant pêle-mêle qu’il faut qu’on fasse une donation pour rester là (payer pour travailler en gros...), qu’il n’y a de toute façon pas de travail pour les woofers ici, qu’elle aimerait bien aussi être en vacances pour cette période de noël, qu’elle n’est pas sûr d’avoir de quoi nous loger, qu’il va falloir qu’on cuisine nous-même, et puis qu’elle a trop l’habitude des woofers qui viennent profiter du paysage et ne rien faire etc etc... Ses propos finissent par devenir incohérents, elle dira finalement qu’elle blaguait et que l’on peut rester sans soucis... après 1/2h de discussions ! Tout cela nous refroidit aussi sec et nous décidons de nous échapper sans attendre. Pourtant l’endroit est enchanteur : quelques huttes qui surplombent la jungle et les rizières, au pied desquelles serpente un petit ruisseau, des animaux en tout genre qui gambadent, le tout à une heure à pied de la première route... Mais justement, rester aussi loin de toute civilisation avec quelqu’un d’aussi bizarre ça nous a fait un peu flippé ! On retourne illico à Acop (en remontant le chemin fait pour rien, grrrr) où on se fait héberger pour la nuit par la famille de cette fermière, très sympas eux. 


Un raté complet donc pour cette expérience de woofing, on passe directement à suite du programme...

On embarque le jour suivant pour 5h de bus dans la montagne escarpée. Nous voici à Sagada, un village situé en plein coeur de la cordillère, à 1500m d’altitude.

Et, malheur de malheur, c’est la pluie qui nous accueille. Jusqu’ici il faisait beau et on trouvait ça normal... ici c’est brouillard, pluie, vent, froid (10° à vue de nez), merci bonsoir bienvenue à Sagada, enfin plutot Sagadoue ! Au lieu de rizières vertes flashis, de visages rayonnants, nous avons droit à des rues désertes dans un décor brumeux balayé de bourrasques humides. Y’a plus de saisons ma bonne dame..., jeux de carte, lecture et films nous sauvent la mise. On profite pour la première fois de bonnes nuit de sommeil sans klaxons, moteurs hurlants marteaux piqueurs chiens ou coq... c’est déjà ça ;)  Le surlendemain le soleil daigne se montrer et on découvre un tout autre paysage. On se jette vite dehors visiter les alentours, voilà les vacances à la montagne peuvent commencer !

Après les classiques balades, on enchaine sur un tour des grottes avec un guide et deux autres français. Dans la première grotte, on découvre une centaine de cercueils au moins centenaires, c’était la tradition de la tribu locale auparavant. Maintenant on dirait que tout le monde est catho et se fait enterrer au cimetière. D’autres cercueils sont suspendus à des falaises, ceux là étaient pour les riches car ils devaient sacrifier 20 porcs et 4 fois plus de poulets pour avoir ce droit. La deuxième grotte est bien plus palpitante, elle est immense et très profonde, on descend pendant longtemps dans des pierres glissantes, à la presque seule lumiére du guide qui porte une lampe à pétrole (nos lampes de poches sont bien utiles) et l’on finit par arriver à un gros ruisseau. On continue sans chaussures les pieds dans l’eau, nos pieds nus accrochent tels des crampons à la cette pierre particuliére. Superbe experience ! Nous découvrons des concretions, c’est à dire des formes toutes les unes plus bizarres que les autres formées par l’eau coulissant le long de cette pierre depuis des milliers d’années. 
 
Certaines formes portent même des noms curieux : la tortue, les jambes de la reine ou encore les rideaux du roi (voir photo). Nous descendons encore (en utilisant même une corde en rappel) jusqu’au fond, où se trouve « la piscine ». Bien que la proposition du guide d’y plonger est alléchante, la température de l’eau l’est moins !! La remontée est tout aussi impressionante, et le guide est vraiment necessaire, le moindre ecart du « chemin » nous emmènerai a des trous de quelques metres ! Quand le jour apparait, nous avons l’impression de remonter du centre de la terre ! 



 




 

  Le lendemain, le beau temps est encore au rdv ! Youhou ! Via un tout petit chemin, super glissant et super dense, (c’est la jungle !) on s’aventure seuls dans une autre petite grotte où on a l’impression d’être à Jurassic Park tellement la vegetation est dense ! C’est trop joli ! Aprés 1h de marche, la petite ascension du Mont Kiltepan à 1636m nous offre une vue sur toute la vallée. En redescendant, il fait faim, on va bien trouver une petite échope, y’en a à tous les coins de rues ! Et bien cette fois-ci non ! Bon, direction le village de Banga-An à 4km... nous tenons grâce à nos petits gateaux emportés... mais il fait faim ! Le peu de voitures qui passent ne daignent pas s’arreter et pour achever cette « mission » la pluie pointe le bout de son nez... decidemment.. ;( Heureusement les riziéres sont magnifiques ! On découvre même l’utilisation du buffle dans l’une d’elles : Celui-ci tire une corde au bout de laquelle est accroché une sorte de piquet que l’homme tiens. Au premier abords, on pourrait croire que l’animal fait tout le boulot. Mais pas du tout, il ne fait qu’avancer pendant que le fermier enfonce reguliérement le piquet dans la terre boueuse pour la retourner. Ça a l’air épuisant. 


Cette belle ballade nous donne des envies et le lendemain, nous décidons de partir pour Barlig. Il nous faut tout d’abord passer par Bontoc où nous en profitons pour visiter son musée. Via de nombreuses photos et objets traditionnels, on apprend que certaines tribus étaient des coupeurs de tête. Non ce n’est pas une marque de fabrique de guerriers, c’était un de leur loisir ! On decouvre aussi le poid de la colonisation américaine (1898-1942) dans la construction des infrastrutures. Des photos montrent les américains arriver à cheval sur des chemins minuscules dans des villages composés de huttes où des « indigénes » vivent à moitié nus. Le point positif de cette colonisation « si on peut parler de point positif » est la construction de nombreuses écoles, routes et infrastructures diverses. Une reproduction d’un village typique à l’extérieur du musée cloe cette visite instructive.

Un petit tour dans le marché, puis 1h30 d’attente dans le jeepney à l’arrêt au soleil (les places sont chères) et nous voilà partis. 2h de montée sur un chemin chaotique et souvent boueux, (avec passages sur une cascade, flippant) dû aux glissements de terrains, conséquences des typhons dont a été victime la région au mois de septembre,  nous mènent à Barlig. Nous n’avons croisé aucun village, ni même aucune maison, à se demander, pourquoi les gens habitent si loin de la premiére ville !

A Barlig, on prépare l’ascension du Mont Amuyao - 2702m, un des plus haut de la cordillére. L’ascension se fait en 5h environ mais on prévoit d’y camper la nuit pour profiter d’un lever de soleil au sommet.  Tout est prêt : le guide (obligatoire), les repas (préparés par la tenanciére de l’unique guest-house du village), les sacs allégés et le coucher à 9h pour un lever prévu à 05h30.... Mais voilà que le sort s’acharche sur nous et que le mauvais temps revient. La pluie ne cesse de tomber toute la nuit. Le jour se lève, la pluie s’arrête mais toute la vallée est embrumée ! Aucun intérêt de monter dans cette purée de pois pour ne rien voir une fois là-haut, on annule tout et c’est avec le premier jeepney de 06h que l’on se taille !!  

3 nouvelles heures de Jeepney et bus (n’imaginez pas la clim, le film et le luxe d’avoir une place chacun ! 3 personnes sur un siége prévu pour 2) nous emmènent un peu au sud, à Banaue (prononcer Banaoué), l’autre étape incontournable de la cordillère après Sagada. Banaue est renommée pour ses nombreuses rizières, qui sont même classées à l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité. C’est sous un crachin breton que l’on découvre ces fameuses rizières, impressionantes, même si ce n’est pas la meilleure saison pour les admirer car la plupart sont en jachères ou quelque chose comme ça. Ça reste très sympathique de s’y balader, le long des petits canaux d’irrigation, à grimper les pentes raides, glisser dans la boue... On parvient à de petits villages auxquels aucune route ne mène et où les gens vivent dans un autre siècle, il y a encore des huttes avec le toit en paille, pas d’électricité ni eau courante, enfants poules chien chats gambadent joyeusement. 


 













 
 
  
On passe Noël à Banaue où l’excitation des enfants monte à mesure que la date approche, en tout cas les bruits des pétards s’intensifient. On entend des Merry Christmas un peu partout, jusqu’au 24 décembre où tous les magasins et resto sont fermés. Nous qui pensions se faire un bon resto pour le réveillon, on a dégusté un poulet/frites et hamburger/frites dans notre guesthouse ! Puis nous nous sommes joint à la messe de minuit, qui démarre en fait à 22h, dans une église bondée, où même les chiens sont présents, ils se baladent partout en liberté ici. Une messe en anglais, un peu en filipino par moment, exactement comme en France avec pour différence notable des chants beaucoup plus beaux, emmenés par des instruments et des belles voix, ce qui nous impressionne. Les paroles sont projetées sur un écran pour que tout le monde puisse chanter.


Les colons espagnols n’ont pas blagué avec la religion, en 300 ans de présence les moines missionnaires ont répandu (ou plutôt imposé) leur bonne parole comme jamais et en ont fait le seul pays asiatique à majorité catholique (90% quand même), et ce malgré le fait que la religion musulmane était déjà un peu implantée à leur arrivée. C’est curieux de se dire qu’ici les gens ne sont catho depuis « seulement » quelques centaines d’années, cela se voit d’ailleurs aux églises qui sont souvent un peu à l’écart de la ville, contrairement à chez nous.

Le 25 décembre lors d’une balade on se retrouve dans une petite échoppe où la mère de famille nous offre un plat fait pour noël, un curieux mélange de pates à la crème avec de la saucisse et des fruits ! Limite écoeurant ! Les enfants s’égosillent devant une télé, c’est le karaoké, pratiqué partout aux Philippines. On entend tout le temps des gens chanter, mal le plus souvent, il y a des bars « vidéoké » à tous les coins de rue, c’est le loisirs principal ici.

Comme le mauvais temps persiste et signe, nous décidons d’écourter notre séjour à la montagne et de zapper Batad un autre village magnifique parait-il. Direction le sud, les plaines, les îles, où nous espérons trouver le beau temps, ou en tout cas des températures plus agréables.

 Nous avons malgré le temps bien apprécié ce séjour à la montagne, et particulièrement les balades au milieu des rizières ;)
Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family More Pictures & Videos

Comments

setpool sport on

hébé excellent çà c'est du "jungle bell" trés jolie photos!!!

régalez-vous et un trés bon jour de l'an à vous en éspérant qu'il soit trés trés trés ensoleillé !!!!gros bisous james et bambi

Chhun on

Erk! Les photos à "explicit content"! >_<
Par contre, les rizières ont l'air effectivement superbes!
Bises à vous deux

REGIS ET DOMINIQUE on

TRES BONNE ANNEE 2012
PROFITEZ BIEN LES ENFANTS
TOUT PASSE TELLEMENT VITE
BISOUS

catherine et Michel on

PLEIN DE GROS BISOUS EN CETTE NOUVELLE ANNÉE 2012... à nos voyageurs de l'autre côté de la terre...
La nature est magnifique, merci de nous en faire profiter....... on vous souhaite encore de bien belles découvertes à vivre et à partager...

Maude on

Trop bien de lire vos aventures !! J'ai un récit de retard, faute de connexion, mais je vais me rattraper!! Ce qui est génial dans les voyages, c'est que rien ne se passe jamais comme prévu ! Je suis sûre que toute cette pluie restera un merveilleux souvenir ! Profitez bien, mettez-vous en plein la vue, et faites partager!!
Gros bisous du Togo

patricia on

coucou les jeunes,contente de constater que tout baigne,continuez comme ça,on aimerais tant être à votre place!! bisou

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: