Un petit tour à la montagne

Trip Start Feb 10, 2010
1
6
10
Trip End May 24, 2010


Loading Map
Map your own trip!
Map Options
Show trip route
Hide lines
shadow

Flag of India  ,
Friday, April 2, 2010

 
Au menu du jour : du repos à la montagne avec les hippis, encore et toujours de la ferveur religieuse, du rafting, de la randonnée pour contempler la chaîne Himalayenne, et pour finir un petit tour à Delhi-de-ouf...



Récit du 20 mars au 4 avril.


Rishikesh / 80000habts - 450m d'altitude / Ouvrez vos chakras !

Le trajet des 20h de bus pour atteindre RIshikesh dans l'Etat de l'Uttarakand a été le plus éprouvant jusqu'à présent. Il faut dire que jusqu'à maintenant je n'ai pas eu à me plaindre car les bus étaient plutôt récents (cad moins de 20ans). Ce bus là a selon moi vécu l'indépendance de l'Inde en 1948. Le bruit du moteur ressemble à celui d'un tracteur. Les suspensions sont bien présentes mais pas les amortisseurs... Par conséquent chaque aspérité de la route nous fait rebondir 3 ou 4 fois au lieu de une. Sachant que la route est périodiquement jonchée de nids de poule et que le conducteur ne fait aucun effort pour ralentir ou éviter les grosses bosses, cela donne un comique tableau dans lequel les passagers rebondissent régulièrement de façon synchronisée en se cognant joyeusement.
Impossible de lire son bouquin car les mots sont flous. Et difficile de dormir bien sûr, le sommeil vient uniquement quand l'épuisement est à son maximum.
Pour couronner le tout comme on dit, "la cerise sur le pommier" : je me coltine un sévère mal de ventre. A se tordre le bide. Heureusement un médoc magique fait passer la douleur au bout de 3 heures environ. L'Inde met les estomacs à rude épreuve... j'y reviendrai plus tard...


Rishikesh est à 400m d'altitude, au pied de la chaîne himalayenne et de l'Etat de l'Uttarrakand qui est bordé par le Tibet et le Népal. Les paysages sont montagneux, les forêts et les rochers plongent à pic dans le Gange qui sépare la ville en 2. Les 2 rives sont reliées par 2 petits ponts suspendus, sur lequel ne sont autorisés que les piétons et les motos.

Les alentours sont montagneux mais pas la température. Il fait toujours aussi chaud. J'espérai quand même quelques degrés de moins à 400m d'altitude.


La cité attire de nombreux touristes et pèlerins indiens.

Les indiens sont là bien entendu pour faire prières et ablutions dans le Gange - fleuve sacrément sacré. A 20 km avant Rishikesh se trouve Haridwar, une des plus grande ville sainte du pays, qui accueille en ce moment la Kumbh Mela, festival Hindou, qui est tout bêtement le plus grand festival religieux au monde. C'est l'équivalent du pèlerinage à la Mecque pour les musulmans. Il a lieu sur une période de 2 ou 3 mois, tous les 3 ans alternativement dans 4 villes différentes. Les statistiques monstrueuses varient de 10 à 70 millions de personnes selon les sources et les éditions. Cela fait de toute manière un paquet de monde dont une partie se déporte sur Rishikesh, plus calme et également située sur les rives du Gange.

Quand aux touristes étrangers... ils viennent avant tout pour méditer et faire du yoga. La ville est réputée pour ses Ashrams. Un Ashram est un batîment ressemblant souvent à un temple, construit généralement par un gourou (le terme n'est pas forcément péjoratif), qui dispense sa doctrine qui peut être tout et n'importe quoi : un peu de religion, de la méditation, du yoga, de la philosophie de vie, de régime alimentaire spécifique, des ouvertures de chakra, et que-sait-je-encore ! Un Ashram est donc un lieu de retraite où l'ont suit une sorte de programme défini par le gourou. Nous sommes entrés un jour par curiosité dans l'un d'eux, ça ressemble vaguement à un camp de vacance où tout le monde est serein.

Depuis que les Beatles sont venus dans les 60's séjourner ici dans un Ashram, Rishikesh a vu affluer de nombreux touristes et de nombreux Ashrams se sont construits depuis. Il en résulte dans la ville une atmosphère franchement soixante-huitarde. Si certains se demandent parfois comme moi "Mais où sont passez les hippis?", je crois pouvoir dire qu'une partie d'entre eux se cachent à Rishikesh !


Quoiqu'il en soit, cette atmosphère mi-religieuse mi-babacool au mileu des montagnes n'est pas désagréable :)

Entre 2 siestes on essaie de faire quelques activités :

Journée rafting, qui doit être la seule activité de Rishikesh qui n'ai pas pour but l'élévation du corps et de l'esprit. Pour n'avoir jamais fait de rafting auparavant, je ne m'attendais pas à autant de sensations ! 26km parcourus dont une bonne partie dans les remous. Le Gange ne blague pas. Les rapides le sont vraiment et les vagues monstrueuses ! Dans les remous plus pédoules, on peut se jeter à l'eau et se laisser bercer par le courant.. comme à Center Park, en plus grandiose bien sûr.

Journée cascade : chaude marche jusqu'à une charmante cascade où il est bon de se rafraîchir.

Spectacle de musique et de danse indienne : sympa, surtout la danse (voir la vidéo)

On assiste également à Aarti, la cérémonie quotidienne du coucher de soleil : sur les Ghâts qui plongent dans le Gange, les fidèles viennent pour allumer une bougie disposée sur une large feuille pliée en forme de barque. D'autres éléments sont installés à bord de la petite embarcation : fleurs, épices, riz, etc... Après quelques prières et incantations la bougie est allumée et l'ensemble est déposé sur l'eau de façon solenelle. L'instant est fort. Mais le courant aussi, et impitoyablement la rivière retourne les offrandes qui ne font pas long feu. Les plus téméraires parviennent à parcourir une trentaine de mètres avant d'être à leur tour renversé par une vague. Je m'attendai à voir le Gange recouvert de centaines de petites lumières, raté !


Préparation de notre randonnée dans les massifs plus élevés. L'objectif est de partir sans guide. Il faut donc aller à la pêche aux informations auprès des agences de trekking en leur expliquant que l'on ne souhaite pas recourir à leurs services mais que par contre on aimerait un maximum d'infos pour savoir où aller et comment ! Exercice pas évident d'autant que les types des agences ne sont pas tous très au courant des détails et les infos varient beaucoup d'une source à l'autre...

On parvient à savoir qu'un seul trek est envisageable en cette période de l'année où la neige est encore très présente : le mont Chandrasila qui culmine à 4090m d'altitude :) 





Ukhimath / pas beaucoup d'habts - 1300m / Respirez....

Il faut d'abord rejoindre Ukhimath, petit village de montagne à 180km de Rishikesh soit ... 6 heures de bus ! Le trek commence dans le bus. La route, en mauvais état par endroit, serpente dangeureusement au bord du précipice (ah oué !), la montagne s'obstine a être le plus abrupte possible. Et on a encore gagné le conducteur le plus téméraire. Pour d'obscures raisons, celui-ci tient absolument à arriver avant tout le monde : camions, bus, voiture, motos,.. on double tous ces gens qui ont l'insolence d'être devant nous ! Et surtout dans les virages car c'est plus rigolo. J'essaye personnellement de prendre les choses avec calme, et ce même après avoir apperçu une voiture calcinée en contre bas, signe que l'optimisme de certains est parfois excessif...

Bref on arrive à Ukhimath sain et sauf qui peut.

Comme un enchantement on découvre alors... les rizières !!! Cultures de blés en terrasses (on doit dire blésières donc ??), en dizaines, en centaines, ... en dizaines de millions de terrasses qui s'échelonnent sur les versants des vallées et tout autour du village !! L'atmosphere sent bon la montagne, la température se refroidit enfin (il est maintenant nécessaire de mettre un petit pull le soir), on est enfin dans un endroit vraiment reposant. Un type extrêmement sympa nous offre bananes et mandarines tout en nous donnant de précieuses indications sur les randos du coin. Seule déception ici : on apperçoit toujours pas les sommets himalayens enneigés. Il y a presque en permanence une épaisse brume dans ces montagnes. Ajoutée aux nuages qui entourent fréquement les plus hauts massifs cela donne peut de chance de les voir d'ici. Il parait que ces chances augmentent avec l'altitude.

Allons voir plus haut donc...


Le lendemain première petite rando pour se mettre en jambe et surtout pour s'acclimater un peu à l'altitude. Au petit matin, alors que les enfants en uniforme se mettent en route pour l'école, on embarque dans une jeep collective, ce sont ces véhicules qui servent de transport en commun à la montagne car les routes sont particulièrement défoncées. 10km plus haut, au petit hameau de Mastura commence la marche à travers les rizières. Le paysage nous rend presque euphorique. 1h de montée jusqu'au village le plus mignon de la terre : Saree. Sans déconner le plus mignon que j'ai jamais vu. Ce serait trop long à décrire, y'en aurait trop à dire, je laisse les photos parler même si, cruellement, elles ne reflètent qu'une partie de la réalité.










2h de marche à travers les énormes rhododendrons qui dans mon esprit étaient de petites plantes pas plus grandes qu'un rosier. Ici ce sont de grands arbres couverts de fleurs rose ou rouge, on a de la chance d'être en période de floraison parait-il. Ces fleurs servent à fabriquer un jus délicieusement sucré dont on s'est empressé d'acheter une bonne dose.

Après cette montée fleurie, nous voici déjà au lac de Deoria Tal, 2600m d'altitude, notre objectif du jour, qui est beaucoup plus proche que l'on ne s'imaginait. Nuit au lac dans une sorte de refuge tenu par un type sympa, bien qu'il semble qu'il boive un peu trop avec son pote d'à coté qui s'occupe du mini resto. La nuit est d'un calme qu'on aurait cru impossible d'entendre un jour dans ce pays de klaxons. (Le bruit des klaxons fait partie de la vie en Inde, certains klaxonnent sans aucune raison, juste par automatisme, les indiens klaxonnent comme ils respirent, et plus même)






Au petit matin, moment où le temps est le plus dégagé, on apperçoit enfin les imposants sommets enneigés. Mais la brume est toujours là, la vision reste floue. Montons encore alors !

D'abord on redescent un peu jusqu'à la route, à Mastura, puis on fait du stop pour Chopta, 18km plus loin.

Chopta, 2700m, n'est pas un village ou un hameau, mais plutôt un groupement de baraques faisant office de restaurants et d'hôtels pour visiteurs. Pas grand monde ici.

Lever le lendemain matin à l'aube ou blanchissent les montagnes : 5h30... Et là surprise, devant nous daignent enfin s'offrir ces montagnes, majestueuses, orgueilleuses, elles se sont faites désirées les cocottes. Ce spectacle nous booste littéralement, on ne sent pas le froid mordant ni la pente très raide. Les 1000 premiers mètres de dénivelé sont bouclés en 1h30. Plus on monte et plus la châine himalayenne se dévoile, le soleil vient gentiement les caresser, c'est très étrange de se retrouver devant ces massifs montagneux tellement ils m'ont toujours parut très loin et inaccessibles.
Nous voici devant le temple hindou de Tungnath, perché à 3700m d'altitude, encore un temple sacré, celui-là est dédié aux bras de Shiva lorsqu'il était réincarné en taureau, tout un programme.

Bel endroit pour un pèlerinage en tout cas. Agréable également pour un petit dej' : tartine au beurre de cacahuète et confiture à la framboise :)
Les 300 derniers mètres sont de la rigolade, la neige qui encombre le chemin ne nous arrête pas et nous voici au sommet du Chandrasila, à une altitude que je n'avais jamais atteinte auparavant : 4090m !!
Vue à 360° et sur les sommets de plus de 6000m, dont le plus élevé d'Inde, le Nanda Devi qui culmine à 7816m ! Impressionant tellement on se sent petit. La grimpette ayant été beaucoup plus rapide que ce que l'on avait prévu, nous pouvons profiter du paysage pendant de longues heures, on ne s'en lasse pas. La vue serait également géniale sur les vallée de l'Uttarakand s'il n'y avait pas cette satanée brume. Mais ces nuages qui, fort heureusement, restent en contre-bas, donnent davantage le sentiment d'être au-dessus de tout. Tel Léonardo sur le Titanic on a envie de crier devant ce spectable : "I'm the king of the world !"... ou alors est-ce simplement l'effet euphorique de l'altitude...


Bref Il y a un moment où il faut redescendre. Une nuit de plus à Chopta suivi d'une journée à Ukhimath font office de sas de décompression avant le retour à la chaleur de Rishikesh.














Rishikesh again


nous voici de retour à Rishikesh le 30 mars, jour d'un des bains les plus "saints" de la Kumbh Mella. Ni une ni deux, on s'y rend pour assister à l'évènement. En 24h nous nous catapultons de l'atmosphère calme et sereine d'un village de montagne à l'hystérie religieuse du plus important rassemblement religieux de la planète !

Le festival se déroule sur plusieurs mois au long desquels les astrologues désignent des journées spéciales au cours desquels les ablutions sont plus efficaces - pour faire simple. Ces jours là l'affluence est donc encore plus importante.
On s'attendait donc à quelque chose de dingue, mais ce fut finalement largement supportable. La foule est impressionante, mais guère plus qu'à un gros festival de rock en France. L'ambiance est archi conviviale, les hindous viennent en famille, du dernier né aux grands parents et chacun va se baigner tour à tour dans la rivière sur les Ghâts. Ici plus qu'ailleurs les gens tiennent à nous prendre en photo.

La nuit venue, la cérémonie du coucher du soleil Aarti est féérique avec les lumières accrochées un peu partout. L'affluence est encore plus importante, la police fait son travail de façon comique : afin d'éviter la formation de bouchons et de mouvement de foule le long des Ghats et des ponts qui enjambent le Gange, chaque policier est équipé d'un sifflet... Comme partout dans le monde, un agent des forces de l'ordre ne rate pas une occasion de jouir du pouvoir qui lui est conféré, c'est tellement bon pour l'égo. Par conséquent ceux-ci, trop contents de disposer d'un tel joujou, en use à outrance, brisant les tympans (et autres choses...) des gentils fidèles. Leur action est efficace : chacun essai d'éviter de se tenir proche d'eux et donc circule dans le sens indiqué, quitte à revenir ensuite en arrière si un autre collègue donne un ordre inverse... Joyeuse pagaille :)

Au milieu de la foule on croise 2 anglaises complètement emballées par toute cette ferveur religieuse. L'une d'elles a participé à l'une des nombreuses cérémonies qui ont lieu chaque jour à Haridwar : une procession à travers la ville et les Ghâts d'une durée de... 8 heures !



Je préfère quand à moi la ferveur de glandouille de Rishikesh : sièste, balade, posage sur la plage du Gange, et repas bien garnis :)
Un cours de Yoga matinal vient compléter mes connaissances dans cet art où le corps et l'esprit entrent en symbiose.... pffff, heureusement que mon esprit est plus souple que mon corps !!


Horoscope...

Et puis à Rishikesh je me suis dit que c'était l'endroit idéal pour, une fois dans ma vie, consulter un astrologue ! Etant par nature réfractaire à tout ce qui s'éloigne un tant soit peu du monde rationnel, il est difficile pour moi de franchir ce pas. MAIS, avant d'être cartésien, je suis d'abord curieux :)
Voilà pourquoi j'ai voulu tenté cette expérience, et pas n'importe où. Dans une ville à l'esprit hautement mystique, elle-même située dans un pays où les croyances les plus diverses sont représentées (par exemple en Inde les dates de mariage sont fixées par les astrologues).
La difficulté pour moi était de dépasser mes a priori négatifs. Pas simple.

Le procédé est simple, lui, je rempli un formulaire avec quelques informations comme le prénom, la date, l'heure (!) et le lieu de ma naissance, ma profession, etc... et je reviens quelques heures plus tard pour recevoir sur papier les prédictions du monsieur et de son ordinateur. Les informations rendues sont de 2 types, d'abord celles d'ordre général ont été fournies automatiquement par un programme informatique intelligent qui connait la position des planètes dans l'espace, les diverses influences qu'elles peuvent avoir sur chaque personne, le tout en fonction bien sûr des données sur ma naissance et de l'âge du capitaine. La deuxième partie est plus ereintante pour l'astrologue qui jusque là n'a eu qu'à appuyer sur quelques touches de son clavier : il rédige lui-mêmes des prédictions beaucoup plus précises sur ma vie future.
Ce type et son ordi ont donc prédit mon avenir. J'ai appris tout une série de choses inutiles sauf le fait que je vais mourrir à 91 ans (environ). J'en suis plutôt content :)
Par ailleurs je devrais me marrier en 2013, aurait un enfant entre 2015 et 2020 (merci pour la précision), j'aurai des problèmes de couple sans gravité entre 2022 et 2023, je vais subir des problèmes mineurs sur la peau entre décembre 2051 et février 2053 comme par exemple des bleus (!!), j'aurai des problèmes urinaires en 2072 ce qui sera une des causes de mon décès, etc... Il y a également d'autres prédictions d'ordre générale inintéressante sur la richesse ou autre. Ah oui le meilleur c'est qu'il me conseille fortement d'éviter de boire beaucoup d'alcool et de conduire vite...
Parmi les prédictions informatique il est dit que je suis quelqu'un de très doué dans le domaine commercial mais pas très bon en science. Détestant tout ce qui a trait au commerce et ayant été relativement bon en science au cours de mes études (19/20 en math au bac, hein bon), je lui fait remarquer qu'il y 'a au moins une part de pipeau dans son papelard. Il m'explique alors que pour lui les informations sortant de l'ordinateur ne sont pas très fiables car le fruit d'un circuit informatique. Il m'assure que par contre, ses prédictions à lui, c'est du solide ! Mouai...

Anna, elle, choisi l'option "lecture des lignes de la main", rien de très convaincant non plus. Le type tente de prendre un air concentré et sérieux en oscultant à l'aide d'une loupe les traces dessinées sur la paume d'Anna. Il parvient à y lire des dates de mariages, de naissance d'enfant et autres "tu n'auras jamais de problèmes d'argent"...

Pour compléter mon scepticisme, le rigolo se met à chanter des incantations et cloture le show en nous barbouillant de rouge le milieu du front - à l'hindou - pour nous bénir et nous protéger. Merci bien, le spectacle est complet !




Delhi / 13millions d'habts / Attention travaux !!


Nous voici partis le 2 avril pour la capitale du pays où Anna va prendre en train pour Mumbai avant de rentrer à la maison.

C'est le bordel. Je n'ai vu qu'une partie de la ville mais on dirait que la moitié des rues sont en travaux. Y'a eu une guerre ici ou quoi ? Je ne m'étendrai pas sur cette ville, j'aurais l'occasion d'y revenir, notamment pour chercher la Pwésidente Mawie là vwaiment !

Je mentionnerai juste 2 choses, n'ayons pas peur des mots, extraordinaires !

Premièrement, le métro. Telle une oasis en plein désert. Ultra-moderne, comme la ligne 14 à Paris mais en plus silencieux. Climatisé mais pas trop. Dans ce paradis sous terre même les indiens ne sont pas les mêmes on dirait : ils chuchotent et ne crachent pas. Je remarquerai quand même qu'il aurait été peut-être plus judicieux de construire des routes avant un métro mais bon.

Deuxièmement, la viande ! Dans un pays aussi végétarien, trouver de la viande est très difficile. Avant Delhi je n'en ai mangé que 2 fois, dont une où le poulet contenait plus d'os et de gras que de blanc. Etant végétarien en herbe je ne suis pas mécontent de me passer de viande pendant ce voyage..... mais là ça fait 2 mois quand même ! Donc... une ville aussi grande que Delhi permet bien sûr de trouver des restaurants qui en serve... et pas n'importe laquelle : des kebabs ! Ceux qui me connaissent un tout petit peu savent qu'il ne m'en faut pas plus pour être avoir les yeux qui brillent, surtout après 2 mois de sevrage.


Détails piquants (parce qu'il ne faut pas parler uniquement des choses bien dans un blog de voyage) :
- Delhi a mis mon transit à rude épreuve. Une journée entière cloué au lit ! (bon d'accord, cloué aux toilettes aussi). Peut-être que mon estomac n'a pas apprécié le soudain régime carné...
- A l'hôtel j'ai été contraint de vivre en coloc avec une famille (à moins que ce soit une armée?) de cafards. Heureusement leur format correspond à des parisiens (gros comme une coquillette) et non pas à ceux de Jakarta ou Bangkok (qui eux sont gros comme des éléphants, au moins). Je leur suis reconnaissant de m'avoir laissé le lit pour moi tout seul.


Ce séjour urbain va être suivi d'une bonne dose de campagne, au bon air.... déjà 2 mois de vadrouille, le temps passe très vite !! .... à suivre !!
Slideshow Report as Spam

Post your own travel photos for friends and family More Pictures & Videos

Comments

Anna on

I have to laugh so hard when I remebered this astrology guy!! But he will have a good excuse if all his predictions won't become true because
1.) I haven't sung the "...navaaahm shi-hi-vaaaa-haa"-prayer not even ONCE now
2.) I didn't fast on fullmoon!!!
OH NO!!!!!
je vais avoir seulement UN enfant au lieu de deux, et il va etre handicape et fou ,et mon homme va etre le laid sonneur de Notre-Dame.....au secours!au secours!!!

Catherine on

Cela fait plusieurs fois que je lis et relis ton nouveau récit superbement bien conté ... (ben oui quoi... je suis fière de mon fiston).
Il y a beaucoup de choses qui m'ont impresionnée : le "trek" du bus (c'est pire que le rafting !), la foule impressionnante du festival religieux, les superbes cascades (je suppose que l'eau est chaude, vue vos bonnes mines ?), les magnifiques photos de Saree, le sommet de + de 4000m sans neige !, les rues de Delhi... où l'on imagine la hauteur du son ! ....
Merci aussi pour tes nombreuses parenthèses humoristiques et toutes tes photos et films qui nous font vivre un peu ce que tu peux ressentir.... ça nous donne presque envie de t'y rejoindre !
On pense très fort à toi. Gros bisous.

Françoise on

Merci,pour ton mail et les photos,j'étais vraiment très contente.Quel régal ton blog!Je ne sais pas si ton point fort sont les maths ou les sciences.Mais si tu ne sais plus quoi faire un jour(sic!!)ECRIS!!!!Finalement je ne pars pas en Afrique;trop de problèmes internes dans le pays...Donc boulot et jardin..again.De mon côté,j'ai fini mon voyage à Bhuj que j'ai sillonné dans tous les sens ainsi que la campagne alentour,et j'ai vraiment aimé.La France me semble un peu terne et j'ai déjà envie de repartir!Toutes les meilleures choses pour toi Bises Françoise

Add Comment

Use this image in your site

Copy and paste this html: